En quoi peut-on dire que la société et la nature impitoyable sont utiles à la structuration morale de l'individu ?

Bonjour,

je suis en terminale littéraire et notre prof nous a donné une dissertation à écrire :
En quoi peut-on dire que la société et la nature impitoyable sont utiles à la structuration morale de l'individu ?

Or j'avoue que je séche un peu ! J'ai déjà trouvé plusieurs directions, mais je n'arrive pas à mettre ça en forme.
- déjà, je pense que le terme d'"impitoyable" est à nuancer, la nature étant dans certains contes plutôt bénéfique, ou au moins neutre (comme dans la Belle au Bois Dormant)
- ensuite, nature et société s'opposent. Dois-je développer cette opposition ?
- La structuration morale ... difficile à définir. Selon moi elle impliquerait :
  * les régles morales de la sociétés, les tabous ...
  * le bien et le mal
  * le désir (amoureux)
  * la découverte de la finitude de l'être humain (la mort)
Voyez-vous d'autres choses ?
- l'individu. J'ai bien compris qu'il y a une progression à faire. Partir du héros de l'histoire, pour arriver au lecteur. Non ?

Bref, j'ai des idées, mais d'énormes problèmes d'organisations. Quelqu'un peut-il m'aider ?

Merci d'avance, c'est relativement urgent. Si j'arrive à faire un plan, je le posterai ici, et vous me direz ce que vous en pensez. Je retourne à ma réflexion (pfff, c'est dur !)

En quoi peut-on dire que la société et la nature impitoyable sont utiles à la structuration morale de l'individu ?

Bien, je vois que plusieurs personnes sont passées ici, mais que personne n'a rien trouvé à me répondre. Il faut dire que la question décourage !!
Mais j'ai bossé tout l'après-midi, et je crois avoir trouvé un plan convenable.
Ma question serait maintenant, qu'en pensez-vous ? Et surtout, est-ce que mon c) de la dernière partie n'est pas hors-sujet ?

Voici mon plan :

1) 1ère étape de la structuration morale : la famille, reflet de la société.
    a) Représentation des relations humaines (soeur, frères, homme, femme, inégalités ...)
    b) Valeurs inculquées ( obéissance ( à nuancer avec le petit poucet qui, s'il avait obéit (ne pas écouter les conversations des grands) serait sans doute mort)
    c) Régles de la société que les adultes ne devraient pas transgresser (inceste (Peau d'Ane), abandon, infanticide (Petit Poucet))

2) 2ème étape : la nature mène à la société et à "l'autre"
    a) Passage necessaire, rituel de passage (cf Belle au BD, forêt qui s'ouvre devant le Prince)
    b) Lieu de rencontre avec l'autre (Griselidis, rencontre positive, Petit Poucet, ogre rencontre négative)
    c) Découverte du désir (Petit Chaperon Rouge, cf gravures Doré)

3) Société et nature permettent une prise de conscience de soi
     a) Découverte de la finitude de l'être humain (Petit Poucet)
     b) Découverte de soi par l'épreuve de la solitude et de la rupture avec les parents (Petit Poucet)     
     c) Le lecteur se construit lui aussi par ses représentations de la société et de la nature, à travers du modèle donné par son héros.

Voilà le fruit de mes pensées. wink 
Donnez moi votre avis, car je ne suis vraiment pas sure du résultat !