1

Fonction des poètes dans le monde

Bonsoir à tous.
J'ai un sujet de type bac afin de réviser pour mon bac blanc qui arrive bientôt et je bloque sur une question à propos du corpus ci-dessous:
Victor Hugo - Melancholia

... Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?
Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules
Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d'une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.
Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : - Petits comme nous sommes,
Notre père, voyez ce que nous font les hommes !
Ô servitude infâme imposée à l'enfant !
Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
Défait ce qu'a fait Dieu ; qui tue, oeuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les coeurs la pensée,
Et qui ferait - c'est là son fruit le plus certain ! -
D'Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d'un enfant ainsi que d'un outil !
Progrès dont on demande : Où va-t-il ? que veut-il ?
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l'homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Maudit comme le vice où l'on s'abâtardit,
Maudit comme l'opprobre et comme le blasphème !
Ô Dieu ! qu'il soit maudit au nom du travail même,
Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,
Qui fait le peuple libre et qui rend l'homme heureux !

Boris Vian - A tous les enfants

A tous les enfants qui sont partis le sac à dos
Par un brumeux matin d'avril
Je voudrais faire un monument
A tous les enfants
Qui ont pleuré le sac au dos
Les yeux baissés sur leurs chagrins
Je voudrais faire un monument
Pas de pierre, pas de béton
Ni de bronze qui devient vert
Sous la morsure aiguë du temps
Un monument de leur souffrance
Un monument de leur terreur
Aussi de leur étonnement
Voilà le monde parfumé,
Plein de rires, plein d'oiseaux bleus
Soudain griffé d'un coup de feu
Un monde neuf où sur un corps
qui va tomber
Grandit une tache de sang
Mais à tous ceux qui sont restés
Les pieds au chaud, sous leur bureau
En calculant le rendement
De la guerre qu'ils ont voulue
A tous les gras tous les cocus
Qui ventripotent dans la vie
Et comptent et comptent leurs écus
A tous ceux-là je dresserai
Le monument qui leur convient
Avec la schlague, avec le fouet
Avec mes pieds avec mes poings
Avec des mots qui colleront
Sur leurs faux-plis sur leurs bajoues
Des larmes de honte et de boue.

Robert Desnos (Pierre Audier) - Ce coeur qui haïssait la guerre

Ce coeur qui haïssait la guerre
voilà qu'il bat pour le combat et la bataille !
Ce coeur qui ne battait qu'au rythme des marées, à celui des saisons,
à celui des heures du jour et de la nuit,
Voilà qu'il se gonfle et qu'il envoie dans les veines
un sang brûlant de salpêtre et de haine.
Et qu'il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent
Et qu'il n'est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne
Comme le son d'une cloche appelant à l'émeute et au combat.
Écoutez, je l'entends qui me revient renvoyé par les échos.

Mais non, c'est le bruit d'autres coeurs, de millions d'autres coeurs
battant comme le mien à travers la France.
Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces coeurs,
Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises
Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d'ordre :
Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !
Pourtant ce coeur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,
Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères
Et des millions de Francais se préparent dans l'ombre
à la besogne que l'aube proche leur imposera.
Car ces coeurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté
au rythme même des saisons et des marées,
du jour et de la nuit.

Voilà j'ai une bonne compréhension générale du corpus (je pense), mais je ne comprends pas la question:
D'après les textes du corpus, dites quelle fonction doivent remplir les poètes dans le monde.
J'espèrerais vraiment trouver une piste afin de répondre à cette question, en attendant je vous remercie !
Cordialement,

Pour détailler, je ne comprends pas en quoi consiste la question. J'aimerais de l'aide afin de commencer avant de faire un hors-sujet svp !
J'aimerais comprendre clairement que faut-il expliquer pour ce genre de questions.
Je vous remercie d'avance
Cordialement,

Fonction des poètes dans le monde

Bonjour ZeSaninho,

La lecture de cette page du site t'aidera.

Tu peux aussi consulter le "Dossier Poésie".

Quand tu auras lu les documents, tu sauras que la poésie peut avoir différentes fonctions.
Ton sujet te demande de trouver celle (singulier) qui est commune à ces trois poèmes.

Voici un extrait de l'étude de Jean-Luc (le premier lien donné ci-dessus) qui devrait te mettre sur la piste :

[…] La poésie est-elle un instrument d’action ou de connaissance ?

D'autres ont entraîné la poésie sur la pente de l'action : ils ont voulu au travers de la forme poétique susciter l'enthousiasme ou l'indignation de leurs contemporains. […]

Muriel

3

Fonction des poètes dans le monde

Bonsoir,
Je vous remercie infiniment pour votre aide, cela m'aiderai bien à me lancer.
Je vous donnerai des nouvelles de ma progression très bientôt.
Cordialement,

4

Fonction des poètes dans le monde

Bonjour, mon professeur de français m'a donnée à moi ainsi qu'à ma classe un dm pour demain. J'ai fait le commentaire du texte C mais je n'ai pas répondu à la question. J'ai besoin d'une aide profonde svp car je bloque vraiment, je ne sais pas quoi répondre. J'ai cherché sur internet et dans mes annales mais je n'ai rien trouvé. Si vous m'aidez, je vous en serai très reconnaissant.

Voici la question:

D'après les textes du corpus, quelles fonctions les poètes doivent-ils tenir dans le monde ?

Voilà le corpus:

Doc A

Le Mal

Tandis que les crachats rouges de la mitraille
Sifflent tout le jour par l'infini du ciel bleu ;
Qu'écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,
Croulent les bataillons en masse dans le feu ;
Tandis qu'une folie épouvantable, broie
Et fait de cent milliers d'hommes un tas fumant ;
- Pauvres morts! dans l'été, dans l'herbe, dans ta joie,
Nature ! ô toi qui fis ces hommes saintement !... -
- Il est un Dieu, qui rit aux nappes damassées
Des autels, à l'encens, aux grands calices d'or ;
Qui dans le bercement des hosannah2 s'endort,
Et se réveille, quand des mères, ramassées
Dans l'angoisse, et pleurant sous leur vieux bonnet noir,
Lui donnent un gros sou lié dans leur mouchoir !

Arthur Rimbaud, Poésies, 1870.

Doc B

À tous les enfants

À tous les enfants
Qui sont partis le sac au dos Par un brumeux matin d'avril Je voudrais faire un monument
A tous les enfants
Qui ont pleuré le sac au dos
Les yeux baissés sur leurs chagrins Je voudrais faire un monument Pas de pierre, pas de béton
Ni de bronze qui devient vert Sous la morsure aiguë du temps Un monument de leur souffrance Un monument de leur terreur Aussi de leur étonnement
Voilà le monde parfumé
Plein de rires, plein d'oiseaux bleus Soudain griffé d'un coup de feu Un monde neuf où sur un corps . Qui va tomber
Grandit une tache de sang
Mais à tous ceux qui sont restés
Les pieds au chaud sous leur bureau En calculant le rendement De la guerre qu'ils ont voulue
À tous les gras tous les cocus
Qui ventripotentl dans la vie
Et comptent et comptent leurs écus À tous ceux-là je dresserai Le monument qui leur convient
30 Avec la schlague', avec le fouet Avec mes pieds avec mes poings Avec des mots qui colleront
Sur leurs faux-plis3 sur leurs bajoues Des larmes de honte et de boue.

Boris Vian, 1954-1959, chanson, Christian Bourgois.

Doc C

Ce c?ur qui qui haïssait la guerre

Ce coeur qui haïssait la guerre voilà qu'il bat pour le combat et la bataille !
Ce coeur qui ne battait qu'au rythme des marées, à celui des saisons, à celui des heures du jour et de la nuit.
Voilà qu'il se gonfle et qu'il envoie dans les veines un sang brûlant de salpêtre' et de haine.
Et qu'il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent Et qu'il n'est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne
Comme le son d'une cloche appelant à l'émeute et au combat. Écoutez, je l'entends qui me revient renvoyé par les échos.
Mais non, c'est le bruit d'autres coeurs, de millions d'autres coeurs battant comme le mien à travers la France.
Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces coeurs,
Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises
Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot
d'ordre:
Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !
Pourtant ce coeur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,
Mais un seul mot: Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères
Et des millions de Français se préparent dans l'ombre à la besogne
que l'aube proche leur imposera.
Car ces coeurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté au
rythme même des saisons et des marées, du jour et de la nuit.

Pierre Audier (pseudonyme de Robert Desnos), LHonneur des poètes, 14 juillet 1943, Éd. de Minuit clandestines.

Doc D

Fonction du poète 

Le poète en des jours impies 
Vient préparer des jours meilleurs.
Il est l'homme des utopies, 
Les pieds ici, les yeux ailleurs.
C'est lui qui sur toutes les têtes,
En tout temps, pareil aux prophètes, 
Dans sa main, où tout peut tenir,
Doit, qu'on l'insulte ou qu'on le loue, 
Comme une torche qu'il secoue,     
Faire flamboyer l'avenir!
Il voit, quand les peuples végètent ! 
Ses rêves, toujours pleins d'amour, 
Sont faits des ombres que lui jettent
Les choses qui seront un jour.
On le raille.
Qu'importe! il pense.
Plus d'une âme inscrit en silence 
Ce que la foule n'entend pas.
Il plaint ses contempteurs frivoles; 
Et maint faux sage à ses paroles
Rit tout haut et songe tout bas!.:.
Peuples! écoutez le poète!
Écoutez le rêveur sacré!
Dans votre nuit, sans lui complète, 
Lui seul a le front éclairé.
temps futurs perçant les ombres,
Lui seul distingue en leurs flancs sombres
Le germe qui n'est pas éclos.
Homme, il est doux comme une femme
Dieu parle à voix basse à son âme
Comme aux forêts et comme aux flots.
Victor Hugo,

Doc E

La poésie est une arme chargée de futur
Quand on n'attend plus grand-chose qui nous exalte à nous-mêmes Mais que palpitent et s'affirment en deçà de la conscience. 
La sauvage existence et l'aveugle présence, 
Comme un pouls qui palpite dans les ténèbres
Martèle les ténèbres,
Lorsque l'on regarde en face
Le vertigineux regard pâle de la mort, Les vérités s'avancent

Les barbares, terribles cruautés de l'amour,         
Cruautés de l'amour.
C'est la poésie des pauvres, la poésie nécessaire
Comme un pain pour chaque aurore
Comme l'air que nos poumons veulent à chaque seconde 
Pour être et puisque nous sommes, dire un oui qui
Nous fasse hommes, dire un oui qui nous fasse hommes.
Car nous vivons à la force, et c'est à peine s'ils nous Laissent leur dire qui nous sommes
Alors nos chants ne peuvent être sans péché pure forme, 
Nous touchons au fond de l'ombre,
Nous touchons au fond de l'ombre.
Maudite la poésie qui fut conçue comme un luxe Culturel par tous les neutres
Ceux qui font la sourde oreille, ceux qui gardent les mains propres, Maudite la poésie dont pas un mot
Ne s'engage, s'engage et compromette.
Je fais miennes les fautes, je ressens les souffrances,
Et respirant, je chante,
Chante et chante, et chantant au-delà de ma peine, De mes peines personnelles,
30 J'avance, j'avance.
Je veux vous redonner vie, provoquer de nouveaux actes 
Et calcule en cela ce que peut ma technique 
Je me sens un ouvrier du vers, un ingénieur 
Qui travaille avec vous en l'Espagne,
35 L?Espagne en sa puissance.
Ma poésie n'est pas goutte à goutte pensée.
Ce n'est pas une fleur, et pas un fruit parfait. 
C'est ce qui est nécessaire et qui n'a pas de nom, 
Des actes sur la terre,
40 Un cri vers l'horizon.
Car nous vivons à la force, et c'est à peine s'ils nous laissent Leur dire ce que nous sommes. 
Alors nos chants ne peuvent être sans péché pure forme 
Nous touchons au fond de l'ombre,
45 Nous touchons au fond de l'ombre.
Gabriel Celaya, poète espagnol (1911-1991), trad. P Pascal, 1970.

Qqun pourrait-il m'aider car je bloque complétement et j'ai besoin d'une réelle aide. Je suis pas du genre à venir souvent dans ces forums.


Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

5

Fonction des poètes dans le monde

Je travaille actuellement sur le même sujet , et j'ai quelques pistes, je pense que les poètes peuvent permettre au hommes de réer, il permette aussi de dénoncé les problèmes delà société.

6

Fonction des poètes dans le monde

Salut, je suis desolée si le titre ne correspond pas a ma demande.

J'ai besoin d'aide et de conseils car je ne suis vraiment pas douée en Francais.

Les Documents du corpus sont :
A-Arthur Rimbeaud "le mal" poesie 1870
B-Boris Vian "A tous les enfants" (Texte que je n'ai pas compris)
C- Robert Desnos "ce coeur qui haïssait la guerre" L'honneur des poetes 1943
D Foction du poete" Victor Hugo
E- " la poesie est une arme chargee de futur" Gabriel Celaya


1> D 'apres les texte du corpus, dites quelles fonctions doivent remplir les poètes dans le monde.
2> Etudiez les marques de la violence dans les poeme A,B,C,E.


Pour chaque texte j'ai trouver un theme et les fonctions du poete :
Texte A Fonction du poète : Dénoncer la Religion , critiquer la Guerre

Texte B Fonction du poète : Dénoncer la societé, enfants a la gerre ?

C. Fonction du poète : Appel à la revolution

D. Fonction du poète : Inteprete, messager de Dieu , Eclaireur du peuple, engager

E. Fonction du poète : De s'engager, recontruire le vie


Pour repondre a la questions 1,
je pense au'un plan analytique serait le plus convenable.

Introduction
§1 Dennoncer la Guerre(?)
§2 S'engager (?)
§(?)

conclusion


Je voudrais savoir si cela vous semble jsute comme maniere de repondre,si vous avez d autres idées ect....

7

Fonction des poètes dans le monde

bonjour j'ai les même question si quel qu'un peut m'aider je veut bien !
merci !

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.