Voltaire, Candide, chapitre 20

Bonjour,

J'ai de la difficulté à identifier les figures de style et j'ai besoin d'aide

Entre autre pour :

le diable au corps
Dieu l'a abandonné à quelque être malfaisant

et d'autres pertinents pour démontrer que le mal est universel.

Merci

Voltaire, Candide, chapitre 20

Bonjour Carol,

Tu devrais nous faire part de l'exacte question qui t'a été posée en classe, ainsi que de tes idées de réponse. Cela nous permettrait de mieux comprendre ta demande qui est un peu floue...

Muriel

3

Voltaire, Candide, chapitre 20

A part le champ lexical du mal du mal, je ne vois pas de figure de style particulière dans les expressions que tu as citées. Peux-tu préciser la question et nous indiquer quelles réponses tu proposerais.

Voltaire, Candide, chapitre 20

Bonjour,

je dois faire une analyse partielle sur un extrait du chapitre 20 de Candide.  L'idée directrice est: Le mal est universel.

Il faut que j'identifie les figures de style de mes citations, les voici:

Il faut que vous ayez le diable au corps, dit Candide.

Un million d'assassins enregimentés courant d'un bout de l'Europe à l'autre, exerce le meurtre et le brigandage avec discipline pour gagner son pain

Je pense que Dieu l'a abandonné à quelque être malfaisant

Merci

Est ce que c'est une antithese, une hyberbole, une personnification, une métonymie?

Voltaire, Candide, chapitre 20

Bonsoir Carol,

Je pense qu'ici, il y a une métonymie:

Je pense que Dieu l'a abandonné à quelque être malfaisant

"à quelque être malfaisant" est mis pour "au Diable en personne". On désigne le Diable par sa caractéristique principale (celui qui fait le mal), ce qui permet de savoir de qui l'on parle sans le nommer.
Édit : Du coup, il y a peut-être aussi une antithèse Dieu/Diable, mais je n'en suis pas sûre.

Continue pour les autres, voici la Fiche du site pour les figures de style.

2ème édit : Autre chose : si tu ne cites pas les phrases en entier, elles perdent  leur caractère universel. Il faut que tu cites :

je vous avoue qu'en jetant la vue sur ce globe, ou plutôt sur ce globule, je pense que Dieu l'a abandonné à quelque être malfaisant

C'est globe (= la terre entière) qui donne son caractère universel au mal que fait le diable.

Muriel

6

Voltaire, Candide, chapitre 20

Je pense que Dieu l'a abandonné à quelque être malfaisant

Pour moi, il y a une forme de litote ici car "l'être malfaisant" est le Mal en personne.

Il faut que vous ayez le diable au corps

Il y a certainement ici une métaphore.

Voltaire, Candide, chapitre 20

J'aimerais votre avis et vos commentaires sur mon analyse partielle

Le mal est universel


Voltaire est un philosophe français du XVIIIe siècle qui réfléchit énormément sur la société et qui veut faire réfléchir le lecteur.  Il s’agit d’un écrivain à la personnalité provocante et ironique puisqu’il cherche à faire évoluer les mentalités.  Il montre à travers ces oeuvres sont opinion sur la religion, sur l’existence du mal et sur l’égalité des êtres.  L’analyse qui suit portera sur un extrait du conte philosophique Candide publié en 1759 qui dénonce son époque et qui représente le mal comme étant universel.  Un intérêt particulier sera porté sur trois aspects majeurs du texte à l’étude soit l’équilibre du monde entre le bien et le mal, le comportement des humains et la destruction.


Tout d’abord, Voltaire crée le personnage de Martin, celui-ci est un manichéen, c’est-à-dire qu’il décrit le monde comme un lieu de combat entre le bien et le mal.  Ainsi, le monde ne serait pas sous le contrôle des gens.  L’auteur dit que le diable se mêle si fort des affaires de ce monde qu’il pourrait bien être dans mon corps, comme partout ailleurs.  Il s’agit d’une comparaison qui vient appuyer l’idée de la présence du mal un peu partout.  De plus, le monde est chaotique étant donné qu’il n’y a pas d’équilibre entre le bien et le mal.  L’écrivain dit qu’en jetant la vue sur ce globe, il pense que Dieu l’a abandonné à quelque être malfaisant.  Il utilise une antithèse et une métonymie pour montrer que le mal a pris la place du bien.  Bref, le mal fait parti du quotidien.

Par la suite, ce sont ceux qui vivent sur la terre qui décident de leur comportement donc de leur sort.  D’une part, les gens sont cruels entre eux au lieu de s’entraider.  Voltaire dit que partout les faibles ont en exécration les puissants devant lesquels ils rampent, et les puissants les traitent comme des troupeaux dont on vend la laine et la chair.  Il s’agit d’une antithèse sur les groupes sociaux ainsi qu’une comparaison aux animaux qui montrent la cruauté entre humains.  D’autre part, les actions et le travail que les gens font au quotidien montre leurs valeurs.  Le philosophe met en scène un million d’assassins enrégimentés, courant d’un bout de l’Europe à l’autre qui exerce le meurtre et le brigandage avec discipline pour gagner leur pain parce qu’il s’agit du métier le plus honnête.  L’antithèse utilisée montre ce qui bien pour gagner sa vie, c’est faire le mal.  En somme, le malheur des gens est relié à leur conduite.

8

Voltaire, Candide, chapitre 20

carol a écrit :

J'aimerais votre avis et vos commentaires sur mon analyse partielle

Le mal est universel


Voltaire est un philosophe français du XVIIIe siècle qui réfléchit énormément sur la société et qui veut faire réfléchir le lecteur.  Il s’agit d’un écrivain à la personnalité provocante et ironique puisqu’il cherche à faire évoluer les mentalités.  Il montre à travers ses oeuvres son opinion sur la religion, sur l’existence du mal et sur l’égalité des êtres.  L’analyse qui suit portera sur un extrait du conte philosophique Candide publié en 1759 qui dénonce son époque et qui représente le mal comme étant universel.Resituer précisément l'extrait dans l'oeuvre  Un intérêt particulier sera porté sur trois aspects majeurs du texte à l’étude soit l’équilibre du monde entre le bien et le mal, le comportement des humains et la destruction.lcette phrase est alambiquée et très confuse


Tout d’abord, Voltaire crée le personnage de Martin, celui-ci est un manichéen, c’est-à-dire qu’il décrit le monde comme un lieu de combat entre le bien et le mal.  Ainsi, le monde ne serait pas sous le contrôle des gens.  L’auteur dit que le diable se mêle si fort des affaires de ce monde qu’il pourrait bien être dans mon corps, comme partout ailleurs.Citez entre guillemets  Il s’agit d’une comparaison qui vient appuyer l’idée de la présence du mal un peu partout.  De plus, le monde est chaotique étant donné qu’il n’y a pas d’équilibre entre le bien et le mal.  L’écrivain dit qu’en jetant la vue sur ce globe, il pense que Dieu l’a abandonné à quelque être malfaisant.même remarque  Il utilise une antithèse et une métonymie pour montrer que le mal a pris la place du bien. il faut analyser précisément les figures de style : où est l'antithèse, où est la métonymie? Comment se mettent-elles au service du sens du texte? Bref, le mal fait parti du quotidien.Phrase très maladroite

Par la suite, ce sont ceux qui vivent sur la terre qui décident de leur comportement donc de leur sort.  D’une part, les gens sont cruels au lieu de s’entraider.  Voltaire dit que partout les faibles ont en exécration les puissants devant lesquels ils rampent, et les puissants les traitent comme des troupeaux dont on vend la laine et la chair. Paraphrase Il s’agit d’une antithèse sur les groupes sociaux ainsi qu’une comparaison avec les animaux qui montrent la cruauté entre humains. phrase incorrecte D’autre part, les actions et le travail que les gens font au quotidien montrent leurs valeurs.  Le philosophe met en scène un million d’assassins enrégimentés, courant d’un bout de l’Europe à l’autre qui exercent le meurtre et le brigandage avec discipline pour gagner leur pain parce qu’il s’agit du métier le plus honnête.  L’antithèse utilisée montre ce qui bien pour gagner sa vie, c’est faire le mal.  En somme, le malheur des gens est relié à leur conduite.

Petits conseils : attention à la paraphrase "Voltaire dit que..."
Citez le texte entre guillemets même s'il est légèrement modifier, utilisez alors les crochets pour les mots transformés.
L'analyse n'est pas suffisamment poussée : creuser le texte, commentez les mots, les phrases, les images, les procédés rhétoriques...
Bon courage

Voltaire, Candide, chapitre 20

Est-ce que mes idées principales et secondaires sont bien choisi en fonction de l'idée directrice: le mal est universel?

Voltaire, Candide, chapitre 20

J'ai retravaillé mes deux paragraphes, j'attends vos commentaires, je n'ai pas mis les guillemets ni les crochets, je ne les trouve pas sur mon clavier

Le mal est universel


Tout d’abord, Voltaire crée le personnage de Martin, celui-ci est un manichéen, c’est-à-dire qu’il décrit le monde comme un lieu de combat entre le bien et le mal.  Ainsi, le monde doit se situer entre ces deux extrêmes.  L’auteur dit que le diable se mêle si fort des affaires de ce monde qu’il pourrait bien être dans son corps, comme partout ailleurs.  Il s’agit d’une comparaison qui vient appuyer l’idée de l’omniprésence du mal.  De plus, le monde est chaotique étant donné qu’il n’y a pas d’équilibre entre le bien et le mal.  L’écrivain  pense que Dieu a abandonné la terre à quelque être malfaisant.  Il utilise une antithèse pour montrer que le bien a cédé sa place au mal.  Bref, le mal est présent en tout lieu et en tout moment.

Par la suite, le comportement des humains dans leurs relations entre eux et dans le travail qu‘ils exercent indique leur camp.  D’une part, les gens éprouvent de la haine les uns envers les autres.  Voltaire dit que partout les faibles ont en exécration les puissants devant lesquels ils rampent, et les puissants les traitent comme des troupeaux dont on vend la laine et la chair.  Il s’agit d’une antithèse qui met en regard les deux réalités sociales ainsi qu’une comparaison qui désigne qu’on traite les faibles comme des animaux, ces figures de style montrent la cruauté entre humains.  D’autre part, les actions et le travail que les gens font au quotidien montrent leurs valeurs.  Le philosophe met en scène un million d’assassins enrégimentés, courant d’un bout de l’Europe à l’autre qui exerce le meurtre et le brigandage avec discipline pour gagner leur pain parce qu’il s’agit du métier le plus honnête.  L’antithèse utilisée montre que ce qui bien pour gagner sa vie, c’est faire agir mal.  En somme, le malheur des gens est relié à leur conduite.