Comment construire une anthologie poétique ?

Bonjour,

Ayant été absente pendant longtemps, je me suis retrouvé lundi dernier étonné de savoir que je devais faire une anthologie poétique pour demain après-midi (une journée et demi pour faire quelque chose de bien ' ). Etant de nature timide, je n'ai pas osé demander ce qu'était une anthologie poétique à la prof et je me retrouve à chercher sur internet une réponse.
Alors si vous aviez des réponses pour la construction d'une anthologie poétique... j'en serais très heureuse .
Merci de m'avoir lu et je vous remercie beaucoup, par avance, de vos prochaines réponses  smile

Mon sujet (si cela peut aider à m'expliquer) : Cette anthologie comportera quatre poèmes en lien avec les poètes maudits (obligatoire) et deux tableaux symbolistes ou de l'Ecole de Pont-Aven (falcultatif).

2

Comment construire une anthologie poétique ?

Bonjour Acianne,

C'est un peu court ! Comme dirait Cyrano.

Parons au plus pressé.
Une anthologie est un choix significatif de poèmes. En raison de leur originalité, de leur beauté, du plaisir qu'ils procurent et surtout de leur valeur illustrative au parcours  ou au thème retenu.

Pour toi, ce thème est double : les poètes maudits et les tableaux symbolistes.
C'est une invention de Verlaine : Il regroupe Tristan Corbière, Arthur Rimbaud, Stéphane Mallarmé, Marceline Desbordes-Valmore, Villiers de l'Isle-Adam, Pauvre Lélian ou Verlaine lui-même

VOYELLES de Rimbaud
A noir, E blanc, 1 rouge, U vert, 0 bleu, voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes.
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombillent autour des puanteurs cruelles,

Golfe d’ombre ; E, candeur des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein de strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges
- O l’Oméga ! rayon violet de Ses Yeux !

Pour ses couleurs et ses allusions symboliques

APPARITION de Mallarmé
La lune s’attristait. Des séraphins en pleurs,
Rêvant, l’archet aux doigts, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l’azur des corolles.
- C’était le jour béni de ton premier baiser.
Ma songerie aimant à me martyriser
S’enivrait savamment du parfum de tristesse
Que même sans regret et sans déboire laisse
La cueillaison d’un Rêve au coeur qui l’a cueilli
J’errais donc, l’oeil rivé sur le pavé vieilli,
Quand, avec du soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir, tu m’es en riant apparue,
Et j’ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d’enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d’étoiles parfumées.
et la moins vénérable encore qu’adorable

Pour son évocation mystérieuse et hautement symboliste (presque préraphaélite).

AU BORD DE LA MER de Villiers
Au sortir de ce bal nous suivîmes les grèves,
Vers le toit d’un exil, au hasard du chemin,
Nous allions : une fleur se fanait dans sa main,
C’était par un minuit d’étoiles et de rêves.
Dans l’ombre autour de nous, tombaient des flots foncés.
Vers les lointains d’opale et d’or, sur l’Atlantique,
L’outre mer épandait sa lumière mystique,
Les algues parfumaient les espaces glacés.
Les vieux échos sonnaient dans la falaise entière !
Et les nappes de l’onde aux volutes sans frein
Écumaient, lourdement, contre les rocs d’airain.
Sur la dune brillaient les croix d’un cimetière.
Leur silence, pour nous, couvrait ce vaste bruit.
Elles ne tondaient plus, croix par l’ombre insultées,
Les couronnes de deuil, fleurs de mort, emportées
Dans les flots tonnants, par les tempêtes, la nuit.
Mais de ces blancs tombeaux en pente sur la rive,
Sous la brume sacrée, â des clartés pareils,
L’ombre questionnait en vain les grands sommeils
Ils gardaient le secret de la Loi décisive.
Frileuse elle voilait d’un cachemire noir
Son sein, royal exil de toutes mes pensées !
J’admirais cette femme aux paupières baissées,
Sphinx cruel, mauvais rêve, ancien désespoir !
Ses regards font mourir les enfants.
Elle passe Et se laisse survivre en ce qu’elle détruit.
C’est la femme qu’on aime à cause de la Nuit.
Et ceux qu’elle a connus en parlent à voix basse.
Le danger la revêt d’un rayon familier
Même dans son étreinte oublieusement tendre,
Ses crimes, évoqués, sont tels qu’on croit entendre
Des crosses de fusils tombant sur le palier.
Cependant, sous la honte illustre qui l’enchaîne,
Sous le deuil où se plaît cette âme sans essor,
Repose une candeur inviolée encor
Comme un lys enfermé dans un coffret d’ébène.
Elle prêta l’oreille au tumulte des mers,
Inclina son beau front touché par les années,
Et se remémorant ses morues destinées,
Elle se répandit en ces termes amers
« Autrefois, autrefois, - quand je faisais partie
» Des vivants, - leurs amours sous les pâles flambeaux
» Des nuits, comme la mer au pied de ces tombeaux,
» Se lamentaient, houleux, devant mon apathie.
» J’ai vu de longs adieux sur mes mains se briser :»
Mortelle, j’accueillais, sans désir et sans haine,
» Les aveux suppliants de ces âmes en peine !
» Le sépulcre à la mer ne rend pas son baiser.
» Je suis donc insensible et faite de silence
» Et je n’ai pas vécu ; mes jours sont froids et vains
» Les Cieux mont refusé les battements divins !
» On a faussé pour moi les pieds de la balance.
» Je sens que c’est mon sort même dans le trépas
» Et, soucieux encore des regrets ou des fêtes,
» Si les morts vont chercher leurs fleurs dans les tempêtes,
» Moi je reposerai, ne les comprenant pas. »
Je saluai les croix lumineuses et pâles.
L’étendue annonçait l’aurore, et je me pris
A dire, pour calmer ses ténébreux esprits
Que le vent des remords battait de ses rafales
Et pendant que la mer déserte se gonflait :
« Au bal vous n’aviez pas de mélancolies
» Et les sons de cristal de vos phrases polies
» Charmaient le serpent d’or de votre bracelet.
» Rieuse et respirant une touffe de roses,
» Sous vos grands cheveux noirs mêlés de diamants,
» Quand la valse nous prit, tous deux, quelques moments,
» Vous eûtes, en vos yeux, des lueurs moins moroses.
» J’étais heureux de voir sous le plaisir vermeil
» Se ranimer votre âme à l’oubli toute prête,
» Et s’éclairer enfin votre douleur distraite
» Comme un glacier frappé d’un rayon de soleil. »
Elle laissa briller sur moi ses yeux funèbres
Et la pâleur des morts ornait ses traits fatals.
« Selon vous, je ressemble aux pays boréals,
» J’ai six mois de clartés et six mois de ténèbres ?
« Sache mieux quel orgueil nous nous sommes donné
» Et tout ce qu’en nos yeux il empêche de lire :
» Aime-moi, toi qui sais que, sous un clair sourire,
» Je suis pareille à ces tombeaux abandonnés. »

Mystère et mort

Élégies Qu'en avez-vous fait Marceline DESBORDES VALMORE

Qu'en avez-vous fait ?

Vous aviez mon coeur
Moi, j'avais le vôtre :
Un coeur pour un coeur,
Bonheur pour bonheur !

Le vôtre est rendu,
Je n'en ai plus d'autre ;
Le vôtre est rendu,
Le mien est perdu !

La feuille et la fleur
Et le fruit lui-même,
La feuille et la fleur,
L'encens, la couleur,

Qu'en avez-vous fait,
Mon maître suprême ?
Qu'en avez-vous fait,
De ce doux bienfait ?

Comme un pauvre enfant
Quitté par sa mère,
Comme un pauvre enfant
Que rien ne défend,

Vous me laissez là
Dans ma vie amère,
Vous me laissez là,
Et Dieu voit cela !

Savez-vous qu'un jour
L'homme est seul au monde ?
Savez-vous qu'un jour
Il revoit l'Amour ?

Vous appellerez,
Sans qu'on vous réponde
Vous appellerez,
Et vous songerez!…

Vous viendrez rêvant
Sonner à ma porte,
Ami comme avant,
Vous viendrez rêvant,

Et l'on vous dira :
« Personne !… elle est morte. »
On vous le dira,
Mais, qui vous plaindra ?

Marceline DESBORDES-VALMORE, Élégies (1825)

Pour sa nostalgie
Comme le suivant de Verlaine

Paul Verlaine - Gaspard Hauser chante (dans Sagesse)

Je suis venu, calme orphelin,
Riche de mes seuls yeux tranquilles,
Vers les hommes des grandes villes :
Ils ne m'ont pas trouvé malin.

A vingt ans un trouble nouveau,
Sous le nom d'amoureuses flammes,
M'a fait trouver belles les femmes :
Elles ne m'ont pas trouvé beau.

Bien que sans patrie et sans roi
Et très brave ne l'étant guère,
J'ai voulu mourir à la guerre :
La mort n'a pas voulu de moi.

Suis-je né trop tôt ou trop tard ?
Qu'est-ce que je fais en ce monde ?
Ô vous tous, ma peine est profonde :
Priez pour le pauvre Gaspard !

Il ne te reste plus (si je puis dire) qu'à justifier tes choix et examiner ressemblances et différences pour trouver un fil conducteur...

Comment construire une anthologie poétique ?

Merci beaucoup pour l'aide... je vais pouvoir continuer... je viens de finir l'analyse de deux poèmes supplémentaires... mais bon let's go et encore merci        big_smile=D=D

Comment construire une anthologie poétique ?

bonjour,
J'ai été absence plusieurs temps en cour et j'ai appris qu'on devait faire une anthologie et une préface sur les poèmes de Eluard Gallimard: Toi la seule, Ma morte vivante, Négation de la poésie, Je t'ai imaginée et les saisons d'amour. Mais le problème c'est que je ne comprend pas ce qu'il faut faire.
Pouvez-vous m'aider?
merci par avance

Comment construire une anthologie poétique ?

Bonjour Angi,

Lis cette fiche de Jean-Luc.

Muriel

Comment construire une anthologie poétique ?

Bonjour à vous, pour ma part j'ai une anthologie à faire pour samedi 29 septembre, et je voudrais savoir si vous pouviez m'aider à choisir un thème parmi les suivants et me dire des exemples de poèmes à prendre avec le thème choisi : l'enfance, Paris, la Résistance, les saisons, les animaux ou encore le voyage. Merci de me répondre s'il vous plait c'est super urgent 

7

Comment construire une anthologie poétique ?

Bonjour SK91,

Regarde ce lien qui devrait te permettre de choisir ici.
Utilise recherche puis thème.

Comment construire une anthologie poétique ?

Merci pour le lien mais cela ne m'aide pas à choisir mon thème ni les poèmes qui vont aveec sad svp proposez moi vos choix à vous ... Merci de votre attention.

9

Comment construire une anthologie poétique ?

As-tu utilisé les boutons indiqués ?

Comment construire une anthologie poétique ?

comment ça? yikes