1

Baudelaire, Chant d’automne

Est ce que ce poème tient du registre élégiaque? (Lyrisme + plainte funèbre) .

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.

J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe ;
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

Il me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui ? - C'était hier l'été ; voici l'automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

Merci d'avance  big_smile

Baudelaire, Chant d’automne

Oui, lyrisme élégiaque ; c'est un adieu à l'été

Baudelaire, Chant d’automne

Commentaire, chant d'automne LVI

1.
Les manifestations du spleen

2.
A. La fuite du temps
B. Le sentiment de culpabilité


Pouvez vous m'aider pour la premiere partie?

Baudelaire, Chant d’automne

j'ai besoin de trouver 2 procédés par chaque strophes et de les expliquées pour mercredi le 6 mai au plus tard svp aider moi d'en trouver car je suis nulle en littérature  MERCI

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.

J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe ;
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

Il me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui ? - C'était hier l'été ; voici l'automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

5

Baudelaire, Chant d’automne

Quelqu'un pourrait-il m'aider à trouver des axes de commentaire sur ce poème s'il vous plait. C'est urgent --'J'ai pensé à :
- la manifestation du spleen
- (la projection de l'homme dans l'univers)
-La déception et le regret par le spleen

6

Baudelaire, Chant d’automne

Bonjour à tous   smile !
Voila,je suis une jeune élève de Première S et pour la semaine prochaine, j'ai un commentaire de français à écrire. Il s'agit du commentaire du poème "Chants d'automnes", Les fleurs du Mal (1857) de Baudelaire.
Voici le poème :

Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l'hiver va rentrer dans mon être: colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.

J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

II me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui? - C'était hier l'été; voici l'automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

J'ai trouvé deux axes :
-L'arrivée de l'hiver annonce la mort.
-Le temps passe et on ne peut le fuir.
Trouvez-vous qu'ils sont bien et assez dynamiques ? S'ils ne vont pas, pouvez-vous m'aider ?
Merci à tous  smile !
Phanphan.

7

Baudelaire, Chant d’automne

Bonsoir,

Je doit faire un commentaire littéraire, notre professeur nous a donner une grande partie ou l'on devait parler de la vision mordernisée de l'automne . Mais le probleme c'est que je sais vraiment pas de quoi je suis senser parler dans cette partie ! Voila le poeme "Chant d'automne " de charles baudelaire

I
Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts !
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.

Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.

J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe ;
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.

Il me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui ? - C'était hier l'été ; voici l'automne !
Ce bruit mystérieux sonne comme un départ.

Je vous remercie d'avance pour votre aide

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

8 (Édité par const54 23/03/2014 à 19:13)

Baudelaire, Chant d’automne

Bonsoir,

Etant en 1ère S, je passe à la fin d'année le BAC Français. J'ai préparé une quinzaine de fiches pour l'oral mais je bloque sur 1 en particulier sur le poème "Chant d'automne" de Baudelaire:

"En quoi ce poème est-il un chant ?" (C'est notre prof qui nous donne les problématiques).

Je n'arrive pas vraiment à établir un plan. Je pense parler vaguement des rythmes, de la musicalité et des sensations mais je ne sais pas agencer tout ça pour faire un plan.

Merci smile