Fonction et classe grammaticale

Bonsoir.

parfois : adverbe.

si vite : "vite" est un adverbe, modifié lui-même par l'adverbe "si".

devant : impossible de te répondre sans la phrase complète !
Tu dois la préciser.

Car devant peut être :
- un adverbe : Je marche devant.
- une préposition : devant la porte
- un nom : le devant.
- un participe présent (celui du verbe "devoir") : Devant me rendre à Paris demain...

au bout de : locution prépositive; elle peut introduire un CC de lieu ou de temps.

232

Fonction et classe grammaticale

Bonsoir,

Je suis en fac de lettres modernes et j'aurais besoin de votre aide pour quelques détails de grammaire.
Mon problème est toujours le même : trouver les compléments circonstanciels et plus précisément les délimiter. J'ai compris la notion de CC adjoints et de CC intégrés et les définitions de ceux-ci mais les trouver avec précision me laisse toujours songeuse ! Voici une phrase qui, par exemple, me pose problème :

"Les premiers temps aux heures des repas, Ferrer fréquentait surtout les nombreux petits bars agités de la vieille ville , debout devant le comptoir, on peut manger plein de petites choses, l'on n'est pas contraint de s'asseoir pour se nourrir solitairement, ce qui peut vous casser le moral"

Nous avons,en cours, analysé les pronoms relatifs "où" comme des CC de lieu. Je ne comprends pas cette analyse, comment des pronoms relatifs peuvent ils être CC et pourquoi alors pas toute la proposition relative ? Dans la phrase suivante "La ville où je suis allée en vacances est touristique" peut on considérer "où" comme CC de lieu ? Faut il considérer le pronom par rapport à son antécédant ? Je m'embrouille un peu ...
Plus généralement je me rends compte que je ne délimite jamais les CC comme ma prof, les miens étant toujours beaucoup plus long !

Enfin, il y a un autre détail dont j'aimerais m'assurer, on peut considérer comme CC les formes du gérondif comme "en mangeant" mais pas les participe présent seuls, dans la phrase "il vient me trouver ne sachant que faire" on ne peut pas analyser "ne sachant que faire" comme un CC. Est-ce exact ?

J'espère avoir été claire,
Bonne soirée à tous et merci d'avance pour votre aide.

Floriane

233

Fonction et classe grammaticale

C'est clair, mais subtil, je vois que j'ai pas mal baissé en grammaire depuis que je ne suis plus étudiant.
Je partage avec toi le doute que tu émets sur le fait que "où" pronom relatif, qui introduit normalement une proposition subordonnée relative, puisse en quelque manière introduire un CC de lieu. Mais je vais essayer de faire l'avocat du diable. "Où" vient de "ubi", qui originellement n'est pas un pronom relatif. C'est selon les cas un adverbe ou une conjonction de subordination, de la même façon que "quando".
Où viens-tu? Quand viens-tu? Je viens quand je veux, je viens où je veux.
Là les mêmes mots sont des adverbes interrogatifs, dans le style direct puis indirect. Là, tu vois qu'on ne peut pas vraiment analyser le "où" comme un relatif: il ne se rapporte à aucun antécédent. Bien sûr on pourrait rétorquer: J'aime qui je veux. Mais si on analyse plus précisément on voit qu'il ne s'agit pas du qui relatif (en effet le qui relatif ne pourrait pas être objet du verbe vouloir), mais interrogatif.
Nous avons donc un exemple où le "où" n'est pas relatif, mais adverbial.
Or entre un adverbe interrogatif, et une conjonction de subordination, le terrain est particulièrement glissant. "Quand" en est un exemple, et j'avoue que les phrases que j'ai données peuvent prêter à confusion.

Si "où" est considéré comme un relatif, contrairement à "quand", c'est qu'il peut compléter un nom. Le jour où je suis né est possible. Le jour quand je suis né est impossible. D'ailleurs on peut remplacer le lieu où je suis né, par le lieu dans lequel je suis né. C'est ce qui justifie l'analyse du où comme pronom relatif, mais ce critère est il correct?
Toute proposition qui développe un nom n'est pas nécessairement relative. Prenons l'exemple: l'idée qu'il soit venu, "que" ne peut en aucune manière être considéré comme un pronom relatif. Donc on a ici un genre de complétive, mais qui complète un nom plutôt qu'un verbe. Alors pourquoi, s'il est possible qu'une complétive se rapporte à un nom, ne serait il pas possible qu'une circonstancielle ne le fasse pas également, et ce d'autant que par son origine, "où" n'est pas un pronom relatif?
Un élément qui définit aussi la relative, c'est qu'elle est introduite par un pronom dit relatif. Or "où" peut-il s'analyser comme un vrai pronom? Le problème de "où" est qu'il ne substitue pas nécessairement à un nom. Où vas-tu? Je vais là. Par ailleurs, quand il se réfère à un nom, c'est toujours accompagné d'une préposition. Mais un véritable pronom pur se placerait comme le nom, après la préposition, et ne la sous entendrait pas (exception faite, des pronoms issus d'anciens datifs comme "lui" et "leur", mais on peut invoquer des raisons historiques qui ne fonctionnent pas avec "où")
Compare:
J'aime le lieu où j'ai grandi > j'ai grandit dans ce lieu (d'où sort le "dans"?)
J'ai grandit dans ce lieu que j'aime > j'aime ce lieu
J'aime ce lieu à qui je dois la naissance > je dois la naissance à ce lieu

Cela donne une catégorie aussi bizarre,étrange et suspecte que les pronoms adverbiaux "y" et "en".

Pour ce genre de mots, il est possible de faire glisser les catégories, mais je ne suis pas sûr de l'intérêt de l'exercice. Si ta prof voulait donner des exemples de CC, elle aurait été mieux inspirée de les chercher ailleurs.

Fonction et classe grammaticale

Bonsoir.

"Les premiers temps aux heures des repas, Ferrer fréquentait surtout les nombreux petits bars agités de la vieille ville , debout devant le comptoir, on peut manger plein de petites choses, l'on n'est pas contraint de s'asseoir pour se nourrir solitairement, ce qui peut vous casser le moral"

, pronom relatif (= dans lesquels) ayant pour antécédent "bars", CC de lieu de l'infinitif "manger".

(C'est à comparer, par exemple,  avec :
les repas que je peux manger
que, pronom relatif, ayant comme antécédent "repas", COD de l'infinitif "manger".)

Le deuxième : pronom relatif, ayant pour antécédent "bars", CC de lieu de l'infinitif "s'asseoir".

235

Fonction et classe grammaticale

Maintenant venons-en au problème de la délimitation (CC de lieu ou proposition relative, cela n'a pas d'importance pour ce problème précis):


"Les premiers temps aux heures des repas, Ferrer fréquentait surtout les nombreux petits bars agités de la vieille ville où, debout devant le comptoir, on peut manger plein de petites choses, où l'on n'est pas contraint de s'asseoir pour se nourrir solitairement, ce qui peut vous casser le moral"

Pour analyser, il faut faire confiance au sens, et pour moi les deux "où" se rapportent au même nom "bars". On a donc là deux propositions distinctes, et qui ne sont pas imbriquées l'une dans l'autre.

Enfin le gérondif a toujours une valeur de CC il me semble. La question sur le participe présent est plus délicate.

il vient me trouver ne sachant que faire
Je dis peut être une sottise, mais il s'agit probablement d'un participe a valeur adjectivale (ce qui n'en fait pas un adjectif), et donc cela se rapporte à "il" , ce qui fait qu'on ne peut pas le considérer comme un CC, même si ça y ressemble furieusement.

Fonction et classe grammaticale

Bonsoir, Lucretius.

Pour en revenir à qui selon toi ne serait pas un vrai pronom relatif, avec cet argument de la préposition qu'il contient :

J'aime le lieu où j'ai grandi > j'ai grandi dans ce lieu (d'où sort le "dans"?)

A ce compte-là, on pourrait dire que dont n'est pas un vrai pronom relatif non plus :
Voici la ville dont je sors > Je sors de cette ville (D'où sort le "de" ? pourrait-on dire aussi.)
Et pourtant, dont n'est jamais classé dans les adverbes, que je sache...
Toujours dans les relatifs.

237

Fonction et classe grammaticale

Merci beaucoup à vous deux pour vos réponses.
Je comprends mieux la signification du pronom relatif "où" et maintenant je ne sais pas pourquoi je ne cherchais pas sa fonction comme je le faisais pour "dont" ou d'autres pronoms relatifs donc merci beaucoup ! Si un "où" est souligné lors de mon examen je saurai l'analyser ! Je reviens dés que j'ai un soucis. smile
Bonne soirée.
Floriane

238

Fonction et classe grammaticale

Jehan a écrit :

Bonsoir, Lucretius.

Pour en revenir à qui selon toi ne serait pas un vrai pronom relatif, avec cet argument de la préposition qu'il contient :

J'aime le lieu où j'ai grandi > j'ai grandi dans ce lieu (d'où sort le "dans"?)

A ce compte-là, on pourrait dire que dont n'est pas un vrai pronom relatif non plus :
Voici la ville dont je sors > Je sors de cette ville (D'où sort le "de" ? pourrait-on dire aussi.)
Et pourtant, dont n'est jamais classé dans les adverbes, que je sache...
Toujours dans les relatifs.

J'ai fait l'avocat du diable, c'est à dire que je suis le premier à ne pas être d'accord avec ce que je raconte. Je continue néanmoins. "Dont" contrairement à "où" n'est pas analysable autre part que dans une proposition subordonnée relative. On ne verra jamais de question du genre: Dont viens tu? Dont renvoie systématiquement à la préposition de+nom auquel il se réfère, on peut à ce titre le considérer comme une sorte de contraction irrégulière. Mais où n'est attaché à aucune préposition particulière, cela peut être n'importe quelle préposition de lieu (le lieu où j'ai vécu = j'ai vécu dans ce lieu, le moment où je suis mort= je suis mort à ce moment, etc), et surtout, "où" a aussi par ailleurs une valeur adverbiale, notamment dans les interrogatives.  Ne trouves-tu pas étrange que "où" puisse avoir un adverbe comme antécédent? Je vais là où il va.

EDIT réflexions ultimes: cette théorie absolument fumeuse est totalement idiote, et surtout, la prof de grammaire a du penser simplement à la fonction du "où" à l'intérieur de la relative. J'ai été malveillant à son égard. Mea maxima culpa.

239

Fonction et classe grammaticale

Dans mes notes de cours, dans le chapitre "pronoms relatifs", j'avais noté :  "attention "où" est un adverbe relatif". Comme le ubi latin donc. Mais cette classification est rare chez les grammairiens.

Fonction et classe grammaticale

"Dont" contrairement à "où" n'est pas analysable autre part que dans une proposition subordonnée relative.

Dont acte !  wink