Georges de Scudéry, La Belle Égyptienne / Tristan L'Hermite, La Belle Esclave more

Tout d'abord, bonjour.
Et désolée si ce sujet a été déjà traîté, mes recherches n'ont abouti sur rien d'intéressant.

Je vous explique rapidement la situation : j'ai un commentaire comparé à finir, sur "La Belle Egyptienne" de Georges de Scudéry et "La Belle Esclave More" de Tristan l'Hermite.

J'ai choisi un plan en deux parties, avec donc en premier axe les similitudes, et en second, les différences/spécificités.
Pour la première partie, pas trop de problèmes, c'est bon. Par contre, pour la deuxième, ça coince. J'ai quelques éléments de réponses, mais je n'arrive pas à organiser tout ça correctement, et puis surtout, ça manque de matière.
Je vous note quand même les quelques trucs que j'ai : pour les tercets, "La Belle Egyptienne" traîte du thème du destin/avenir, alors que "La Belle Esclave More" aborde le néo-pétrarquisme (avec la femme dominante, et l'homme qui passe donc au statut de dominé, presque rebelle aux sentiments de l'amant blabla.. ).
Ensuite, je pense qu'il y a peut-être des trucs intéressants au niveau de la pointe, mais j'arrive pas à comprendre les subtilités de celles-ci donc bon. Dur dur. Cependant, je remarque bien la chute, et l'une me semble plus amusante et légère ("Tu parais peu savante en l'art de deviner", "sans t'amuser", "la bonne aventure") alors que l'autre a l'air sérieuse, limite tragique ("Mais cache-toi Soleil", "pour ta honte").
Aussi, j'avais pensé à peut-être une opposition entre maniérisme et baroque, mais les deux textes me semblent tous deux maniéristes... Bref. Mauvaise voie apparemment.

Si par hasard vous pouvez m'orienter pour tout ça, ce serait avec plaisir et vous auriez mon entière gratitude (et un paquet de fraises tagadas même) !
Merci d'avance. :]

2

Georges de Scudéry, La Belle Égyptienne / Tristan L'Hermite, La Belle Esclave more

Bonsoir Anko,

Compte tenu de la prime, je m'empresse de te répondre.
Ton intuition est bonne, une des principales différences est bien dans la chute des sonnets.
D'une manière générale, je trouve la version de Tristan l'Hermite plus subtile et plus lyrique ou plus conforme au modèle pétrarquisant.
Scudéry me paraît plus laborieux dans le maniement des images et des symboles, son sonnet est moins uni, sa fin est faible. Il s'agit d'un jeu de mots que je comprends ainsi : "bonne aventure" signifie divination mais aussi aventure galante. La fin se diluerait donc dans un souhait un tantinet polisson.

La chute chez Tristan est plus soutenue, hyperbolique. Il rappelle le thème de la belle matineuse développé par la Pléiade par ex  par J. du Bellay, L'Olive sonnet LXXXIII (1549) (Le thème de la « belle Matineuse », dont l'éclat fait pâlir l'Aurore, prend naissance avec un sonnet de l'italien Rinieri. Il donna lieu à de multiples variations dans toute l'Europe et les poètes de la Pléiade en firent un de leurs motifs privilégiés). De plus elle se termine sur une belle antithèse double.

Je crois que ces deux pièces relèvent effectivement du maniérisme littéraire : on retrouve la femme et la passion amoureuse dépeintes au travers d'une grille d'images qui renvoient au poison, au feu, à la flèche, à un réseau de synecdoques, le tout étant désigné par la partie, la personne par le regard ou par la main. L'hyperbole et la périphrase servent à décrire mais aussi à dépasser le réel, jusqu'à la pointe finale, qui dégage l'essence de la beauté noire ou nous projette dans l'étrangeté de la bohémienne (voir chez Mérimée ou Gautier la suite du mythe de l'ensorceleuse). Note aussi la constance des antithèses.

Mon travail étant achevé, j'attends donc la livraison des fraises (autres que celle du costume du XVIe siècle) sur ce forum avant ce soir minuit, dernier délai, sous peine de voir le mesage s'autodétruire au douzième coup de l'horloge.

Il me vient aussi que Tristan l'Hermite pourrait reprendre consciemment ou inconsciemment le thème d'Aucassin et Nicolette, avec l'amour de la sarrazine, de ses yeux de braise...

Georges de Scudéry, La Belle Égyptienne / Tristan L'Hermite, La Belle Esclave more

Alors là Jean-Luc, en plus des fraises, tu mérites des dragibus ! \o/
Merci infiniment, sérieusement, ça m'a bien aidé tout ce que tu viens d'écrire, et c'est vraiment intéressant. Les références me semblent bien utiles aussi, je pense en réutiliser pour la conclusion.

Il me reste toujours un paragraphe à faire pour ce deuxième axe, mais je laisse tout ça de côté pour le moment, je vais essayer de voir avec des amis où est-ce qu'ils en sont.
(Mais vos avis sont toujours les bienvenus tout de même! ;D)

Georges de Scudéry, La Belle Égyptienne / Tristan L'Hermite, La Belle Esclave more

Bonjour à tous, j'aurais besoin d'aide car je dois rédiger un commentaire composé sur "La belle esclave more" de Tristan L'Hermite. J'ai un niveau très faible en français (se que vous avez dut remarquer à mon orthographe) et j'ai beaucoup de peine avec l'analyse de se poème.

J'ai déjà trouver plusieurs point intéressant mais trop isolé les un des autres. Tout d'abord les "contraires" de se poème : "Beau" et "Monstre" ; "ébène" et "ivoire" ; "ténébreux" et "luise".
Deuxièmement, l'inversion entre l'esclave et le maître : "Entre ces noires mains je mets ma liberté."
Il y as aussi l'orthographe de maure qu'il écrit "more", se qui se rapprocherais plus de l'orthographe de "mort" mais je n'ai trouver rien d'autre sur la mort dans se poème, et le dernier tercet que je ne comprend pas bien.

Je n'arrive pas à tisser des liens entre ces choses et commence donc à douter de leur véracité.

J'aurais donc besoin que vous m'aidiez à trouver les thèmes principaux de se poème pour que je puisse construire mon plan.


Merci d'avance

Tristan L'Hermite – La Belle Esclave more

Beau Monstre de Nature, il est vrai, ton visage
Est noir au dernier point, mais beau parfaitement :
Et l’ébène poli qui te sert d’ornement
Sur le plus blanc ivoire emporte l’avantage.

Ô merveille divine, inconnue à notre âge !
Qu’un objet ténébreux luise si clairement ;
Et qu’un charbon éteint, brûle plus vivement
Que ceux qui de la flamme entretiennent l’usage !

Entre ces noires mains je mets ma liberté ;
Moi, qui fus invincible à toute autre Beauté,
Une More m’embrase, une Esclave me dompte.

Mais cache-toi Soleil, toi qui viens de ces lieux
D’où cet Astre est venu, qui porte pour ta honte
La nuit sur son visage, et le jour dans ses yeux.

voilà désolé de pas avoir fait sa tout de suite

Georges de Scudéry, La Belle Égyptienne / Tristan L'Hermite, La Belle Esclave more

Bonsoir Keldhar,

Étudie en profondeur cette fiche du site.

(Tu as de très bonnes idées, à l'aide de la fiche, tu devrais pouvoir les amplifier.)

Relève les champs lexicaux sur une feuille.

Reviens ensuite.

Muriel

P.S. Sauf pour la mort, que je ne trouve pas très présente ici : on écrivait Maure ou More, selon... (le poème est du XVIIe)... Attache-toi plutôt à l'Orient, l'Est, la peau colorée (noircie) par le soleil... (et la sensualité, et les interrogations).

Georges de Scudéry, La Belle Égyptienne / Tristan L'Hermite, La Belle Esclave more

Kheldar, pour les "contraires" que tu as relevés en termes savants on dit des oxymores
Bon ça fait un peu intello snobinard mais faut faire plaisir aux profs  lol lol

Georges de Scudéry, La Belle Égyptienne / Tristan L'Hermite, La Belle Esclave more

Bonjour,

Je voudrais vous remerciez car j'ai trouvé beaucoup de nouveau point grâce à vous et à votre site.

J'ai réussi à trouver un bonne axe d'analyse qui est le néo-pétrarquisme. Dans cette axe je parle :
- des rimes féminines qui entoure et emprisonne les rimes masculine dans les deux premier quatrain.
- De la puissance de la femme qui lui fait ressembler à une divinité, "Monstre" "merveille divine" "invincible" "m'embrase" "astre".
- la prise de puissance de la femme esclave qui deviens maître et le maître qui deviens esclave.

J'ai aussi trouver d'autre point intéressant mais je n'arrive pas à les intégrer ou les regrouper.
- les oxymores 
- le champ lexicale du feu
(- le rapporte blanc noir : ivoire ébène, jour nuit.)

J'aurais encore besoin de votre aide pour trouver un moyen d'intégrer ces derniers point à mon commentaire et aussi pour m'assurer que ma définition du néo-pétrarquisme est correct, j'ai cru comprendre que c'était l'idéalisation de la femme mais je n'en suis pas sur.

Merci d'avance  big_smile

Georges de Scudéry, La Belle Égyptienne / Tristan L'Hermite, La Belle Esclave more

Une idéalisation de la femme, avec une pointe de préciosité (une exagération dans les images)
Les oxymores : tu peux les rattacher à la partie "maître devient esclave, esclave devient maître"