Verlaine, Nevermore (I), Souvenir, souvenir, que me veux-tu ?...

Bonjour,
J'ai un commentaire composé à rendre sur le poème NERVERMORE. [Section Melancholia]

Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L'automne
Faisait voler la grive à travers l'air atone,
Et le soleil dardait un rayon monotone
Sur le bois jaunissant où la bise détone.

Nous étions seul à seule et marchions en rêvant,
Elle et moi, les cheveux et la pensée au vent.
Soudain, tournant vers moi son regard émouvant :
"Quel fut ton plus beau jour ?" fit sa voix d'or vivant,

Sa voix douce et sonore, au frais timbre angélique.
Un sourire discret lui donna la réplique,
Et je baisai sa main blanche, dévotement.

- Ah ! les premières fleurs, qu'elles sont parfumées !
Et qu'il bruit avec un murmure charmant
Le premier "oui" qui sort de lèvres bien-aimées !

Il y a un point que je n'ai pas très bien compris.
Verlaine etait-il un Parnassien ? J'ai pu lire qu'il avait publié pas mal de poèmes dans LE PARNASSE COMPTEMPORAIN mais je doute que NEVERMORE réponde aux critères du mouvement puisque qu'il raconte quelque chose de très personnel.

Merci d'avance.

Verlaine, Nevermore (I), Souvenir, souvenir, que me veux-tu ?...

En effet, ce n'est pas parce que Verlaine a publié quelques poèmes dans cette revue qu'il est un poète parnassien. On raccroche Verlaine à l'École symboliste

Verlaine, Nevermore (I), Souvenir, souvenir, que me veux-tu ?...

Merci Léah.  smile

4 (Édité par tite-noisette 13/03/2013 à 17:35)

Verlaine, Nevermore (I), Souvenir, souvenir, que me veux-tu ?...

Bonjour, je dois étudier le poème "Nevermore" de Paul VERLAINE mais j'ai quelques question où je bloque:
-Identifiez la forme du poème, le mètre utilisé, le nombre et la disposition des rimes.
-Quelle strophe est constituée de rimes féminines ?
-Relevez un enjambement (première strophe). Quel mot est placé en contre-rejet ?
-Relevez les jeux de sonorités (v.1 à 4, 12-13)
-Analysez le rythme du vers 4 (procédez au codage du vers).
-Quel est le sentiment exprimé par le poète ?

Voici le poème:

Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L'automne
Faisait voler la grive à travers l'air atone,
Et le soleil dardait un rayon monotone
Sur le bois jaunissant où la bise détone.

Nous étions seul à seule et marchions en rêvant,
Elle et moi, les cheveux et la pensée au vent.
Soudain, tournant vers moi son regard émouvant
" Quel fut ton plus beau jour? " fit sa voix d'or vivant,

Sa voix douce et sonore, au frais timbre angélique.
Un sourire discret lui donna la réplique,
Et je baisai sa main blanche, dévotement.

- Ah ! les premières fleurs, qu'elles sont parfumées !
Et qu'il bruit avec un murmure charmant
Le premier oui qui sort de lèvres bien-aimées !

Merci à tous ceux qui pourrons m'aider.

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.