Subjonctif double

J'ai lu dans un ouvrage la phrase qui suivra. Il s'y présente une construction assommante, et je doute qu'il soit vraiment possible de jouer de cette façon avec la concordance des temps. Je crois que l'auteur se fourvoie, utilisant une laborieuses superpositions grammaticales. Néanmoins, je me trompe peut-être et il est tout à fait possible de s'exprimer ainsi. Je vous demande votre avis.

Avant de franchir la rivière, le passeur s'éloigna de nouveau dans les bois afin d'y cacher son tandem. Ce n'était pas tant qu'il craignît qu'on ne lui volât son engin, mais par souci d'organisation et de rigueur respectueuse à l'égard du domaine harmonieux.

Un verbe subjonctif imparfait suivi d'un second. Existe-t-il une règle qui infirme ou confirme le choix de l'auteur ?
Il est vrai que dans les deux cas le conditionnel s'impose, ou pour le moins, il est plausible. Bref!
Merci pour votre aide ++

Subjonctif double

Bonsoir,

Cette phrase me semble tout à fait correcte. Je ne pense pas qu'il faille raisonner en termes de "subjonctif double" (rien n'interdit la succession de deux subjonctifs), mais se demander ce qui justifie l'emploi de chacun.
- pas tant qu'il craignît (= "non qu'il craignît") : il faut bien un subjonctif après cette expression
- craindre que + subjonctif

Tu parles de "l'auteur". S'il s'agit toujours du texte de Zweig, c'est plutôt le "traducteur".

Subjonctif double

Ce n'est pas Zweig, mais Alban Auriac (inconnu au bataillon).
J'avais besoin d'une confirmation. C'est gentil de votre part ++

Subjonctif double

En effet, je ne connais pas du tout cet auteur. Merci de la précision ! smile