Ronsard, Je n’ai plus que les os...

"je n'ai plus que les os" de Ronsard : Ce poème est-il renaissant ?
Voilà la problématique à laquelle on m'a demandé de répondre à l'orale de Francais or je ne vois pas trop ce que je peux répondre ! Merci d'avance  smile


Je n'ai plus que les os, un Squelette je semble,
Décharné, dénervé, démusclé, dépulpé,
Que le trait de la mort sans pardon a frappé,
Je n'ose voir mes bras que de peur je ne tremble.

Apollon et son fils deux grands maitres ensemble,
Ne me sauraient guérir, leur métier m'a trompé,
Adieu plaisant soleil, mon œil est étoupé,
Mon corps s'en va descendre où tout se désassemble.

Quel ami me voyant en ce point dépouillé
Ne remporte au logis un œil triste et mouillé,
Me consolant au lit et me baisant la face,

En essuyant mes yeux par la mort endormis ?
Adieu chers compagnons, adieu mes chers amis,
Je m'en vais le premier vous préparer la place.

2

Ronsard, Je n’ai plus que les os...

Tu peux nous dire les 2 axes que tu as traités ?

Sinon il était très probable qu'il fallait aborder la notion d'humanisme et ses caractéristiques, ou la Pléaide dont Ronsard appartient.

Ronsard, Je n’ai plus que les os...

Je me suis mal exprimé : c est la question qu il a eu a l oral blanc de mon lycée !
et je n ai justement aucune idée de ce qu il cherche à nous faire dire par renaissant !
Merci quand meme Monsterment c est peut etre ca wink

4 (Édité par webmestre 04/11/2014 à 18:47)

Ronsard, Je n’ai plus que les os...

Bonjour ,
je suis nouvelle dans le forum. je suis en classe de seconde. j'ai un exercice sur le poème 'je n'ai plus que les os...." de Pierre De Ronsard. On me demande de faire l'étude complète de la rime(disposition, genre et qualité).Merci par avance.

Je n'ai plus que les os, un Squelette je semble,
Décharné, dénervé, démusclé, dépulpé,
Que le trait de la mort sans pardon a frappé,
Je n'ose voir mes bras que de peur je ne tremble.

Apollon et son fils deux grands maitres ensemble,
Ne me sauraient guérir, leur métier m'a trompé,
Adieu plaisant soleil, mon œil est étoupé,
Mon corps s'en va descendre où tout se désassemble.

Quel ami me voyant en ce point dépouillé
Ne remporte au logis un œil triste et mouillé,
Me consolant au lit et me baisant la face,

En essuyant mes yeux par la mort endormis ?
Adieu chers compagnons, adieu mes chers amis,
Je m'en vais le premier vous préparer la place.

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

5 (Édité par floreale 04/11/2014 à 18:44)

Ronsard, Je n’ai plus que les os...

On me demande de faire l'étude complète de la rime(disposition, genre et qualité

C'est l'occasion de réviser tous les termes importants :
définition de RIME, rimes féminines, masculines, suivies ou plates, croisées, embrassées, pauvres, suffisantes, riches.

Ronsard, Je n’ai plus que les os...

je voudrais savoir s'il ya une diérèse dans ce poème. pour la disposition je pense que
la 1ere et la seconde et la 4eme strophes sont embrassées et la 3eme plate.
La 1ere; la seconde et la 3eme strophe sont féminines et la 4eme est a la fois masculine et féminine.
cependantj'ai des problèmes pour déterminer la qualité es strophes.;

7 (Édité par Jehan 05/11/2014 à 13:42)

Ronsard, Je n’ai plus que les os...

Si tu prononces correctement ces vers, tu peux constater qu'il n'y a pas de diérèse : ils ont tous douze syllabes prononcées sans qu'on ait besoin de faire une diérèse.

J'espère que tu as remarqué que ce poème est un sonnet, composé de quatre strophes  :
deux quatrains et deux tercets.

Comprends-tu bien la définition de "rime masculine" et de "rime féminine" ?
Parce qu'on ne peut pas dire ici que toute une strophe est masculine, ou que toute une strophe est féminine.
Pour qu'une rime soit féminine, la dernière syllabe doit comporter un e final muet ou à peine prononcé.
Les vers terminés par é ne sont donc pas des vers à rime féminine comme tu sembles le croire.

On ne parle pas de qualité des strophes, mais de qualité des rimes.
Rimes pauvres : un seul son en commun, par exemple moulin / pain (  Son "in")
Il n'y en a pas dans ce sonnet.
Rimes suffisantes : deux sons en commun. Par exemple ici : dépulpé / frappé , sons p-é.
Rimes riches : au moins trois sons en commun. Par exemple ici : trembl(e) / sembl(e), sons em-b-l.

8 (Édité par logoteknia 04/11/2014 à 23:17)

Ronsard, Je n’ai plus que les os...

Trouve à quelle forme poétique ce texte versifié correspond, c'est une des formes les plus connues. Ensuite, il te sera plus aisé de résoudre "l'imbroglio" que semblent constituer pour toi les systèmes de rimes... Si j'ose dire tongue

Edit:

Jehan t'a facilité les choses ! smile

Ronsard, Je n’ai plus que les os...

Merci Jehan. je comprends mieux maintenant les rimes.