1

L'ironie

comment expliquer le fait que ce mot renvoie à la fois à une figure de style et à un registre littéraire?

2 (Édité par jacquesvaissier 27/06/2012 à 20:05)

L'ironie

L'ironie est assez difficile à faire entrer dans un cadre linguistique précis. Je pense qu'il faut l'analyser en se basant sur l'énonciation. Elle consiste en effet en une double "voix" :
- Celle d'un émetteur candide ou sot qui verrait les choses au premier degré ou n'en saisirait que l'apparence. Dans Candide, c'est le témoin du choc des armées qui ne voit que la "beauté" du spectacle et justifie aisément les morts par l'application de la philosophie optimiste (s'il y a des victimes, c'est un acte de justice immanente).
- Celle de l'auteur qui, par l'outrance, la monstruosité ou le cynisme "involontaire" du discours de son candide, d'après aussi ce qu'on sait par ailleurs de ses idées (et c'est pourquoi l'ironie peut ne pas être reconnue), laisse entendre au lecteur qu'il soutient la thèse contraire (la guerre est épouvantable et cause la mort de victimes innocentes).
Il existe des procédés ironiques courant qui relèvent de la même analyse : "Quel beau temps" alors qu'il pleut des cordes, par exemple. Là, la première voix semble être celle d'un individu qui n'a pas le yeux en face des trous...
Ce recours à l'énonciation me semble plus satisfaisant que les explications classiques. Pour ma part, j'évite toujours de dire d'emblée à mes élèves que l'ironie est un procédé qui consiste à parler contre sa pensée.

La notion de "registre", quant à elle est assez vague pour qu'on mette sous ce terme quantité de procédés ; le mot désigne plutôt une tonalité.

3

L'ironie

merci beaucoup Jacques, j'ai fait des recherches et j'ai trouvé que l'ironie est un terme qui renvoie à plusieurs concepts...donc sa définition dépend du contexte dans lequel on le détecte.