Lucrèce, Félicité du sage épicurien

Bonjour,

Voici le texte entier :

Suave, mari magno turbantibus aequora ventis,
e terra magnum alterius spectare laborem;
non quia vexari quemquamst jucunda voluptas,
sed quibus ipse malis careas quia cernere suavest.
Suave etiam belli certamina magna tueri 5
per campos instructa tua sine parte pericli;
sed nihil dulcius est bene quam munita tenere
edita doctrina sapientum templa serena,
despicere unde queas alios passimque videre
errare atque viam palantes quaerere vitae, 10
certare ingenio, contendere nobilitate,
noctes atque dies niti praestante labore
ad summas emergere opes rerumque potiri.
O miseras hominum mentes, o pectora caeca!
qualibus in tenebris vitae quantisque periclis 15
degitur hoc aevi quodcumquest! nonne videre
nil aliud sibi naturam latrare, nisi utqui
corpore sejunctus dolor absit, mensque fruatur
jucundo sensu cura semota metuque?


Je vous propose ma traduction mot à mot, pourriez vous me rectifier s'il y a lieu ? Merci d'avance wink


Suave (est) = il est doux
ventis turbantibus aequora magno mari : les vents agitant les flots de la haute mer
spectarer magnum laborem alterius : de regarder le grand travail d'un autre
e terra : depuis la terre

non quia quemquam vexari : non pas parce que le fait que quelqu'un soit secoué
est voluptas jucunda : est un plaisir agréable,
sed quia suave est : mais parce qu'il est agréable
cernere quibus malis careas ipse : d'observer à quels maux on échappe soi-même

Suave etiam tueri : il est doux aussi d'observer
magna certamina belli instructa per campos : les grands combats de la guerre, disposé à travers les plaines
sine parte tua pericli : sans avoir part toi-même au danger
sed nihil dulcius est : mais rien n'est plus doux
quam bene tenere munita edita sapientientum doctrina : que de bien occuper les lieux fondés par la doctrine des sages
templa serena : temple serein
unde queas despicere alios : d'où l'on peut regarder d'en haut les autres
et unde queas videre passim : et d'où l'on peut voir partout
errare atque quaerere : errer à l'aventure et chercher
palantes viam vitae : hasardeusement le chemin de la vie
certare ingenio: rivaliser de génie
contendere nobilitate : se disputer quant à la noblesse
niti noctes atque dies labore praestante : en s'efforçant nuit et jour d'un travail remarquable
emergere ad summas ope : s'élever vers les hautes richesses
et potiri rereum : et s'emparer du pouvoir

O miseras mentes hominum : o misérables esprits des hommes
o pectora caeca : o coeurs aveugles
In qualibus tenebris et quantis periclis degitur : dans quels ténèbres et dans quels dangers se passe
hoc quodcumque aevi est vitae : ce peu de durée qu'est la vie ?

Nonne videre naturam latrare ni aliud sibi : ne voyez vous pas que la nature ne réclame rien d'autres pour soi-même
sisi ut qui dolor sejunctus corpore absit : si ce n'est que la douleur séparé du corps soi absente
et mens fruatur sensu jucundo somota cura et metu : et (si ce n'est) que l'esprit jouisse d'un sentiment agréable dépourvu de souci et de crainte.


________________________________________________________________________

Merci par avance !

2

Lucrèce, Félicité du sage épicurien

rafoulf a écrit :

Bonjour,

Voici le texte entier :

Suave, mari magno turbantibus aequora ventis,
e terra magnum alterius spectare laborem;
non quia vexari quemquamst jucunda voluptas,
sed quibus ipse malis careas quia cernere suavest.
Suave etiam belli certamina magna tueri 5
per campos instructa tua sine parte pericli;
sed nihil dulcius est bene quam munita tenere
edita doctrina sapientum templa serena,
despicere unde queas alios passimque videre
errare atque viam palantes quaerere vitae, 10
certare ingenio, contendere nobilitate,
noctes atque dies niti praestante labore
ad summas emergere opes rerumque potiri.
O miseras hominum mentes, o pectora caeca!
qualibus in tenebris vitae quantisque periclis 15
degitur hoc aevi quodcumquest! nonne videre
nil aliud sibi naturam latrare, nisi utqui
corpore sejunctus dolor absit, mensque fruatur
jucundo sensu cura semota metuque?


Je vous propose ma traduction mot à mot, pourriez vous me rectifier s'il y a lieu ? Merci d'avance wink


Suave (est) = il est doux
ventis turbantibus aequora magno mari : les vents agitant les flots de la haute mer Non : sur la haute mer (ablatif)
spectarer magnum laborem alterius : de regarder le grand travail d'un autre
e terra : depuis la terre le grand labeur de l'autre

non quia quemquam vexari : non pas parce que le fait que quelqu'un soit secoué
est voluptas jucunda : est un plaisir agréable,
sed quia suave est : mais parce qu'il est agréable il est doux
cernere quibus malis careas ipse : d'observer à quels maux on échappe soi-même

Suave etiam tueri : il est doux aussi d'observer
magna certamina belli instructa per campos : les grands combats de la guerre disposés à travers les plaines
sine parte tua pericli : sans avoir part toi-même au danger sans ta part du danger
sed nihil dulcius est : mais rien n'est plus doux
quam bene tenere munita edita sapientientum doctrina : que de bien occuper les lieux bien protégés fondés par la doctrine des sages
templa serena : temples sereins
unde queas despicere alios : d'où l'on peut regarder d'en haut les autres
et unde queas videre passim : et d'où l'on peut voir partout
errare atque quaerere : errer à l'aventure et chercher
palantes viam vitae : hasardeusement le chemin de la vie
certare ingenio: rivaliser de génie
contendere nobilitate : se disputer quant à la noblesse faire assaut de noblesse
niti noctes atque dies labore praestante : en s'efforçant nuit et jour d'un travail remarquable par un...
emergere ad summas ope : de s'élever vers les hautes richesses
et potiri rereum : et s'emparer du pouvoir

O miseras mentes hominum : o misérables esprits des hommes
o pectora caeca : o coeurs aveugles
In qualibus tenebris et quantis periclis degitur : dans quels ténèbres et dans quels grands dangers se passe
hoc quodcumque aevi est vitae : ce peu de durée qu'est la vie ?

Nonne videre naturam latrare ni aliud sibi : ne voyez vous pas que la nature ne réclame à grands cris rien d'autres pour soi-même
sisi ut qui dolor sejunctus corpore absit : si ce n'est que la douleur séparé du corps soit absente
et mens fruatur sensu jucundo somota cura et metu : et (si ce n'est) que l'esprit jouisse d'un sentiment agréable dépourvu de souci et de crainte. le souci et la crainte mis à l'écart.

________________________________________________________________________

Merci par avance !


Dans l'ensemble, c'est fort satisfaisant, si je puis me permettre !

Lucrèce, Félicité du sage épicurien

Merci beaucoup ! wink

Pouvez-vous jeter un oeil à la version finale du texte de saint augustin réalisé avec l'aide de vos conseils ? Merci par avance !

http://www.etudes-litteraires.com/forum … m-est.html