1

Poésie rhénane

Bonjour!
J'ai mon oral de français mardi prochain donc je suis en pleine révision!
J'ai une séquence sur la poésie avec le recueil Alcools de Apollinaire.
Dans l'étude d'ensemble je dois savoir ce qu'est la poésie rhénane, mais je ne trouve pas grand chose sur internet pour ne pas dire rien  hmm
J'aimerai savoir quels sont ses caractéristique? J'imagine qu'il y a le fantastique, le conte non?
Est ce que c'est Apollinaire qui a inventé ce "style"? Est ce qu'il a eu eu d'autre poètes qui ont pas la suite écrit des poèmes rhénans?
Bref je cherche tout ce qu'il faut savoir sur les poèmes rhénanes!
Merci d'avance!

2

Poésie rhénane

On ne parle vraiment de "poésie rhénane", mais plutôt de "cycle rhénan".
Pour faire très bref, les poèmes qui le composent se signalent par leur relative brièveté, leur caractère élégiaque, et par le fait qu'ils sont généralement inspirés par l'Allemagne où le poète s'est rendu en 1901 - 1902.
Dans ces poèmes, on a coutume de dire qu'Apollinaire rompt avec le Symbolisme. Il s'exprime à la première personne (mais ce je est complexe car le poète se distancie souvent de lui-même). Le discours poétique est plus clair que dans les poèmes précédents, tout en ne livrant pas forcément un sens obvie. Ce qui donne cette impression, c'est qu'on a le sentiment d'une sensibilité à des éléments naturels ou spirituels assez aisément identifiables et que la tonalité du poème se fait plus lyrique que dans les poèmes précédents.
On y trouve comme thèmes les éléments naturels, des personnages ordinaires, mais très caractérisés,  des faits de civilisation (religion) et des légendes germaniques, aspect le plus immédiatement saisissable de ces poèmes (La Loreley, par exemple). Entre ce le "réalisme" et les légendes, les frontières ne sont pas étanches (Nuit rhénane) et on a souvent l'évocation d'une Germanie rêvée et transfigurée (certains poèmes du cycle ont été écrits postérieurement au retour du poète). L'amour, ou plutôt les souvenirs de l'amour sont aussi évoqués. L'ensemble donne à la fois une impression jubilatoire et mélancolique car c'est la mort, la brisure ou l'idée de fin qui vient souvent clore telle ou telle évocation.
Voilà, en quelques mots bien sûr.