Prononciation du h aspiré : les haricots ou les zaricots ?

Si c'est vraiment à cause de la semi-voyelle i , et pas à cause du h, qu'on est tenté de dire le hiatus (d'ailleurs admis tout autant que l'hiatus, voir le Robert), pourquoi n'est-on pas tenté alors de dire le iode, le ïambe, le ion, la yeuse ?

La règle générale veut que le "h" d'origine grecque ou latine, n'ait aucune incidence sur la prononciation. Ainsi on doit dire l'hiatus, et non le hiatus. La seule exception à ma connaissance est le héros.

Voici d'autres exceptions à cette "règle" :
le hérisson, le halètement, le harcèlement, la herse, la hernie, le hic, le hile, la houlque, il est hors-jeu, le huis clos, le huit, le hululement, le hurlement, la huppe (latin)
la hiérarchie, le hiéroglyphe, le halo, la harpie (grec)

Germanique muet : l'hébergement.

32

Prononciation du h aspiré : les haricots ou les zaricots ?

Tu peux enlever de cette liste huis clos, huit, et hululer qui n'ont pas de "h" en latin, et qui posent un peu le même problème que "haut". Dans le cas de huit et huis clos, je pense que la raison vient du flottement de la prononciation à cause de la demi consonne. Notons aussi qu'on dit "le un", (au loto, elle tiré le un), et que cela doit être une caractéristique des chiffres, plus qu'une aspiration liée au h. L'aspect monosyllabique doit beaucoup jouer, notamment dans le mot emprunté "hic". Dans les autres cas, il s'agit généralement d'un ajout, d'une influence d'un autre mot, (comme pour "haut" et "hululer": il n'y a jamais eu de h à altus, ni à ululare). 
En revanche pour hiérarchie, hiéroglype halo harpye, oui ce sont de véritables exceptions; mais on voit bien que ce "h" prononcé comme une aspiration, vise surtout un effet euphonique, notamment pout hiérarchie et hiéroglyphe. En tout cas, ce qu'on peut affirmer, c'est qu'il n'y a pas d'aspiration en latin, et qu'aucune aspiration ne vient du latin. On écrit indifféremment "herba" et "erba", "humanus" et "umanus".

Quant à ton objection sur l'iode, etc., je dirais que la semi consonne créée un flottement dans la prononciation, mais que ses effets ne sont pas systématiques, notamment pour les mots savants. En tout cas, sa présence créée une hésitation, ainsi on dit un nanimal, pour la liaison, mais beaucoup diront: un iambe, putôt qu'un niambe.

Enfin le "h" est typiquement ce qui devrait faire l'objet d'une réforme orthographique, car il finit par empiéter sur des problèmes de prononciation, et à apporter de la confusion.

Prononciation du h aspiré : les haricots ou les zaricots ?

J'ai une autre explication toute bête pour la "faute" le hiatus. En disant ainsi, on en fait justement un, de hiatus. Le mot colle davantage à la chose. Gain d'expressivité...

Je concède que tu avais bien écrit "le h d'origine grecque ou latine",. Ce qui laisse le champ libre à l'interprétation que tu fais. La "règle" énoncée en général, pour la répartion des h muets et aspirés, parle plutôt de mots d'origine gréco-latine ou germanique-exotique, sans préciser si les mots d'origine doivent avoir déjà possédé un h ou non dans leur graphie. Mais bon, faisons comme si.

En latin, aucune aspiration, dis-tu. D'où venait donc ce h facultatif, et à quoi servait-il ? En grec, l'aspiration existe, je crois, mais elle est notée par un signe, que je sache, et non par une lettre spécifique.

Pourquoi le huis clos / l'huile ? Pas à cause de la semi-consonne, présente dans les deux mots.
Pourquoi le huit / l'huis ? Pas à cause du monosyllabisme commun...

Alors, l'exception "la hiérarchie", ce serait pour des raisons euphoniques ? Création d'un hiatus euphonique, donc.
D'habitude, l'hiatus n'est pourtant pas considéré comme source d'euphonie, non ?

Que de mystères... smile

34

Prononciation du h aspiré : les haricots ou les zaricots ?

Pour qu'il y ait un hiatus dans "hiatus", il faut faire une diérèse. Dire simplement "le hiatus" n'est pas un hiatus, tant que le "i" est semi consonne. De la même façon, il n'y a aucun hiatus dans "la hiérarchie". Un hiatus, c'est quand deux voyelles se suivent (ex. créér). Mais le i, dans ce cas, n'est pas une voyelle, c'est une semi consonne. Quand on dit "l'hiatus", on fait se succéder une consonne et une semi consonne, ce qui n'est pas dysphonique en soi, mais ce qui heurte l'habitude de n'élider l'article que devant une voyelle pleine.
La règle est simple en apparence : devant voyelle, on élide (sauf contrindication par h dit aspiré) ; devant consonne, on n'élide pas. Mais que le cas des demi-consonnes prête à des hésitations, il ne faut pas trop s'en étonner.

Le h latin n'est que la trace d'une aspiration ancienne, qui n'a déjà plus cours dans la langue classique. Par exemple, dans "veho" je transporte (qui a donné vehiculum), on sait que là où il y a le "h", il y avait en indo-européen la lettre "gh", qui a fini par disparaitre entre deux voyelles. On sait cela, parce que le supin est vectum (de sorte qu'on peut expliquer le "c" par une assimilation régressive de gh, sous l'influence du t : vectum vient de *vegh-tum), et aussi parce qu'on peut comparer avec ce que ce mot est devenu dans d'autres langues, par exemple, si mes souvenirs sont bons, "veho" correspond au verbe grec "echô" le "ch" provenant du "gh". Le "h" en latin n'est que la trace d'un phonème disparu, un peu comme notre accent circonflexe. Le h sert aussi à transcrire l'esprit rude, qui est le signe en grec de l'aspiration (l'esprit doux, dans l'autre sens, étant le signe qu'il n'y a pas d'aspiration). Il me semble que cette aspiration a fini aussi par s'estomper, mais savoir quand précisément, je ne sais pas.

Prononciation du h aspiré : les haricots ou les zaricots ?

Octosyllabes (grâce au h aspiré) :

Un grand merci, cher Lucretius.
Au temps pour moi pour le hiatus...

Octosyllabes (grâce à une diérèse) :

Un grand merci, cher Lucretius.
Au temps pour moi pour l'hiatus...

36

Prononciation du h aspiré : les haricots ou les zaricots ?

Jehan a écrit :

Octosyllabes (grâce au h aspiré) :

Un grand merci, cher Lucretius.
Au temps pour moi pour le hiatus...

Un grand merci, Lucretius,
Au temps pour moi pour l'hiatus

(la diérèse est obligatoire aussi bien à Lucretius qu'à hiatus)

EDIT: il édite, le traitre!

37

Prononciation du h aspiré : les haricots ou les zaricots ?

Une petite question en passant.
Le "h" de "huis clos" est-il disjonctif ? Dit-on:

C’est ainsi de la gangue même de l’ordinaire, dans cette atmosphère de huis clos lourde de menace, que jaillit « l’extra-ordinaire ».

ou

C’est ainsi de la gangue même de l’ordinaire, dans cette atmosphère d'huis clos lourde de menace, que jaillit « l’extra-ordinaire ». (Lire page 3.)

Prononciation du h aspiré : les haricots ou les zaricots ?

Bonjour.

Si le h du mot simple huis n'est pas disjonctif (Je frappe à l'huis), celui de l'expression huis clos l'est bien, et ne permet donc pas l'élision ( Obtenir le huis clos ).

39

Prononciation du h aspiré : les haricots ou les zaricots ?

Thank you  smile

40

Prononciation du h aspiré : les haricots ou les zaricots ?

permettez moi de revenir sur "héroïne" :

Peut-on dire "la héroïne" ?

De même "halluciner" : "je hallucine" ? big_smile