Plus une œuvre poétique est inaccessible et insaisissable pour l'intelligence, meilleure elle est. (Goethe)

Bonjour, je poste ce premier message dans l'espoir d'approfondir mes réflexion quant à cette citation de Goethe: "Plus une oeuvre poétique est inaccessible et insaisissable pour l'intelligence, meilleure elle est".
Il s'agit donc d'une dissertation.
J'ai déjà effectué un certain nombre de recherches quant à la distinction entre poésie et raison. Je pense construire mon plan sur le schéma classique thèse/antithèse/synthèse en abordant les thèmes du symbolisme (en approfondissant sur des auteurs tels que Mallarmé, Rimbaud ou encore Lautréamont), le surréalisme (avec l'écriture automatique etc.), en parlant des trois fonctions de la poésie chez Todorov (il me manque des informations à ce sujet), de la poésie didactique et engagée (Aragon par exemple).
Malgré cette relative abondance d'information, j'ai l'impression que ma dissertation ne sera pas complète sur je me cantonne à ces seuls informations. J'ai du mal à trouver des idées pour enrichir ma synthèse, je pensais jusqu'ici dire que quoi qu'il arrive, la raison reste une sorte de toile de fond dans la poésie (sonorité, rimes, versification...), mais je doute que cela soit suffisant. Pourriez-vous m'orienter sur les éventuelles pistes oubliées ?
Merci d'avance !

Plus une œuvre poétique est inaccessible et insaisissable pour l'intelligence, meilleure elle est. (Goethe)

Mallarmé et la poésie hermétique, tu ne peux pas zapper en effet. Aragon : lire la Préface des Yeux d'Elsa
Raison = rime sonorité ? et pourquoi donc ? je verrai là davantage une sorte d'instinct, un rappel affectif de chansons d'enfance ou de répétitions maternelles... De plus toute la poésie depuis Rimbaud a tourné le dos à la rime !
il faudrait plus t'axer sur le fait que plus une oeuvre est inaccessible, moins elelk aura d'audience. Et se poser la question de savoir si le poète veut être lu ou pas, et par qui.

3

Plus une œuvre poétique est inaccessible et insaisissable pour l'intelligence, meilleure elle est. (Goethe)

Quand une œuvre est ambiguë, elle donne à penser. C’est de là qu’elle tire sa supériorité reconnue.

Il en est de même avec les auteurs et Cioran disait à juste titre : « Il avait du talent : pourtant plus personne ne s’en occupe. Il est oublié. — Ce n’est que justice : il n’a pas su prendre toutes ses précautions pour être mal compris »

Prenez Hamlet de Shakespeare, il aura fallu attendre quatre siècles avant d’envisager l’innocence de Claudius, c’est énorme ! Si ce thème vous intéresse, je me permets de vous renvoyez à mon écrit à ce sujet. (http://glouise.club.fr/Hamlet.htm)

À bientôt
Gilles

Plus une œuvre poétique est inaccessible et insaisissable pour l'intelligence, meilleure elle est. (Goethe)

Bonjour Requiem,

Que comprendre à ma parole ?
Il fait qu'elle fuit et vole !

Rimbaud : "ô saisons, ô châteaux..."

C'est ce qui m'est venu à l'esprit...

Muriel

Plus une œuvre poétique est inaccessible et insaisissable pour l'intelligence, meilleure elle est. (Goethe)

Ægidius, quand une œuvre est trop alambiquée, elle ne donne plus à penser, car l'interface entre auteur et lecteur est insuffisante.

Plus une œuvre poétique est inaccessible et insaisissable pour l'intelligence, meilleure elle est. (Goethe)

Bonsoir Requiem,

Plutôt que de "raison", je parlerais de "sens". Goethe aimait les sciences dites "occultes" (cachées, secrètes). Le "mystère" du sens d'une poésie a des adeptes. Les "Chimères" de Nerval (traducteur du "Faust" de Goethe), par exemple. Poésie et mystère...

Muriel

Plus une œuvre poétique est inaccessible et insaisissable pour l'intelligence, meilleure elle est. (Goethe)

Merci beaucoup pour ces pistes ainsi que pour la rapidité de vos réponses !  smile

Plus une œuvre poétique est inaccessible et insaisissable pour l'intelligence, meilleure elle est. (Goethe)

Tu peux pour le plaisir et peut-être aussi pour argumenter lire la fiche sur le poème de Nerval
El Deschicado