Besoin d'aide - tournure de phrase

Bonjour,

Pourriez-vous m'aider. En lisant un poème de Verlaine, je suis tombé sur un vers avec une tournure qui , je l'avoue, m'a quelque peu surpris :

" Et que tristes pleuraient dans les hautes feuillées

  Tes espérances noyées !"

  Je comprends le sens  du vers mais c'est surtout sur le "que" suivi de "tristes" que j'aimerais que vous m'éclaircissiez. A quoi correspondent-ils ? et quelles sont leurs fonctions ?

  Merci d'avance pour vos remarques qui seront pertinentes, je n'en doute pas.

  Je mets le poème, ci-dessous, pour que vous puissiez lire le vers dans son contexte. il est tiré des Ariettes oubliées, du recueil Romances sans Paroles (1874) :


                                Le rossignol qui du haut d’une branche se regarde dedans,
                                croit être tombé dans la rivière. Il est au sommet d’un chêne
                                et toutefois il a peur de se noyer.
                                                                                    (Cyrano de Bergerac.)


L’ombre des arbres dans la rivière embrumée
              Meurt comme de la fumée
Tandis qu’en l’air, parmi les ramures réelles,
              Se plaignent les tourterelles.

Combien, ô voyageur, ce paysage blême
              Te mira blême toi-même,
Et que tristes pleuraient dans les hautes feuillées
              Tes espérances noyées !

                Mai, juin 1872.

Besoin d'aide - tournure de phrase

Je serais tenté de voir dans le deuxième que une  variante de l'adverbe exclamatif combien :
Combien, ô voyageur, ce paysage blême
              Te mira blême toi-même,
Et combien tristes pleuraient dans les hautes feuillées
              Tes espérances noyées !

Besoin d'aide - tournure de phrase

Merci beaucoup Jehan, adverbe exclamatif, c'est entendu  smile