1

Mauvais prof de français en première L

Bonjour,

Je suis lycéen, en 1ère Littéraire et nous avons un prof de français qui semble peu soucieux de savoir si on l'aura notre bac...

Je m'explique : mon prof bâcle ses lectures analytiques, il n'inclus aucun procédés, pas d'effet produit...je crois même qu'il tire ses cours d'internet --'

Quant aux œuvres étudiées, ce ne sont pas des classiques à proprement parler, ce sont des livres très modernes (datant des années 2000) alors que les autres 1ères (ES, même S) étudient Musset, Sartre, Zola, Shakespeare..

Le clou du clou, c'est qu'il ne nous a jamais fait passer d'oraux (contrairement aux autres 1ères), alors qu'il y a un oral blanc général (pour toutes les 1ères) dans une semaine.. quand je dis qu'il ne nous en a jamais fait passer, je pense vrai oral, le candidat face à l'examinateur, seuls, et pas aller glaner un ou deux plans en séance d'AP (Accompagnement Personnalisé)...


Du coup on en parle avec les autres élèves, on a vraiment peur de se planter pour le bac ; on a déjà essayé d'aborder le sujet avec notre cher prof adoré, mais il prend la mouche, il s'énerve, il crie...je ne sais plus que faire...

2

Mauvais prof de français en première L

Charlie-30,

En tant qu'enseignant, j'ai tendance à être solidaire avec mes collègues. Nous faisons un métier difficile dans des conditions souvent difficiles. Cela dit, je sais aussi que certains enseignants ne font pas leur travail, ou le font sans lui accorder l'attention qu'il exige et mérite.

Je vous propose ce qui suit :

1. Il faut commencer par discuter avec votre enseignant. Quelqu'un pourrait peut-être simplement lui faire remarquer que beaucoup sont inquiets (par exemple, parce que vous ne vous sentez pas prêts pour l'oral). Ensuite, vous pourriez peut-être lui faire une ou deux propositions pratiques (par exemple, organiser un oral blanc).

L'important est de ne pas donner l'impression à l'enseignant que vous jugez ou que vous critiquez son travail. Cela n'est pas correct de la part d'adolescents. En outre, cela le mettra sur la défensive. Contentez-vous d'exposer vos inquiétudes et de formulez vos questions.

2. Après avoir discuté avec votre enseignant (et seulement après), vous pourrez envisager d'en parler à d'autres adultes. Vous pourriez par exemple en parler à vos parents. Ils voudront peut-être contacter les délégués des parents d'élèves ou s'entretenir avec le chef d'établissement.

Malgré ce que je viens de vous dire, je terminerai en vous encourageant à faire confiance à votre enseignant. Si le proviseur lui confie des premières L, ce n'est sûrement pas sans raison. En outre, il n'est pas forcément judicieux de vous comparer aux autres classes. Dans votre parcours, vous rencontrerez beaucoup d'enseignants qui vous parleront de Musset, de Sartre et de Zola, mais peu qui vous parleront des auteurs contemporains. Alors, profites-en !

Bon courage pour le bac.

Mauvais prof de français en première L

Petite remarque en passant :

Je m'explique : mon prof bâcle ses lectures analytiques, il n'inclus aucun procédés, pas d'effet produit...

Ce n'est pas à lui de les faire, les lectures analytiques, mais à vous. C'est vous qui devez relever les procédés et définir les effets produits, vous et vous seuls. Le professeur n'est là que pour vous remettre sur les rails si vous vous trompez.

4

Mauvais prof de français en première L

Oui, enfin c'est quand même à l'enseignant de fournir des synthèses de ce qui a été vu...sinon, je ne vois pas comment l'élève peut proposer une lecture analytique complète et juste, à moins d'avoir déjà tout compris.

5 (Édité par Delia 12/05/2012 à 16:43)

Mauvais prof de français en première L

L'enseignant fait la synthèse finale, mais à partir des éléments fournis par les élèves.
Le professeur enseigne, et les élèves apprennent, et c'est en faisant que l'on apprend.
Trop d'élèves s'imaginent que le fin du fin du cours de français c'est de prendre des notes quasiment sous la dictée, et le fin du fin de l'examen, de régurgiter ces notes apprises par cœur.
Si bien que lorsque l'examinateur (et l'examinateur, c'est moi... expérience vécue) pose cinq questions différentes sur un même texte, il obtient... cinq réponses identiques ! Au cinquième candidat, j'aurais pu souffler ! Ces candidats m'ont prouvé l'excellence de leur mémoire et l'immensité de leur bonne volonté, mais ils ne m'ont pas montré qu'ils savaient prendre un texte à bras le corps pour en dégager l'intérêt.

Enfin, si vous ne voyez pas

comment l'élève peut proposer une lecture analytique complète et juste

, moi non plus, car cela n'existe pas !
La lecture analytique juste, oui, elle existe, c'est ce qui est demandé.
La lecture analytique complète n'existe pas et n'existera jamais, car on n'en a jamais fini d'épuiser les ressources d'un texte, on ne peut jamais TOUT dire d'un texte.

Je finis en disant que j'ai (pas assez) souvent eu le bonheur qu'un élève me mette en lumière un aspect du texte que je n'avais pas aperçu, m'ouvre des perspectives inattendues.

6

Mauvais prof de français en première L

Delia, je comprends ce que vous voulez dire. Il est clair que les élèves doivent fournir un minimum d'effort lors de l'étude d'un texte. Mais, sur une classe d'une vingtaine d'élèves (peut-être plus, peut-être moins), il y a toujours des élèves qui travaillent chez eux sur les textes, c'est même la majorité en général.
Or, il me semble d'après ce que Charlie-30 nous dis que cette opinion par rapport à son professeur de français fait l'unanimité dans sa classe.
Je ne veux pas critiquer le corps enseignant mais en général, lorsque dans une classe la totalité des élèves se plaint d'avoir un professeur qui ne prépare pas pour le bac, ce n'est pas sans raison. (pour moi aussi il s'agit d'une expérience vécue)

Quant à l'expérience dont vous parlez Delia, j'espère que vous avez eu à subir un cas isolé et, qu'en général, les élèves réadaptent les lectures analytiques qu'ils ont eu en cours en fonction de la problématique posée par l'examinateur...

Mauvais prof de français en première L

Quant à l'expérience dont vous parlez Delia, j'espère que vous avez eu à subir un cas isolé

Absolument pas, c'est le cas général.
N'avez-vous pas vu sur le présent forum un candidat demander s'il faut apprendre par cœur les commentaires ?

8

Mauvais prof de français en première L

Apprendre par coeur un commentaire ne veut pas forcément dire le ressortir texto. Il y a tant de lectures analytiques à faire en 1ère que le "par coeur" peut en rassurer plus d'un.
Je comprends que cela puisse agacer l'examinateur (vous pour le coup) mais un par coeur montre au moins que le candidat a travaillé... (piètre consolation peut-être mais consolation quand même...)

Mauvais prof de français en première L

Il a travaillé, ça oui, mais il s'est donné  bien du mal pour un bien piètre résultat.
Je ne sais par quel tour de passe-passe on a réussi à faire du français, matière où l'on peut se présenter les mains dans les poches, un véritable pensum !
Il fut un temps où les questions du baccalauréat portaient sur des œvres précises, un programme. Là, oui, il fallait bien mémoriser le nombre de chapitres que compte Madame Bovary, et, en gros, le contenu de ces chapitres (par exemple) pour faire face aux exigences de l'écrit.
Mais aujourd'hui ? L'écrit porte sur des objets d'étude, c'est-à-dire des synthèses et nons sur des œuvres précises, et à l'oral, le candidat a le texte en mains.
Il n'y a donc plus lieu de mémoriser avec précision la structure des textes.
ll n'y a pas lieu non plus de mémoriser le commentaire du professeur.
Il faut par contre maitriser les techniques d'analyse, connaitre les figures de style... Bref, s'être entrainé toute l'année. A l'oral, le candidat a son manuel et les notes de son manuel pour l'aider.

La mémoire a son rôle à jouer dans la construction d'une culture : ce n'est pas le tout que de lire une œuvre, encore faut-il en retenir l'essentiel. Là, les fiches de lecture ont à rôle à jouer, à condition bien entendu que ce soit le candidat lui-même qui les ait fabriquées à partir d'une lecture personnelle. Il peut relire peu avant l'examen celles, et uniquement celles, traitant des textes dont il se souvient moins bien.
Tout en se disant que si, par exemple, il ne sait plus de quoi parle le Rouge et le Noir, hé bien, il n'a qu'à ne pas mentionner le Rouge et le Noir !

En fait, j'ai une réponse à ma question :
Je ne sais par quel tour de passe-passe on a réussi à faire du français, matière où l'on peut se présenter les mains dans les poches, un véritable pensum.
On y est parvenu en instillant dans les esprits l'idée totalement fausse qu'il n'existe qu'une réponse et une seule à une question portant sur un texte, alors que les lettres sont des disciplines ouvertes, où plusieurs réponses sont possibles, à condition bien entendu de s'appuyer sur le texte. On ne pardonnera pas à un candidat de dire que Madame de Clèves épouse le duc de Nemours, mais on le laissera démontrer qu'au fond elle ne l'aimait pas, s'il appuie sa démonstration sur des passages précis du texte (Exemple énorme pris au hasard, qui n'exprime pas mon opinion).

10

Mauvais prof de français en première L

Malheureusement, le problème dont vous parlez est général à toutes les matières. Citez-moi un exemple d'examen où le niveau n'a pas baissé au fil des années...

Exemple hostile généralement aux littéraires : les maths. Quand j'étais en troisième, je me souviens que mon professeur nous avait donné un exercice avec les fameuses baignoires qui se remplissent d'un côté et se vident de l'autre. (un véritable enfer que ce genre d'exercices à mon avis... lol ) Alors qu'un tel exercice était courant fut une époque lors du certificat d'études, nous avions été bien incapables d'en tirer quoi que ce soit de ce problème.

Ceci dit, lorsque j'ai passé le bac de français (en 2008) bien qu'ayant eu droit à mes textes pour passer l'oral, il était hors de question que j'ai accès à mon manuel et encore moins aux notes de celui-ci.
Mais je pense que cela doit dépendre des lycées.

Après, je suis tout à fait d'accord qu'il y ait plusieurs analyses possibles sur un même texte mais lorsqu'on est en première et que l'exercice du commentaire de texte est relativement neuf, il est quand même plus simple de ressortir l'analyse qu'a pu donner le professeur plutôt que de tenter une analyse personnelle au risque, pardonnez-moi l'expression, de se planter.

De plus, pour l'oral de français, le candidat n'a qu'une vingtaine de minutes pour répondre à la problématique de l'examinateur. Le stress aidant, il est plus simple de ressortir ce qui a été dit en cours.
Mais vous êtes professeur et examinatrice donc vous en savez plus que moi. Moi, je vous parle en tant qu'étudiante ayant passé le bac de français il y a 4 ans. Tout ça pour vous dire que bien que je comprenne votre réaction, je comprends aussi fort bien les élèves qui apprennent par coeur leurs cours car cela est bien plus rassurant lorsqu'il s'agit de passer un examen.