Cohen, Belle du Seigneur - Il lui sourit, et elle eut un tremblement, baissa les yeux...

Bonjour,

Je dois rendre la semaine prochaine un commentaire de Belle du Seigneur de Cohen. L'extrait est celui où Solal (déguisé) rencontre Ariane. De "Il lui sourit, et elle eut un tremblement..." à "... et les yeux frits !".

Voila mes idées en vrac :

- pas vraiment une scène de rencontre car ils s'étaient déjà rencontré lors d'une soirée.
- le coups de foudre n'est pas réciproque, Ariane ne parle pas, elle est muette.

Je voudrai un peu d'aide svp, juste pour me mettre sur la voie.

Merci d'avance

Où est le texte ?
La version numérique de votre texte est peut-être disponible sur Internet. Avez-vous vérifié ?
Si vous trouvez le texte, recopiez-le dans votre message.

Cohen, Belle du Seigneur - Il lui sourit, et elle eut un tremblement, baissa les yeux...

Il lui sourit, et elle eut un tremblement, baissa les yeux.
Atroce, ce sourire sans dents. Atroces, ces mots d'amour hors de cette bouche vide. Il fit un pas en avant, et elle sentit le danger proche. Ne pas le contrarier, dire tout ce qu'il voudra, et qu'il parte, mon Dieu, qu'il parte.
- Devant toi, me voici, dit-il, me voici, un vieillard, mais de toi attendant le miracle. Me voici, faible et pauvre, blanc de barbe, et deux dents seulement, mais nul ne t'aimera et ne te connaîtra comme je t'aime et te connais, ne t'honorera d'un tel amour. Deux dents seulement, je te les offre avec mon amour, veux-tu de mon amour?
- Oui, dit-elle, et elle humecta ses lèvres sèches, essaya un sourire.
- Gloire à Dieu, dit-il, gloire en vérité, car voici celle qui rachète toutes les femmes, voici la première humaine!
Ridiculement, il plia le genou devant elle, puis il se leva et il alla vers elle et leur premier baiser, alla avec son noir sourire de vieillesse, les mains tendues vers celle qui rachetait toutes les femmes, la première humaine, qui soudain recula, recula avec un cri rauque, cri d'épouvante et de haine, heurta la table de chevet, saisit le verre vide, le lança contre la vieille face. Il porta la main à sa paupière, essuya le sang, considéra le sang sur sa main, et soudain il eut un rire, et il frappa du pied.
- Tourne-toi, idiote! dit-il.
Elle obéit, se tourna, resta immobile avec la peur de recevoir une balle dans la nuque, cependant qu'il ouvrait les rideaux, se penchait à la fenêtre, portait deux doigts à ses lèvres, sifflait. Puis il se débarrassa du vieux manteau et de la toque de fourrure, ôta la fausse barbe, détacha le sparadrap noir qui recouvrait les dents, ramassa la cravache derrière les rideaux.
- Retourne-toi, ordonna-t-il.
Dans le haut cavalier aux noirs cheveux désordonnés, au visage net et lisse, sombre diamant, elle reconnut celui que son mari lui avait, en chuchotant, montré de loin, à la réception brésilienne.
- Oui, Solal et du plus mauvais goût, sourit-il à belles dents.
Bottes! montra-t-il, et de joie il cravacha sa botte droite. Et il y a un cheval qui m'attend dehors! Il y avait même deux chevaux! Le second était pour toi, idiote, et nous aurions chevauché à jamais l'un près de l'autre, jeunes et pleins de dents, j'en ai trente-deux, et impeccables, tu peux vérifier et les compter, ou même je t'aurais emportée en croupe, glorieusement vers le bonheur qui te manque! Mais je n'ai plus envie maintenant, et ton nez est soudain trop grand, et de plus il luit comme un phare, et c'est tant mieux, et je vais partir! Mais d'abord, femelle, écoute! Femelle, je te traiterai en femelle, et c'est bassement que je te séduirai, comme tu le mérites et comme tu le veux. A notre prochaine rencontre, et ce sera bientôt, en deux heures je te séduirai par les moyens qui leur plaisent à toutes, les sales, sales moyens, et tu tomberas en grand imbécile amour, et ainsi vengerai-je les vieux et les laids, et tous les naïfs qui ne savent pas vous séduire, et tu partiras avec moi, extasiée et les yeux frits!

Cohen, Belle du Seigneur - Il lui sourit, et elle eut un tremblement, baissa les yeux...

Alors, en toute honnêteté, je te propose de revoir ton plan, il ne me semble vraiment pas judicieux.
- Je commencerais par parler du renversement de la scène amoureuse. D'un scène de déclaration amoureuse, on passe à une scène d'injures. Ce renversement est symbolisé par le démasquage de Solal. A partir de ce moment a lieu le renversement.
- Ensuite j'étudierais la violence du texte, qui confronte l'homme haineux face à la femme qu'il méprise. Il la considère comme un animal, elle est soumise à ses pulsions érotiques et ne pourra pas lui résister lorsqu'il la séduira. Il s'érige lui même en maître, en dominateur, et il fait de la femme une esclave à sa merci.

Ca fait déjà deux axes. Tu peux essayer d'en trouver un troisième.
En espérant t'avoir aidé, bon courage wink

Cohen, Belle du Seigneur - Il lui sourit, et elle eut un tremblement, baissa les yeux...

Merci beaucoup!