1 (Édité par RIMKA775 06/02/2012 à 18:05)

Racine, Phèdre, acte IV, scènes 3 et 4

Scène 3

Thésée, seul.
THÉSÉE
Misérable, tu cours à ta perte infaillible !
Neptune, par le fleuve aux dieux mêmes terrible,
M’a donné sa parole, et va l’exécuter.
Un dieu vengeur te suit, tu ne peux l’éviter.
Je t’aimais ; et je sens que, malgré ton offense,
Mes entrailles pour toi se troublent par avance.
Mais à te condamner tu m’as trop engagé :
Jamais père, en effet, fut-il plus outragé ?
Justes dieux qui voyez la douleur qui m’accable,
Ai-je pu mettre au jour un enfant si coupable !

Scène 4

Phèdre, Thésée
PHÈDRE
Seigneur, je viens à vous, pleine d’un juste effroi ;
Votre voix redoutable a passé jusqu’à moi :
Je crains qu’un prompt effet n’ait suivi la menace.
S’il en est temps encore, épargnez votre race,
Respectez votre sang ; j’ose vous en prier :
Sauvez-moi de l’horreur de l’entendre crier ;
Ne me préparez point la douleur éternelle
De l’avoir fait répandre à la main paternelle.
THÉSÉE
Non, madame, en mon sang ma main n’a point trempé ;
Mais l’ingrat toutefois ne m’est point échappé :
Une immortelle main de sa perte est chargée,
Neptune me la doit ; et vous serez vengée.
PHÈDRE
Neptune vous la doit ! Quoi ! vos vœux irrités...
THÉSÉE
Quoi ! craignez-vous déjà qu’ils ne soient écoutés ?
Joignez-vous bien plutôt à mes vœux légitimes :
Dans toute leur noirceur retracez-moi ses crimes,
Échauffez mes transports trop lents, trop retenus.
Tous ses crimes encor ne vous sont point connus :
Sa fureur contre vous se répand en injures ;
Votre bouche, dit-il, est pleine d’impostures ;
Il soutient qu’Aricie a son cœur, a sa foi,
Qu’il l’aime.
PHÈDRE
Quoi, seigneur !
THÉSÉE
Il l’a dit devant moi :
Mais je sais rejeter un frivole artifice.
Espérons de Neptune une prompte justice :
Je vais moi-même encore au pied de ses autels
Le presser d’accomplir ses serments immortels.

Bonsoir J'ai deja fait l'intro. J'ai deux axes : 1) L'ironie du Sort et 2) Le triomphe de la Vengeance

Pouvez vous m'aidez svp

Racine, Phèdre, acte IV, scènes 3 et 4

Si tu as trouvé tes deux axes, c'est que tu as déjà dû trouver des éléments à mettre dans chacun...

3 (Édité par RIMKA775 06/02/2012 à 19:19)

Racine, Phèdre, acte IV, scènes 3 et 4

Pour la scene 3 , j'ai mis  dans la premiere replique de thesée , il sadresse aux dieux et plus particulierement a Neptune , il se sent trahit par son fils.il annonce deja la mort de son fils . pourtant Thesee aime toujours son fils. il y a un sentiment de colere et de vengeance mais aussi un sentiment d'amour. Pour Thesée , la mort de son fils n'est plus qu'une question D'heures . AIDEZ MOI SVP

Racine, Phèdre, acte IV, scènes 3 et 4

Bonsoir Karim , dans la vengeance aide-toi dans la scène 3 de cette phrase qui veut tout dire : " un dieu vengeur te suit , tu ne peux l'éviter " aide-toi de cela pour argumenter voila .

5

Racine, Phèdre, acte IV, scènes 3 et 4

Pour le monologue de Thésée je me suis servi de cette phrase pour annoncer la mort de Thésée mais merci smile

Racine, Phèdre, acte IV, scènes 3 et 4

Thésée pour se venger s'adresse à Neptune dieu de la mer; après il faut que tu cites, etc.

7

Racine, Phèdre, acte IV, scènes 3 et 4

Bonjour, s'il vous plait je voudrais savoir ce que vous mettriez comme sous partie de cet axe :

I-Deux scènes où la machine tragique est en marche, où les personnages ,n'ont déjà plus la maitrise de leurs destin.

   

Scène 3

    Thésée, seul.
    THÉSÉE
    Misérable, tu cours à ta perte infaillible !
    Neptune, par le fleuve aux dieux mêmes terrible,
    M’a donné sa parole, et va l’exécuter.
    Un dieu vengeur te suit, tu ne peux l’éviter.
    Je t’aimais ; et je sens que, malgré ton offense,
    Mes entrailles pour toi se troublent par avance.
    Mais à te condamner tu m’as trop engagé :
    Jamais père, en effet, fut-il plus outragé ?
    Justes dieux qui voyez la douleur qui m’accable,
    Ai-je pu mettre au jour un enfant si coupable !
    Scène 4

    Phèdre, Thésée
    PHÈDRE
    Seigneur, je viens à vous, pleine d’un juste effroi ;
    Votre voix redoutable a passé jusqu’à moi :
    Je crains qu’un prompt effet n’ait suivi la menace.
    S’il en est temps encore, épargnez votre race,
    Respectez votre sang ; j’ose vous en prier :
    Sauvez-moi de l’horreur de l’entendre crier ;
    Ne me préparez point la douleur éternelle
    De l’avoir fait répandre à la main paternelle.
    THÉSÉE
    Non, madame, en mon sang ma main n’a point trempé ;
    Mais l’ingrat toutefois ne m’est point échappé :
    Une immortelle main de sa perte est chargée,
    Neptune me la doit ; et vous serez vengée.
    PHÈDRE
    Neptune vous la doit ! Quoi ! vos vœux irrités...
    THÉSÉE
    Quoi ! craignez-vous déjà qu’ils ne soient écoutés ?
    Joignez-vous bien plutôt à mes vœux légitimes :
    Dans toute leur noirceur retracez-moi ses crimes,
    Échauffez mes transports trop lents, trop retenus.
    Tous ses crimes encor ne vous sont point connus :
    Sa fureur contre vous se répand en injures ;
    Votre bouche, dit-il, est pleine d’impostures ;
    Il soutient qu’Aricie a son cœur, a sa foi,
    Qu’il l’aime.
    PHÈDRE
    Quoi, seigneur !
    THÉSÉE
    Il l’a dit devant moi :
    Mais je sais rejeter un frivole artifice.
    Espérons de Neptune une prompte justice :
    Je vais moi-même encore au pied de ses autels
    Le presser d’accomplir ses serments immortels.

C'est URGENT merci :d

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Racine, Phèdre, acte IV, scènes 3 et 4

Ton axe est bien trop important et mal formulé.

9

Racine, Phèdre, acte IV, scènes 3 et 4

Scène 3
Thésée, seul.
THÉSÉE
Misérable, tu cours à ta perte infaillible !
Neptune, par le fleuve aux dieux mêmes terrible,
M’a donné sa parole, et va l’exécuter.
Un dieu vengeur te suit, tu ne peux l’éviter.
Je t’aimais ; et je sens que, malgré ton offense,
Mes entrailles pour toi se troublent par avance.
Mais à te condamner tu m’as trop engagé :
Jamais père, en effet, fut-il plus outragé ?
Justes dieux qui voyez la douleur qui m’accable,
Ai-je pu mettre au jour un enfant si coupable !

Scène 4
Phèdre, Thésée
PHÈDRE
Seigneur, je viens à vous, pleine d’un juste effroi ;
Votre voix redoutable a passé jusqu’à moi :
Je crains qu’un prompt effet n’ait suivi la menace.
S’il en est temps encore, épargnez votre race,
Respectez votre sang ; j’ose vous en prier :
Sauvez-moi de l’horreur de l’entendre crier ;
Ne me préparez point la douleur éternelle
De l’avoir fait répandre à la main paternelle.
THÉSÉE
Non, madame, en mon sang ma main n’a point trempé ;
Mais l’ingrat toutefois ne m’est point échappé :
Une immortelle main de sa perte est chargée,
Neptune me la doit ; et vous serez vengée.
PHÈDRE
Neptune vous la doit ! Quoi ! vos vœux irrités...
THÉSÉE
Quoi ! craignez-vous déjà qu’ils ne soient écoutés ?
Joignez-vous bien plutôt à mes vœux légitimes :
Dans toute leur noirceur retracez-moi ses crimes,
Échauffez mes transports trop lents, trop retenus.
Tous ses crimes encor ne vous sont point connus :
Sa fureur contre vous se répand en injures ;
Votre bouche, dit-il, est pleine d’impostures ;
Il soutient qu’Aricie a son cœur, a sa foi,
Qu’il l’aime.
PHÈDRE
Quoi, seigneur !
THÉSÉE
Il l’a dit devant moi :
Mais je sais rejeter un frivole artifice.
Espérons de Neptune une prompte justice :
Je vais moi-même encore au pied de ses autels
Le presser d’accomplir ses serments immortels.

Bonjour j'ai un commentaire de texte sur la scène 3 et 4 de l'acte IV de Phèdre de Racine à faire pour ce lundi, j'ai deja mon introduction et mon plan, donc le voici avec ce que j'ai trouvé comme exemple des procédés:
I. Des personnages tragiques
A.La fatalité
1.reference à la mythologie
"Neptune, par le fleuve aux dieux mêmes terrible,M’a donné sa parole, et va l’exécuter.";"un dieu vengeur te suit", "Neptune me la doit ; et vous serez vengée."
2.présence du thème de la mort
"Misérable, tu cours à ta perte infaillible !"; "exécuter"; "condamner" etc
B.La dualité des sentiments
1.questions rhétoriques
"Jamais père, en effet, fut-il plus outragé ?Justes dieux qui voyez la douleur qui m’accable,Ai-je pu mettre au jour un enfant si coupable ! "; "Quoi ! craignez-vous déjà qu’ils ne soient écoutés ? Joignez-vous bien plutôt à mes vœux légitimes :"
2.Figures de style de l'opposition
3.champs lexicaux des sentiments
"aimais"; "mes entrailles pour toi se troublent par avance")
II. L'argumentation au coeur de la tragédie
A.Convaincre
1.des arguments ad hominem
"mais a te condamner tu m'as trop engagé" (j'ai que celui là)
2.questions rhétoriques
"Jamais père, en effet, fut-il plus outragé ?Justes dieux qui voyez la douleur qui m’accable,Ai-je pu mettre au jour un enfant si coupable ! "; "Quoi ! craignez-vous déjà qu’ils ne soient écoutés ? Joignez-vous bien plutôt à mes vœux légitimes :"
B. Persuader
1. le pathétique
2. les figures de styles de l'exagération
l'hyperbole "Ne me préparez point la douleur éternelle" (j'ai que celle la là aussi)

Je suis bloquée pour trouver d'autres exemples qui correspondent aux procédés des figures de style de l'opposition, les arguments ad hominem, le pathétique et les figures de styles de l'éxageration,
et dire ce que les procédés démontrent dans ma rédaction. Si vous pouvez m'aider s'il vous plait..  sad