431

Questions sur l’hypokhâgne

Merci beaucoup!!!
Eh bien ça me donne envie d'y aller encore plus maintenant!!!
J'aimerais tellement m'épanouir en prépa, parce la S c'est vraiment pas mon truc. Je sens que je vais m'eclater (parce que c'est le but quand même, outre les concours etc...). J'espère quand même que mon niveau suffira, et que je pourrais tenir le choc...
En fait j'ai eu une grosse "flippe" en voyant un reportage sur Envoyé Spécial à propos des prépas justement et vu comment la chose était annoncée...

Merci pour vos conseils de lecture, pour l'anglais je suis en train de lire True Tales of American Life de Paul Auster (votre avis?). J'aime beaucoup parce que j'y suis assez libre, et certaines histoires sont vraiment top!

Sinon des sorties sont-elles programmées? (ça se serait cool: venir dans un musée sans le petit frère qui te casse les pieds à courir partout)

lis des classiques des 17e-18e-19e siècles avant (déjà parce que pas mal de romanciers du vingtième ont écrit en réaction au modèle du roman classique)

Bon je fais ma fainéante mais quelle est cette réaction? Tu parles du nouveau roman? Je n'en ai encore jamais lu mais mon prof de français disait (el là je sens que je vais me trahir): "j'aime aussi peu le nouveau roman que le beaujolais nouveau!". Enfin à voir...

432

Questions sur l’hypokhâgne

Le reportage d'Envoyé spécial était convenable et évitait de trop enfoncer les habituels clichés. Il présentait cependant une prépa assez "dure" dans les deux sens du mot: très sélective, et où on soumet les élèves à forte pression - ce qui n'empêche pas l'humanité de la majorité des profs (dont plusieurs me sont personnellement connus).

Pour le sommeil, aucun problème: je n'ai moi-même jamais empiété sur mes heures de sommeil, ni pour Ulm, ni pour l'agrégation, et cela ne m'a nui en rien. Les nuits blanches passées sur les disserts sont un mythe, ou une ineptie de la part de ceux qui s'y adonnent.

433

Questions sur l’hypokhâgne

Je n'ai jamais passé une nuit blanche sur une dissert (même s'il m'est arrivé de me coucher assez tard, 2 ou 3h disons, pour finir un DM, surtout des versions ou commentaires de textes en langue étrangère), par contre j'en ai passé d'agréables pour préparer un exposé, ou simplement pour lire, à un rythme un peu plus relâché que le reste du temps. Mais le gain n'est pas forcément évident par rapport à une nuit de sommeil, et c'est à pratiquer avec modération... En hypokhâgne je dormais assez correctement, jamais moins de 6h, disons 7h en moyenne. En khâgne, 5h en moyenne, parfois plus parfois moins (il y a eu des passages assez durs...), mais d'autres dormaient beaucoup plus et s'en sortaient honorablement aussi. Il ne faut pas trop s'inquiéter pour ça.

Questions sur l’hypokhâgne

liliclarinette a écrit :

Bon je fais ma fainéante mais quelle est cette réaction? Tu parles du nouveau roman? Je n'en ai encore jamais lu mais mon prof de français disait (el là je sens que je vais me trahir): "j'aime aussi peu le nouveau roman que le beaujolais nouveau!". Enfin à voir...

Oui, le Nouveau Roman. Bah ta prof réagit comme pas mal de monde... C'est pas toujours facile d'accès, c'est très inégal (comme partout), mais il y a vraiment de bonnes choses, et c'est assez intéressant au niveau de la réflexion portée sur le genre. Après, on adhère ou pas, mais c'est crucial de savoir de quoi il ressort et d'avoir lu un ou deux "Nouveaux Romans" pour toute dissert' sur le roman...

435

Questions sur l’hypokhâgne

Je te renvoie donc à Duras, Robbe-Grillet...

Questions sur l’hypokhâgne

Thomas1604 a écrit :

Je te renvoie donc à Duras, Robbe-Grillet...

Les Gommes sont plus accessibles que La Jalousie pour une "première expérience", et pour Duras, le cycle indien m'a vraiment plu, mais je ne suis pas sûr que ce soit le plus facile d'accès. Sinon, L'Amant. (Duras, Nouveau Roman, ça se discute soit dit en passant...)

437

Questions sur l’hypokhâgne

Tu aurais des suggestions à me faire?
J'avoue que je tenterais bien Beckett, mais je ne le connais qu'un petit peu en tant qu'auteur de pièces de théâtre...
Je me souviens aussi (il y a longtemps) que dans le cadre de l'autobiographie au collège on avait parlé de Nathalie Sarraute avec l'Enfance, mais je ne sais pas si cela relève du nouveau roman.A mince j'avais pas vu ton deuxième message...
Merci.

Questions sur l’hypokhâgne

J'aurais 3,4 questions...

1) JE souhaite devenir professeur de français, j'adore cette langue, si je n'arrive pas à devenir professeur, il me faut un plan B seulement j'aimerais faire quelque chose dans la litérrature, je ne suis pas trés bien renseigné à ce propos, quels métiers intéréssants pourrais-je exercer ? Pour faire éditeur, en fait je vousdrais (pour le plan B) travailler dans une maison d'édition, comme ( je ne connais pas le nom de ce métier ) pour lire les écrits des personens et donner mon avis, décider de le publier ou non. Quelle filière dois-je choisir pour cela, Hipokhâgne est-il approprié ?

2)Pour faire professeur de français Hipokhâgne est-il conseillé, et si ce n'est pas nécéssaire, puis-je tenter l'inscription tout de même ?

3) Hipokhâgne est ouvert à partir de quelle classe ? 2nde , 1ere terminale ? Plus tard encore ? Je n'ais pas trouvé satisfaction sur le site de cet établissement, alors si quelqu'un avait la gentillesse de m'aider...

439

Questions sur l’hypokhâgne

Bonjour Jouly.

L'hypokhâgne (nom commun) ne désigne pas un établissement mais un type de formation. Il y a donc de nombreuses hypokhâgnes en France, donc certainement des classes près de chez toi.

La formation est accessible après le baccalauréat : en terminale, tu devras postuler pour des écoles ou des formations post-bac, et tu pourras choisir de placer parmi tes vœux des hypokhâgnes, qui étudieront tes bulletins de 1ère et de terminale et choisiront ou non de t'intégrer.

L'hypokhâgne te permettra tout à fait d'aller vers les métiers de professeur ou d'éditeur, en intégrant l'Ecole Normale Supérieure (les hypokhâgnes, ou classe préparatoire littéraire, sont à l'origine des classes de préparation à ce concours) ou bien en rejoignant le cursus universitaire, l'hypokhâgne étant un excellent moyen d'approfondir tes connaissances et d'acquérir de solides méthodes de travail. Mais un parcours universitaire classique te permettra également de devenir professeur de français; c'est au choix, l'hypokhâgne, offrant une formation plus générale mais peut-être aussi plus intense que les premières années d'université.

N'hésite pas à demander plus de précision ! smile

Questions sur l’hypokhâgne

Ah, alors j'ai le temps smile En tout cas merci pour cette réponse plus que complète winkKâgne, c'est bien aprés Hipokâgne non ?