1 (Édité par Iriiss 14/12/2011 à 21:31)

L'approche de la mort chez Villon et la définition freudienne de la mort

Salut a tous!

Je suis certaine de ne pas trouver grand foule a cette heure ci , mais je tente quand même de poser mon probleme! Je suis empêtrée jusqu'au cou avec un travail sur Villon et son approche de la mort en comparaison avec la définition freudienne de la mort.Pour Freud, c'est quoi la Mort? Et Villon comment la considère t-il dans son Testament et Ballade des Pendus? C'est pour demain apres midi et je suis  coincée. J'ai déja fait le corps du travail.Maintenant il me faut terminer en faisant une sorte de parallélisme entre la théorie freudienne de la mort , et celle de Villon. Et je coince.S'il vous plait helppp!!! C'est important.Merci a tous ceux qui me fileront un coup de main. smile

L'approche de la mort chez Villon et la définition freudienne de la mort

Salut
Mon travail a été reporté smile Toujours pas de volontaires, .Je ne veux pas toute une dissertation, juste un paragraphe (ou2!) soulignant les 2 approches de la mort, chez Villon comme chez Freud qui me servira pour étoffer ma conclusion!

3

L'approche de la mort chez Villon et la définition freudienne de la mort

Bonsoir !

J'aime beaucoup Villon, alors je peux bien t'aider sur ce sujet. Par contre, concernant Freud, même si j'aime, je pense ne pas avoir la compétence pour t'en parler sur sa conception précise de la mort...

       Il ne t'aura pas échappé que la mort est justement ce qui motive la rédaction du "Testament" ( ou du moins, ce qui prétend justifier la rédaction du "Testament" , puisqu'il est encore jeune lorsqu'il l'écrit. Et que de toute manière Le Lais est déjà motivé par la mort).
       Sa poésie sur la mort intervient dans un paysage poétique particulier ; c'est à l'époque un thème central et important. Mais Villon prend une sorte de contre-pied. La représentation du cadavre est sobre , même s'il fait parfois référence à celles qui sont volontairement horribles. Huitain 162, v.1744 et suivant " Quant je considere ces testes / Entassées en ces charniers..." Les charniers en question font référence au Cimetière des innocents et à sa célèbre représentation de la danse macabre. MAIS , chez Villon, on a des têtes, pas des crânes, ni des squelettes, ni des lambeaux purulents de chair en décomposition.
       Maintenant qu'on a dit ce que la mort chez Villon n'est pas... Ce qu'elle est  . Il insiste sur quelques choses concernant la mort. La Souffrance d'abord , mais qui n'est pas une souffrance spectacle du cadavre, il s'agit de la souffrance du moment , du passage entre la vie et la mort. Sur cela , Huitain 40   " Quicunques meurt, meurt à douleur" , et 41 ( où tu peux trouver la seule description de la mort et du mort assez morbide mais sans être repoussante) " La mort le fait fremir, pallir / Le nez courber, les vaines tendre.... " d'autant plus que Villon trouve une sortie ironique (comme souvent) pour le " Corps féminin, qui tant est tendre" , puisque non sans humour, il rappelle que elles aussi mourront ; " Te fauldra il es maulx actendre? / Oy... ou tout vif aler es cieulx. "
        Ce qui tourmente Villon, e sont les effets de la mort DANS la vie. Les perspectives religieuses de la mort disparaissent ; il ne parle pas du jugement dernier. Il insiste sur le physique, le vieillissement, l'effet du temps.
       Dans le Testament la pendaison est aussi présente ( aussi, car elle l'est évidemment dans la Ballade dite , des pendus. Qui reste un texte qu'on ne peut pas assimiler totalement au Testament dans son image de la mort). Puisque dans un de ses legs, il donne des cordes. Mais là encore, comme pour la Femme, il y a une volonté de conjurer la mort, la pendaison donne lieu à un euphémisme et le pathos est supprimé au profit de la plaisanterie.
       Autre élément important de la mort dans le Testament, c'est son aspect égalitaire. Il y revient sans cesse, mais de manière exemplaire dans le Huitain 34 " Je congnois que pouvres et riches, / Sagez et folz, prestres et laiz. Nobles, villains, larges et chiches (...) de quelconque condicïon, Portans atours et bourreletz, Mort saisit sans excepcïon"
       Enfin , vers magnifique, 420 , " Honneste mort ne me deplaist" .
       

        Alors.... Faire un parallèle avec Freud... Qu'en sais je ?  C'est un thème qui revient dans la poésie de Villon et la pulsion de mort est centrale et necessaire à la vie dans la conception Freudienne. Cependant Freud nous parle d'une impossibilité à concevoir sa propre mort. Et là , il y a peut être quelque chose à creuser, car SA mort, Villon, soit la refuse par la dérision, soit la refuse en s'expliquant, en argumentant ( c'est tout le début, la justification contre Thibault d'Aucigny). Ensuite, il y a surement quelque chose à creuser avec les huitains 80 à 83 où il y a quand même " Gens mors estre faiz petiz dieux" suivi d'un bref commentaire de la parabole du Riche et de Lazare, or je sais qu'elle est également dans " L'évangile au risque de la psychanalyse" de Françoise Dolto, qui y fait une analyse freudienne.  Voilà

4 (Édité par Iriiss 16/12/2011 à 11:52)

L'approche de la mort chez Villon et la définition freudienne de la mort

Bonsoir LANCELOT

Ton exposé est génial est je te suis très reconnaissante parce que je pensais que personne ne me donnerai ce coup de main! Et voila que ça arrive.Merci cher Père Noel et bonne traversée céleste, d'autres que moi guettent l’âtre si toutefois quelque paquet aussi joliment ficelé que le mien roulera jusqu'au pied de l'arbre dont seules encore les aiguilles brillent. Merci ET JOYEUSES FETES!!!

PS/ Freud, je m'en suis occupée. Avec Onfray!

5

L'approche de la mort chez Villon et la définition freudienne de la mort

Bah tu sais. Tout le monde aide ici. Mais la conception de la mort chez Villon... C'est assez spécial /particulier / précis , tu peux pas avoir des masses de réponses

Et Onfray n'est pas la meilleur référence pour travailler Freud. D'abord parce que son livre n'est pas terrible et surtout parce qu'il n'analyse pas la théorie et les pensées ( ou alors rarement, mais de manière toujours rédutrice et caricaturale ).


Bonnes fêtes à toi aussi

L'approche de la mort chez Villon et la définition freudienne de la mort

MERCI Lancelot ce que tu m'as rédigé m'a aidé à étoffer et parlant de Onfray c'etait un petit clin d'oeil à la Grosse polémique qui sévit toujours à propos de ses écrits sur Freud.Ca m'a permis également de faire en plus une thèse et  antithèse dans la conclusion!! lol Freu...Fray non? Très bonne soirée et encore merci!

7 (Édité par gerard 23/02/2012 à 15:20)

L'approche de la mort chez Villon et la définition freudienne de la mort

bonjour,  irris
    désolé, il est peut être un peu tard, mais comme on dit....
Où en es tu de ton 'travail' ? ( si je tutoie, c'est par facilité d'écriture );
je suis en train d'écrire un livre:   " François Villon . com" ;
en ce moment, j'aborde l'aspect psychologique; je serai intéressé de connaitre ce que tu as écris à ce sujet; beaucoup, même;
Enfin, à tous, si cela vous intéresse, je peut aussi vous transmettre mes travaux?
Enfin, pour faire court, ça ne m'étonne pas trop que tu  tu ais coincé car la problématique serait plutôt Villon et la vie!
la mort, ça, depuis longtemps, il connait... la mort sous toutes ses formes... 
un texte qui pourrait se rapprocher: de freud: sur la guerre de 14/18  ....
        en tout cas, donc, il me semble,
           c'est plutôt villon et nous; d'où le titre de mon livre:" villon . com " 
                      Merci
              j'espère à bientôt,
                                       Gérard
car moi aussi, maintenant , j'aurai besoin d'aides.....

N.B  merci aussi aux gens qui gèrent ce site...