La Fontaine, Les Obsèques de la Lionne - La femme du Lion mourut...

Bonjour à tous
A la fin de l'année, je dois passer le bac de français et j'aimerais préparer le texte " les obsèques de la lionne "
Pour répondre a la question : la fable est elle un bon moyen argurmentatif pour dénoncer le roi ?
Je dois faire un plan détaillé de ce texte mais je ne sais pas quoi mettre comme sous partie
Pouvez vous m'aider s'il vous plait

Mon plan est
I La théatralité de la scène
II Dénonciation de la Cour

Mais pour les sous parties, vous pouvez m'aider ?
J'ai quelques idée, par exemple pour premiere sous partie, je pourrais mettre travestissement de la Cour mais ensuite de je ne sais pasPersonne ne peut m'aider ou me proposer son plan ?

La femme du Lion mourut :
Aussitôt chacun accourut
Pour s'acquitter envers le Prince
De certains compliments de consolation,
Qui sont surcroît d'affliction.
Il fit avertir sa Province
Que les obsèques se feraient
Un tel jour, en tel lieu ; ses Prévôts y seraient
Pour régler la cérémonie,
Et pour placer la compagnie.
Jugez si chacun s'y trouva.
Le Prince aux cris s'abandonna,
Et tout son antre en résonna.
Les Lions n'ont point d'autre temple.
On entendit à son exemple
Rugir en leurs patois Messieurs les Courtisans.
Je définis la cour un pays où les gens
Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents,
Sont ce qu'il plaît au Prince, ou s'ils ne peuvent l'être,
Tâchent au moins de le parêtre,
Peuple caméléon, peuple singe du maître,
On dirait qu'un esprit anime mille corps ;
C'est bien là que les gens sont de simples ressorts.
Pour revenir à notre affaire
Le Cerf ne pleura point, comment eût-il pu faire ?
Cette mort le vengeait ; la Reine avait jadis
Etranglé sa femme et son fils.
Bref il ne pleura point. Un flatteur l'alla dire,
Et soutint qu'il l'avait vu rire.
La colère du Roi, comme dit Salomon,
Est terrible, et surtout celle du roi Lion :
Mais ce Cerf n'avait pas accoutumé de lire.
Le Monarque lui dit : Chétif hôte des bois
Tu ris, tu ne suis pas ces gémissantes voix.
Nous n'appliquerons point sur tes membres profanes
Nos sacrés ongles ; venez Loups,
Vengez la Reine, immolez tous
Ce traître à ses augustes mânes.
Le Cerf reprit alors : Sire, le temps de pleurs
Est passé ; la douleur est ici superflue.
Votre digne moitié couchée entre des fleurs,
Tout près d'ici m'est apparue ;
Et je l'ai d'abord reconnue.
Ami, m'a-t-elle dit, garde que ce convoi,
Quand je vais chez les Dieux, ne t'oblige à des larmes.
Aux Champs Elysiens j'ai goûté mille charmes,
Conversant avec ceux qui sont saints comme moi.
Laisse agir quelque temps le désespoir du Roi.
J'y prends plaisir. A peine on eut ouï la chose,
Qu'on se mit à crier : Miracle, apothéose !
Le Cerf eut un présent, bien loin d'être puni.
Amusez les Rois par des songes,
Flattez-les, payez-les d'agréables mensonges,
Quelque indignation dont leur coeur soit rempli,
Ils goberont l'appât, vous serez leur ami.

2

La Fontaine, Les Obsèques de la Lionne - La femme du Lion mourut...

Bonsoir !

Je crois que ton plan est bon et que tu touches juste. Cependant, je pense que la théâtralité du passage n'est qu'un procédé utilisé par La Fontaine, et donc pour toi un argument , à mettre en faveur d'un objectif plus large : montrer qu'il s'agit d'une scène vivante.


I / Un récit vivant

           Remarque formelle préliminaire : il y a un mélange alexandrins et octosyllabes. La longueur inégale des vers correspond aux différentes étapes du récit et témoignent d'un construction semblable à celle d'une pièce de théâtre en cinq actes avec scène d'exposition, suspens, coup de théâtre...
        v1 à 16 : scène d'exposition
        v 17 à 23 : intervention du narrateur. Première morale
        v27 à 38 : coup de théâtre
        v39 à 51 : deuxième coup de théâtre et renversement de la situation
        v52 à v55 ; deuxième morale

La fable est rendu vivant par l'alternance récit / discours : Dénonciation calomnieuse du courtisan , Discours du Roi, Discours du Cerf comportant le discours enchâssé de la reine, commentaire de la foule..
Mélange des mondes animal et humain : habituel chez La Fontaine, mais ici , il y a peu de références animales ; « ongles » aux lieu de « griffes » ( Alors que dans ' Le lion amoureux ' ,  le mot 'griffe' y est préféré). Donc personnification. Il y a aussi une volonté d'être fidèle à la réalité historique contemporaine par le respect des liens sociaux, du protocole de cérémonie et de la hiérarchie sociale
Fidélité aussi à la réalité psychologique des humains : la scène est rendue vivante par des sentiments ou des comportements ( colère, violence, autorité, orgueil, mépris, tristesse, coquetterie, hypocrisie). La filiation à notre monde est aussi assurée par des références littéraires, historiques et mythologiques ( Tu trouveras le champs lexical du religieux, chrétien, païen, et le Lion est un héros tragique).

II/ La satire de la cour

Mise en évidence de la cruauté de la Reine par l'enjambement aux vers 26 et 27
Divinisation des personnes royales par le chiasme aux vers 35 et 36
La Fontaine condamne l'absence de sens moral, l'opportunisme, l'hypocrisie ( v19 et 20), les changements d'humeurs et d'attitudes ( v18) , la servilité, la rapidité des réactions ( v2 et v49) et l'ostentation dans les réactions au deuil (v12 et 13)
A remarquer : l'ironie du vers 21, la caméléon est l'esprit changeant , et le singe, l'esprit flatteur.
Les hommes deviennent des animaux , des marionnettes cf Hyperbole v22
le v23 est une évocation de la Théorie de Descartes sur les animaux ( qui n'ont ni âme, ni souffrance etc.. C'est la théorie dite, de l'animal-machine) => Les vrais animaux, sont à la cour, les courtisans n'ont pas ( plus? ) d'âme.
Critique du pouvoir royale, de l'absolutisme, de la cruauté lié au pouvoir de droit divin ; verbes marquant le pouvoir et l'autorité aux v36 et 37 associés au « Nous » royale v35
La Fontaine condamne les rois dans la morale finale. Il semble donner la recette pour berner le pouvoir royal. Il critique la vanité et la naiveté des rois qui sont esclaves de la flatterie ( Songe // mensonge v52/53)

Alors c'est pas très organisé, c'est très incomplet. Mais j'aurai toujours du mal à expliquer ou commenter La Fontaine. Tout est dans le style, vraiment tout...

La Fontaine, Les Obsèques de la Lionne - La femme du Lion mourut...

C'est super ! Merci beaucoup pour ton plan

Est ce que mon plan est bon ?

I un récit vivant
1) un strcuture en 5 actes
2) Des personnages opposées
3) Le discours direct et la force de persuation du cerf

II La satire de la cour
  1) La critique des courtisans
  2) la critique du Roi


Mais en 3eme sous partie, je ne sais pas quoi mettre ....
Pourrais tu m'aider ?
De plus je ne sais pas si la force de persuasion du cerf est à mettre dans la premiere partie ?

4

La Fontaine, Les Obsèques de la Lionne - La femme du Lion mourut...

Je pense que tu es bon 
Celà dit, tu n'es pas obligé de vouloir rentrer dans le cadre très normé du plan très rigide. Tu passes ton commentaire à l'oral, ce qui comptera davantage c'est la manière dont tu en parleras, l'intêret que tu portes au texte. Le plan, généralement, c'est celui du prof qui est répété....

Cependant, si tu tiens tant à avoir un II/ C) , tu peux prendre un peu d'hauteur d'analyse et répondre de manière synthétique à la question que tu as posé au texte :  la fable est elle un bon moyen argurmentatif pour dénoncer le roi ?   ce n'est pas hors de propos, puisque tu es dans la partie " Satire " , et ça te permet d'opérer la transition vers la conclusion sans de problème.

Pense également à te préparer aux questions que l'examinateur pourrait te poser le jour de l'oral. Sur le texte, sur l'auteur... ou sur toi.  Moi j'étais tombé sur un texte de théâtre ( de Grumberg ) ; à la fin du commentaire, elle me demande quelle est mon auteur de théâtre préféré. Il faut t'y préparer, car tu ne pourras pas dire " J'aime pas trop La Fontaine. Ni la poésie "  , De ce point de vue, circule dans le Livre VIII où se trouve "les obsèques de la lionne" , la fable suivante " le rat et l'éléphant " est superbe aussi. Ainsi, si t'as une question , tu pourras montrer que tu vois plus loin que les cours ;-)

La Fontaine, Les Obsèques de la Lionne - La femme du Lion mourut...

Ah mais j'ai oublié de te préciser que je dois également rédiger le commentaire '

6

La Fontaine, Les Obsèques de la Lionne - La femme du Lion mourut...

D'accord. Fais le plan que tu as proposé, et en II/ c) montre bien en quoi la fable est un bon moyen d'argumenter en défaveur du roi, de son pouvoir, de sa cour.
D'abord parce qu'en II/ a) et b) , tu montres les arguments et le procédés sur lesquels reposent ces arguments. Mais en c) , tu peux montrer quelle sont les particularités, la force et l'éfficacité.  L'utilisation des animaux permet de parler vraiment des hommes ; c'est un paradoxe que La Fontaine surmonte sans peine. Il va même plus loin même , "C'est bien là [ reprise topographique de ' La cour ' , puisqu'il l'annonce ' Je déinis la cour ' v17] que les gens sont de simples ressorts " . Ce qui est implicite c'est qu'il faut lire " C'est bien là , et pas ailleurs " . En gros, il retourne la théorie de Decartes ; les animaux valent mieux que les courtisans qui n'ont pas d'âmes. Tu peux également parler de l'audace réelle qui est dans cette fable

La Fontaine, Les Obsèques de la Lionne - La femme du Lion mourut...

Ah d'accord merci beaucoup !!