31 (Édité par Ursus 29/08/2011 à 12:33)

Mein Kampf : œuvre littéraire ou politique / historique ?

Allann, je redoute aussi les préjugés des correcteurs, et sans doute j'éviterais, pour une dissertation ayant un enjeu fort, une dissertation de concours par exemple, de parler d'Hitler. Et si j'aimerais bien un peu plus de problématisation dans la discussion de savoir si c'est de la littérature ou pas, je suis loin d'en défendre les qualités poétiques, et j'imagine mal ce qu'il faudrait pour en venir à préférer le citer lui plutôt qu'un écrivain consensuellement reconnu en tant que tel. Pour une réflexion sur le littéraire, il y a des cas moins provocateurs, des philosophes comme Descartes ou Pascal par exemple. Par contre, j'espère que tu as tort, pour ton 90%. Si on en est là, c'est grave. Je le crois très faux pour mon université, j'imagine très mal un de mes professeurs froncer des sourcils tout ça parce que j'en viens à parler de ce que dit Hitler sur l'art. C'est le commentaire qu'il faut juger.

32

Mein Kampf : œuvre littéraire ou politique / historique ?

Bonjour à tous!

Pour ma part, je mettrais un véto total à l'utilisation d'une citation de cet ouvrage, non pas pour des raisons éthiques ou morales (ce fut assez discuter ici!) mais pour une simple raison légale :

cet ouvrage est officiellement interdit en France. Ainsi, en incluant des citations, l'auteur pourrait s'exposer à des complications.

A bientôt!

Amanalat

Mein Kampf : œuvre littéraire ou politique / historique ?

Heu...Amanalat sans vouloir vous vexer, renseignez vous avant d'énoncer des choses fausses. Mein Kampf est en vente libre dans toute bonne librairie...pour preuve, je l'ai acquis en librairie. 

Comme dis, tout argument est acceptable du moment qu'il est pertinent, qu'il soutiens une idée en relation directe avec la thématique de la dissertation, et cela en quelques mots.

"il y a des cas moins provocateurs, des philosophes comme Descartes ou Pascal par exemple" cela fonctionne si l'écrit n'impose pas un appui d'ouvrages compris dans l'entre deux guerre. Sinon cela devient plus problématique..mais pas impossible.

34

Mein Kampf : œuvre littéraire ou politique / historique ?

Bonjour !

Vous ne me vexez pas du tout, d'autant que vous avez raison.

C'étais un souvenir de mes cours de sciences po, qui s'avère faux, puisqu'il est en réalité possible de l'avoir, mais sous certaines conditions (huit pages de mise en garde, etc.), effectivement.

Bonne soirée

Antonin

35 (Édité par Jeanne-Héloïse 25/04/2012 à 13:01)

Mein Kampf : œuvre littéraire ou politique / historique ?

La confusion provient sans doute du fait que Mein Kampf est aujourd'hui interdit à la diffusion en Allemagne, ce qui n'est pas le cas dans de nombreux pays. Même si, en Allemagne, nombreux sont ceux qui souhaitent sa réédition (le Conseil central des juifs allemands, notamment, n'est pas opposé à une édition critique du livre, accompagnée d’un commentaire pédagogique), le Land de Bavière, qui détient les droits du livre, reste opposé à cette idée, au motif qu’elle pourrait faire le jeu de l’extrême-droite (selon le journal Le Monde, une action en justice était notamment envisagée en janvier dernier contre un éditeur qui avait l'intention de publier des extraits de l'oeuvre, accompagnés de commentaires d'un "chercheur renommé", je ne connais pas la suite).
En France, dans un arrêt du 11 juillet 1979, la cour d'appel de Paris a jugé que Mein Kampf pouvait être autorisé à la vente compte tenu de son intérêt historique, mais accompagné toutefois d'un texte mettant en garde le lecteur en évoquant les dispositions légales en matière d'incitation à la haine raciale et en rappelant les crimes contre l'humanité du régime hitlérien.
En pratique, l’ouvrage est téléchargeable dans de nombreuses langues.

Voir aussi l’interview d’Antoine Vitkine qui a travaillé sur Mein Kampf :
http://www.arte.tv/fr/recherche/2014706.html

Et justement, on pouvait lire la semaine dernière dans le magazine Le Point (du 2/02/2012)

Mein Kampf fera l’objet d’une édition scientifique en France. C’est le projet des éditions Fayard, qui envisagent de publier le long manifeste de Hitler accompagné d’un appareil critique. Lancée en septembre par Anthony Rowley, décédé en octobre 2011, l’initiative a été reprise par son successeur chez Fayard, l’historien Fabrice d’Almeida. Date prévue de publication : 2015, l’année où le texte tombera dans le domaine public. Jusque-là les droits sont gérés par le Land de Bavière.

Edit : Deux mois après, je complète les éléments ci-dessus par ce que j'ai lu sur Le Monde.fr, hier :

Pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, le livre d'Adolf Hitler, Mein Kampf, va être publié en Allemagne. L'Etat régional de Bavière, qui en détient les droits, va en diffuser une version commentée prévue pour 2015, a-t-il annoncé mardi 24 avril à l'agence allemande DPA.

Le ministre des finances de Bavière, Markus Söder, a annoncé que la décision avait été prise après plusieurs discussions, notamment avec des juristes. Une des motivations : "démythifier" cet ouvrage, qui mêle des éléments autobiographiques et les fondements de l'idéologie nazie. "Nous voulons clairement montrer à quel point ce livre, aux conséquences catastrophiques, est absurde", a-t-il souligné à propos d'un ouvrage qui a servi de base à la politique génocidaire du IIIe Reich.

L'objectif est également de rendre aussi "peu attractif commercialement" que possible toute future publication de cet ouvrage, qui était devenu, à partir de 1936, le cadeau de mariage de l'Etat aux couples allemands. Quelque 10 millions d'exemplaires en allemand en ont été édités jusqu'en 1945, selon l'historien Ian Kershaw.

DOMAINE PUBLIC

L'Etat régional de Bavière détiendra jusqu'en 2015 les droits de Mein Kampf ("mon combat"), rédigé par Adolf Hitler lors d'un séjour en prison en 1924 après une tentative de putsch. Il doit tomber dans le domaine public fin 2015, soit soixante-dix ans après la mort d'Adolf Hitler. A partir de 2016, il sera possible de reproduire le livre sans avoir l'assentiment de l'Etat bavarois, sauf dans les cas "d'incitation à la haine raciale", a précisé M. Söder.

La Bavière a jusqu'à présent bloqué toute réédition intégrale ou partielle pour éviter une exploitation éventuelle du texte par des groupes néo-nazis. Début mars, une revue éditée par le Britannique Peter McGee, Zeitungszeugen ("journaux témoins"), avait voulu republier des passages de l'ouvrage controversé. La justice allemande avait alors interdit cette publication, estimant que le projet servirait les écrits du dictateur.

L'initiative de M. McGee avait provoqué plusieurs réactions, dont celle du président du Conseil central des juifs d'Allemagne, Dieter Graumann. Il avait indiqué ne pas être farouchement opposé au projet. Pour lui, "le mieux serait qu'il n'y ait pas de publication, mais s'il doit y en avoir une, alors il faut qu'elle soit assortie de commentaires pédagogiques d'historiens".