1

Ionesco, Rhinocéros - Vous êtes dans un triste état, mon ami...

Bonjour smile
Le BAC de Français arrive à grand pas et je m’exerce depuis plusieurs jours au commentaire littéraire. Aujourd’hui, j'ai décidé de faire le commentaire du BAC 2004 dont voici le sujet :

TEXTE C - Eugène Ionesco (1912-1994), Rhinocéros (1959).

[Au début de la pièce, deux amis se retrouvent, dans une ville où une étrange maladie, "la rhinocérite", transformera peu à peu les habitants, sauf Bérenger, en rhinocéros. Cette transformation constitue une image de la montée du nazisme ou d'autres formes de totalitarisme.]

JEAN, l'interrompant. — Vous êtes dans un triste état, mon ami.
BERENGER. — Dans un triste état, vous trouvez ?
JEAN. — Je ne suis pas aveugle. Vous tombez de fatigue, vous avez encore perdu la nuit, vous bâillez, vous êtes mort de sommeil...
BERENGER. — J'ai un peu mal aux cheveux...
JEAN. — Vous puez l'alcool !
BERENGER. — J'ai un petit peu la gueule de bois, c'est vrai !
JEAN. — Tous les dimanches matin, c'est pareil, sans compter les jours de la semaine.
BERENGER. — Ah non, en semaine c'est moins fréquent, à cause du bureau...
JEAN. — Et votre cravate, où est-elle ? Vous l'avez perdue dans vos ébats !
BERENGER, mettant la main à son cou. — Tiens, c'est vrai, c'est drôle, qu'est-ce que j'ai bien pu en faire ?
JEAN, sortant une cravate de la poche de son veston. — Tenez, mettez celle-ci.
BERENGER. — Oh, merci, vous êtes bien obligeant. (il noue la cravate à son cou.)
JEAN, pendant que Bérenger noue sa cravate au petit bonheur. — Vous êtes tout décoiffé ! (Bérenger passe les doigts dans ses cheveux.) Tenez, voici un peigne ! (Il sort un peigne de l'autre poche de son veston.)
BERENGER, prenant le peigne. — Merci. (Il se peigne vaguement.)
JEAN. — Vous ne vous êtes pas rasé ! Regardez la tête que vous avez. (Il sort une petite glace de la poche intérieure de son veston, la tend à Bérenger qui s'y examine ; en se regardant dans la glace, il tire la langue.)
BERENGER. — J'ai la langue bien chargée.
JEAN, reprenant la glace et la remettant dans sa poche. — Ce n'est pas étonnant !... (Il reprend aussi le peigne que lui tend Bérenger, et le remet dans sa poche.) La cirrhose1 vous menace, mon ami.
BERENGER, inquiet. — Vous croyez ?...
JEAN, à Bérenger qui veut lui rendre la cravate. — Gardez la cravate, j'en ai en réserve.
BERENGER, admiratif. — Vous êtes soigneux, vous.
JEAN, continuant d'inspecter Bérenger. — Vos vêtements sont tout chiffonnés, c'est lamentable, votre chemise est d'une saleté repoussante, vos souliers... (Bérenger essaye de cacher ses pieds sous la table.) Vos souliers ne sont pas cirés... Quel désordre !... Vos épaules...
BERENGER. —Qu'est-ce qu'elles ont, mes épaules ?...
JEAN. — Tournez-vous. Allez, tournez-vous. Vous vous êtes appuyé contre un mur... (Bérenger étend mollement sa main vers Jean.) Non, je n'ai pas de brosse sur moi, cela gonflerait les poches. (Toujours mollement, Bérenger donne des tapes sur ses épaules pour en faire sortir la poussière blanche ; Jean écarte la tête.) Oh là là... Où donc avez-vous pris cela ?
BERENGER. — Je ne m'en souviens pas.
JEAN. — C'est lamentable, lamentable ! J'ai honte d'être votre ami.
BERENGER. — Vous êtes bien sévère...

1. cirrhose : maladie du foie.http://www.site-magister.com/sujets6.htm#ES

Le problème est que je ne trouve aucune correction du commentaire sur Internet, et ainsi, je ne peux pas me corriger, voir les idées que je j'ai oublié etc ... Pouvez-vous regarder mon plan et dire ce qui ne vas pas ?
En tout cas, je le trouve assez déséquilibré, et mon commentaire est assez court (133 lignes précisément tongue). Cela peut-il me porter défaut ?
Le voici :

Introduction

  • Théâtre de l'absurde

  • Situation de la scène

  • Pb : Comment cette scène cache une image de la montée du totalitarisme dans les années 30 et 40 ?

  • Il donne un aspect comique à sa pièce où l'importance des costumes est forte afin de créer une ambiance plus angoissante.

I - L'aspect comique de la scène
A - Le jeu des personnages

  • Beaucoup de didascalies → jeu de scène précis

  • Jean sort de ses poches une cravate, un peigne puis un miroir → jeu comique

  • Le visage de Bérenger est inquiet puis soudainement admiratif

B - Le dialogue comique

  • Dialogue entre deux amis avec un langage courant "gueule de vois" → facilité d'immersion pour le spectateur

  • Avoir "mal aux cheveux" → absurde

  • Répétition de "lamentable" (x3)

II - La fonction informatrice des costumes
A - Un rôle d'incipit

  • Il donne l'état des personnages au début de la scène

  • Champ lexical du costume

B - La fatigue de Bérenger

  • Champ lexical du mauvais état

  • Le costume négligé (cravate, cheveux, soulier, chemise ...)

  • Énumération des signes de faiblesse

C - Un Jean "soigneux"

  • "Vous êtes soigneux, vous" → explicitement dit par Bérenger et "soigneux" encadré de la seconde personne

  • Cravate en réserve, sort avec un miroir et un peigne

III - Une annonce angoissante
A - Un Jean exigeant (= impose sa vision)

  • Il fait une inspection ("en continuant d'inspecter")

  • Il est autoritaire car il interrompt Bérenger ("interrompant")

  • Il a "honte" de son ami (conception sur un modèle prédéfini =?= "race" aryenne d'Hitler)

  • Il insiste sur l'amitié ("mon ami" / "votre ami") = discours d'un politicien

B - Un Bérenger dépassé et admiratif

  • Il essaye de cacher ses pieds → honteux

  • Il admire Jean "admiratif" et lui fait un compliment

  • Naïf "vous croyez ?" lorsque Jean lui parle de la cyrrhose

C - Une atmosphère inquiétante

  • Expression "vous menace"

  • Langage courant mais vouvoiement → distance entre les personnages

  • Plusieurs points de suspension → horizon d'attente

  • Allitération en "v" (30x) → consonne vibrante & inquiétante

Conclusion

  • Critique la montée du totalitarisme

  • Les didascalies précisent montrent l'animosité que Ionesco porte face aux metteurs en scène

  • Ouverture sur les oeuvres de Beckett

Si vous pouviez me donner vos avis smile
Cordialement,
Goodlife

EDIT : merci pour avoir mis le texte smileJe me permet de remonter le topic 

2

Ionesco, Rhinocéros - Vous êtes dans un triste état, mon ami...

Bonjour  smile
Je trouve ton plan intéressant dans la mesure où tu exploites la question qui était posé avec le sujet (Quelles fonctions peut-on attribuer au costume de théâtre?).
Tu distingues bien le comique de la dénonciation et c'est, je pense ce qu'il fallait faire.
J'aurais sans doute plus penché vers un plan à deux parties (mais bon, ce n'est qu'un avis perso ) où on aurait regroupé le comique et l'importance du costume puis ensuite faire une partie à proprement parler de la dénonciation.

Enfin petite dernière "remarque", ne trouves-tu pas que tes titres se contredisent un peu? tu parles en premier d'un aspect comique de la scène puis ensuite de l'atmosphère angoissante?

Sinon moi aussi j'ai fait ce sujet et je suis arrivé à ce plan (je ne te donne que les titres et les sous-titres) :

1) Un aspect comique au premier degrés
1.1) Une mise en scène comique avec un veston "magique"
1.2) La destruction du langage
1.3) Une logique absurde à part.

2) Une réelle critique du nazisme en arrière plan
2.1) Jean : Une personnification du nazisme?
2.2) La montée au pouvoir dénoncée
2.3) Un asservissement imposé.

Voila, j'espère que je t'ai aidé.

A bientot smile

3

Ionesco, Rhinocéros - Vous êtes dans un triste état, mon ami...

J'ai fais la lecture analytique de ce passage en cours! Enfin le passage était un peu plus long puisqu'il commençait lorsque Berenger et Jean se retrouvait, mais ça ne rajoute pas beaucoup de réplique! Voila le plan que ma prof ma donné:

Scène qui ouvre la pièce et qui donne les clés essentiels de compréhension au spectateur (perso principaux, cadre, lancement intrigue). Permet ici au dramaturge de lancer un message implicite en mettant en scène une dénonciation. Cette dénonciation se présente sous le masque du comique.
Après la seconde guerre mondiale à émergé le théâtre de l'absurde. Parmi ses représentants figure Eugène Ionesco d'origine Franco-Roumaine. Il a écrit de nombreuses oeuvre dont la Cantatrice Chauve et Rhinocéros en 1960. Cet autour à connu en Roumanie la montée du totalitarisme ainsi que du nazisme, fascisme et stalinisme, mouvements extrémistes.  Le texte que nous allons étudier est extrait de Rhinocéros, pièce de théâtre en 3 actes évoquant la transformation des hommes en Rhinocéros, animal puissant et effrayant, transformation symbolique puisqu'elle soulève la frayeur des hommes devant la montée du totalitarisme. Cet extrait est la scène d'exposition de la pièce: il met en exergue deux amis, Jean et Berenger qui se rencontrent à la terrasse d'un café.
Comment la scène d'exposition délivre-t-elle l'essentiel de l'intrigue?

I-Deux personnages opposés
    a)Dans leur apparence
Jeu de contraste précisé par dramaturge dans 1ere didascalie. J: Venant de droite, soigneux, sérieux, vaniteux. Fait action. Caractérisé d'ambler par son apparence. Costume symbole norme sociale=>Adhère à un modèle, agit dans le but de se conformer à un idéal de réussite. B: Venant de gauche. Se laisse vivre, négliger, dans la débauche, être de vices, pas présenté sous son meilleur jour.(voc dépressiatif, répétition de négation). ==>2 perso opposés par rapport à la norme sociale. Intégrité contre marginalité. J dès début revêtu sa carapace sociale. Costume est comme armure dans lequel il est figé, tel un robot. Fait de lui un bon être sociale.
    b)Dans leur personnalité
J:Essaie de faire passer B dans la norme sociale en modifiant apparence.=>J fais l'action, inspecte B. Maîtrise la conversation. Emploi exclamatif+impératif.=>Symbolise contrôle extrême, droiture, rigidité. Possède sur lui un nécessaire de secours pour être toujours parfait. Passe scène à lister défaut de B, affirme comportement centré sur lui.
B:Subit action, s'excuse, bafouille, se justifie, manque de dynamisme et de volonté. Points de suspension, tournure interrogative=>B constamment dans sollicitude, dans rapport d'amitié donc pose question centré sur destinataire.
==>J présenté de façon ultra positive au spectateur. B sous un jour dévalorisant. Sympathique du spectateur se porte sur B car il est victime de l'inquisition de Jean. Symbolise la liberté.

II-Le dominant et le dominer
    a)Le conformisme sociale
Impératif de l'heure. J a une «montre-bracelet», seul de la scène. Ancrée dans le temps sociale. Symbolise le temps professionnel alors que l'on est dimanche=>hyper conformisme sociale, rigidité du jour férié.
«Tout le monde travail, et moi aussi, comme tout le monde.»=>Chiasme. Resonne comme une sentence, une obligation.
    b)L'être supérieur
Phrase intemporel, universelle=>C'est une définition pour Jean, l'être supérieur est celui qui accomplit sa tache. =>Allusion au discours nazi. Pour être supérieur=être rentable=se conformer à la norme sociale. (ne pas accepter ceux qui ne sont pas dans la norme=> intolérance.)

III-La rire cruel
    a)Les types de comiques
Emploi du comique pour capter attention du lecteur, le séduire. Comique de geste, comique de mot (absurdité du langage). Situation absurde. =>Scène cocasse entre deux amis. L'un qui inspecte l'autre=>Cruauté des relations, humaines dépourvut d'humanité.   
    b)La méchanceté de Jean
J accuse constamment B de faute grave(alcoolique alors qu'il ne l'ai pas). Il amplifie et déforme le cas de B avec un lexique dépréciatif(presque hyperbolique).=>Crescendo de la méchanceté de J.

La valeur principale mise en scène est celle de l'amitié. Or, cette valeur ne résiste pas à l'intolérance et à l'exigence. La scène d'exposition annonce la suite de l'intrigue dans le sens où elle annonce la rupture, l'éloignement progressif des deux protagonistes. 


Et au théâtre je crois que nous n’appelons donc pas ça un Incipit, mais une Scène d'exposition. J'espère t'avoir aidé!

4

Ionesco, Rhinocéros - Vous êtes dans un triste état, mon ami...

Waouw, merci à vous deux pour vos réponses, elles m'ont bien aidé.
Vos plans assez différents montrent les aspects sur lesquelles on pouvait s'appuyer.

En tout cas, c'est vrai, le comique et l'angoisse se contredisent, je ferrai plus attention demain tongue
Bonne soirée !

5

Ionesco, Rhinocéros - Vous êtes dans un triste état, mon ami...

Effectivement, nos plans ont l'air d'être assez différent au niveau des titres...
Dans tous les cas, le contenu reste sensiblement le même, donc pas d'inquiétude!   wink

Bonne soirée a toi aussi.  smile

6

Ionesco, Rhinocéros - Vous êtes dans un triste état, mon ami...

Concernant l'extrait ci-dessus, je pourrais le rapprocher a quels autres extraits de Theatre ? j'ai pense a la scene ou Jean se metamorphose.. mais je voudrais une autre piece mais ne vois pas de rapprochement a d'autres oeuvres d'auteurs ..

Ionesco, Rhinocéros - Vous êtes dans un triste état, mon ami...

je ne trouve aucune correction du commentaire sur Internet, et ainsi, je ne peux pas me

corriger, voir les idées que je j'ai oublié etc

Pas de panique...
Qui a dit qu'un commentaire devait être exhaustif ? et qui a dit que l'auteur du corrigé n'a rien oublié lui-même ?
Ce qui rend intéressantes les études littéraires, c'est que le dernier mot n'est jamais dit, jamais. Il y a toujours des aspects nouveaux à découvrir, et ce dans des textes pluri millénaires comme l'Iliade.


En tout cas, c'est vrai, le comique et l'angoisse se contredisent, je ferrai plus attention demain

Comique et angoisse ne se contredisent pas, ils se renforcent, pas contraste.
A noter que l'on ne rit que de ce qui fait peur, pour désamorcer la peur.