Céline, Voyage au bout de la nuit - Introduction pour une fiche de révision

SVp je prépare ma fiche de bac sur le roman , Voyage au bout de la nuit, et il me semble que cette introduction soit trop longue, rébarbative , en oral.Aidez moi !Merci!

Voyage au bout de la nuit est le  premier roman écrit par le médecin et écrivain Français, Louis-Ferdinand Céline considéré comme l'un des plus grands auteurs et stylistes de la littérature française du XXe siècle aux côtés d'autres écrivains de l'« absurdité humaine » comme Albert Camus, Jean-Paul Sartre ou Samuel Beckett[2]. Il est  le créateur d'un style propre, particulièrement travaillé, jouant des règles de syntaxe et de ponctuation, bien que fondé sur le langage parlé et l'argot.Dès la publication du roman « Voyage au bout de la nuit » en 1932  le scandale et les polémiques soulevés par l'emploi de la langue orale et la dénonciation d'une société abrutissant et humiliant l'homme sont immédiats. Le style surprend autant qu'il effraie, d'autant qu'il s'agit du premier roman d'un illustre inconnu. En 1932, l'introduction de la langue populaire en littérature reste rare et il est encore moins fréquent que ce soit le narrateur qui parle cette langue, d'habitude réservée aux seuls dialogues.Celine frappe fort.

Céline, Voyage au bout de la nuit - Introduction pour une fiche de révision

Tu n'as guère besoin de rapprocher Céline de Camus, Sartre, Beckett comme tu le fais : l'absurdité de l'existence humaine n'a pas du tout la même dimension chez Céline (ou elle confine à la révolte politique, sociale et culturelle), Sartre/Camus (où l'absurde est au fondement de l'existentialisme athée) et chez Beckett (où le nonsense est avant tout littéraire avant d'être métaphysique). Moi, j'enlèverais ça, d'autant plus que ce rapprochement est surprenant et assez maladroit, je trouve. Quant à l'emploi de la langue orale, certes, c'est vrai, mais tu y passes vraiment beaucoup de temps, de telle sorte que cette introduction n'est valable que si la question qu'on te pose porte explicitement sur ce point précis. Si tu veux vraiment apprendre par coeur une intro (je ne le conseille pas du tout, c'est scolaire, artificiel et ça fatigue ton correcteur), rédige une intro qui aborde non seulement les enjeux stylistiques, mais aussi les enjeux politiques, très liés dans le cadre d'une politique stylistique qui confine à la révolte. Une révolte qui fait du roman un vaste cimetière des valeurs humanistes (cf : la réécriture parodique de la lettre de l'humaniste en chef, Montaigne, p 286), où "il y aurait la place pour un autre archange énonciateur" comme dit Aragon.