Partir à l'étranger dans le cadre des études à l'ENS

Bonjour à tous,

Dans quelle mesure est-il possible de partir à l'étranger dans le cadre des études à l'ENS (Lyon ou Ulm) ? Est-ce possible ? Obligatoire ? Fréquent ? Pour combien de temps ?

2

Partir à l'étranger dans le cadre des études à l'ENS

J'avais lu sur leur site que c'est obligatoire, pour une durée de six mois à deux ans. Mais peut-être n'est-ce que théorie?

Partir à l'étranger dans le cadre des études à l'ENS

Je dirais: complètement/ oui/ pas officiellement/ oui/ à toi de voir, il faut que tu parviennes à gérer tes diplômes et tes projets en même temps.

Mais ta première question devrait être: comment y entrer? wink

Partir à l'étranger dans le cadre des études à l'ENS

Theophilius a écrit :

J'avais lu sur leur site que c'est obligatoire, pour une durée de six mois à deux ans. Mais peut-être n'est-ce que théorie?

Non, ce n'est pas obligatoire. Mais on encourage les élèves et étudiants à en faire un (de 6 mois à un an généralement), c'est donc très fréquent.
Quelques infos supplémentaires ici : http://www.ens.fr/spip.php?article111.

EDIT : je parlais pour Ulm. Je ne connais pas les modalités de Lyon.

Partir à l'étranger dans le cadre des études à l'ENS

Bonsoir,

(tout ce qui suit concerne uniquement Ulm)

Non, ce n'est pas obligatoire pour les littéraires, contrairement aux scientifiques.

Les étudiants admis au diplôme ont le droit à une année de congé, qui peut notamment être utilisée pour un séjour à l'étranger ; ils devraient en obtenir une seconde à partir de l'an prochain.
Les élèves fonctionnaires stagiaires ont le droit à deux années de congé sans traitement (CST), sans justification à donner. Il paraît qu'une troisième peut être négociée dans certains cas en fin de scolarité (pour partir, après la 4e année et avant la bourse de thèse, sur un poste de l'ENS à l'étranger). Il est tout à fait possible de fractionner un CST (sur 3 ou 6 mois par exemple). Les élèves en CST ne sont normalement pas logés à l'internat pendant la durée de leur congé (ils sont classés en dernier pour l'attribution des chambres, ce qui ne leur permet pas d'en obtenir en général). Il est aussi possible de partir sans CST (en amputant donc son temps de scolarité payée à l'ENS) et de garder sa rémunération à l'étranger, ce qui peut avoir l'avantage de résoudre les problèmes de financement.

A cette différence près, élèves et étudiants sont traités de manière identique.

Il existe trois formules d'échanges universitaires :

Des bourses Erasmus (accord entre l'ENS et une université ou école étrangère, pour une discipline particulière). Les accords Erasmus sont généralement les moins avantageux (pas de diplôme de l'université d'accueil, montant de la bourse très faible), mais sont aussi souvent les plus faciles et les plus rapides à mettre en place (il suffit que deux professeurs, un professeur de chaque établissement, se mettent d'accord ; un élève peut suggérer la conclusion d'un accord).

D'autres postes d'étudiant invité (visiting fellow ou équivalent). Vous êtes accueilli par l'université d'accueil, bénéficiez généralement d'un logement et/ou d'une rémunération modeste (rarement plus de 800 € / mois). Vous n'avez aucune charge d'enseignement, accès à tous les cours là-bas, et dans certains cas, obtenez le diplôme de l'université étrangère. Bref, ce sont des contrats sur mesure, les clauses en sont présentées chaque année aux élèves lors d'une réunion, et un dossier est disponible sur l'intranet de l'école (mais pas sur internet je crois : si vous êtes intéressé par une destination en particulier, je peux vous renseigner). Les postes peuvent changer quelque peu d'une année sur l'autre.

Les postes de lecteur. Ils sont généralement réservés aux élèves littéraires, parfois (mais de moins en moins) aux élèves agrégés. Vous enseignez généralement le français et la civilisation française ; parfois la littérature française ; parfois toute autre matière de votre choix. Les charges horaires et niveaux des étudiants sont très variables, de même que la rémunération (généralement, entre 300 € et 3 000 € / mois). Vous disposez parfois d'un logement et/ou d'un bureau. Vous ne pouvez pas obtenir de diplôme, mais vous pouvez suivre quelques enseignements en auditeur libre selon vos disponibilités. L'ENS met en place une formation accélérée au FLE (une douzaine d'heures) pour les futurs lecteurs.

La plupart des postes est attribuée pour un an (de septembre à juin), mais certains postes peuvent l'être pour un semestre.

Ces postes sont gérés par la direction des relations internationales (DRI) de l'école. Sa politique privilégie les élèves linguistes, mais cette position risque de changer à l'avenir ; de toute façon, il y a suffisamment de postes (sur les 5 continents) pour répondre à peu près aux attentes de tout le monde. La DRI peut envoyer un élève deux ans à l'étranger, mais privilégie les élèves n'étant jamais partis. Le dépôt des dossiers se fait avant décembre et les résultats sont publiés vers la fin février. Pour certains postes (notamment des postes de lecteurs), des entretiens de motivation et de langue sont organisés.

Par ailleurs, il est possible de partir autrement :

- en échange avec d'autres établissements (son université ou une autre école) ; mais il faut savoir que les universités ont parfois tendance à discriminer les normaliens.

- sans échange, en postulant soi-même à l'université étrangère et (éventuellement) à des programmes de bourse français (comme Zellidja) et étrangers, comme le ferait un étudiant lambda du pays étranger. C'est parfois plus compliqué, ou plus coûteux, mais cela garantit d'obtenir le diplôme étranger, et peut être dans certains cas plus avantageux financièrement (il faut comparer ce que l'on vous propose !).

- dans un cadre non universitaire (stages au ministère des affaires étrangères, dans les instituts de recherche à l'étranger comme les écoles françaises d'Extrême-Orient, les instituts français, l'Ecole de Rome, etc.). Je ne m'étends pas sur ces possibilités, mais elles sont nombreuses.

Il existe enfin un partenariat très souple avec la Scuola normale superiore de Pise, et certains collèges universitaires de Bologne, qui vous permettent de partir pour un an mais souvent aussi pour une courte durée (à partir d'un mois). Ce qui permet de faire une pause dans son année tout en gardant sa rémunération, en limitant la paperasse administrative (vous pouvez vous décider d'un mois ou d'une semaine à l'autre).

Pour donner mon expérience personnelle : je suis élève, en deuxième année, je postule pour la première fois (je n'avais pas eu le temps l'an dernier, à cause des dates butoir - pour certaines universités, selon les procédures, il faut commencer dès le mois d'octobre !). J'ai postulé pour :

- la Freie Universität Berlin, sur un poste d'étudiant, offert par l'ENS. Le poste comporte l'exonération des frais d'inscription et de la procédure administrative, un logement gratuit sur le campus ou une aide financière pour trouver un autre logement, ainsi qu'une rémunération assez modique (300-400 € / mois). Je pouvais aussi postuler par le DAAD (Deutscher Akademischer Austausch Dienst, cf. ici : http://paris.daad.de/3_bourses_pour_etu … lomes.html ), mais les conditions sont légèrement moins avantageuses (800 € / mois, mais logement à charge, et procédure administrative à faire soi-même). J'ai dû présenter un dossier assez classique : résultats, lettres de motivation et 2 lettres de recommandation (une de l'ENS, une d'ailleurs). Les membres de la DRI s'entretiennent avec les professeurs de l'ENS pour vérifier que le candidat est sérieux et que sa demande est pertinente. J'ai été pris à ce poste (il y en a 4 offerts, et c'est un des plus demandés pour l'Allemagne - les autres étant Munich - très bon poste également, conditions vraiment avantageuses -, Leipzig, Cologne - je crois - et Iéna) et l'ai mis en sommeil en attendant les résultats de ma seconde demande.

- la Rijksuniversiteit Leiden ; l'ENS n'a pas d'accords avec les universités néerlandaises, j'ai donc postulé moi-même. Le gouvernement néerlandais propose une bourse d'excellence très avantageuse : 1 300 € / mois pour 1 an (ou deux ans pour les doctorants), exemption des frais d'inscription à l'université, remboursement d'un aller-retour aux Pays-Bas. http://www.nuffic.nl/international-stud … -programme Pour y postuler, il faut d'abord s'inscrire dans l'établissement de son choix (ce qui est un peu fastidieux, notamment pour les traductions des diplômes et relevés de notes) et obtenir une lettre de nomination (c'est une forme de pré-sélection) d'un professeur de l'université néerlandaise. J'ai été admis à l'université (je connais déjà, à Leyde comme à Berlin, les professeurs avec qui je souhaite travailler), nominé pour la bourse (1 700 candidats retenus, du monde entier, pour toutes les disciplines et tous les établissements néerlandais, pour 150 postes environ au total), et j'attends les résultats définitifs bientôt.

Si vous souhaitez des informations plus précises sur un pays ou un établissement en particulier, n'hésitez pas à demander !
Bien cordialement,

6

Partir à l'étranger dans le cadre des études à l'ENS

Arthur, bonjour, tu peux répondre à mes questions sur les postes à l'étranger de l'ENS?
Est-ce qu'il y a un grand nombre d'étudiants qui veulent partir en Grande Bretagne, notamment dans le cadre du programme "Special student"? Est-ce que c'est probable d'être accepté ou cela vaut pas la peine?

Partir à l'étranger dans le cadre des études à l'ENS

Les pays anglophones, notamment le Royaume-Uni et les Etats-Unis sont les plus demandés, mais y partir avec l'ENS est loin d'être impossible pour autant. Le statut dans l'établissement étranger varie d'un poste à l'autre, mais ne donne généralement pas droit à l'obtention d'un diplôme étranger. Ceci n'exclut en rien les autres possibilités d'échange avec le R-U, diplômantes ou non.

8 (Édité par dystalgie 01/04/2012 à 11:09)

Partir à l'étranger dans le cadre des études à l'ENS

Merci de ta réponse!
Je m'intéresse avant tout au programme d'échange avec Cambridge, qui donne le statut d'étudiant et qui peut mener à l'obtention du diplôme. Par contre, cette proposition est dédiée à la fois aux étudiants scientifiques et littéraires et je doute est-ce que c'est vraiment passable...
Tu sais peut être est-ce qu'il y a un grand concours parmi des élèves pour ce poste?