Molière, Tartuffe, acte II, scène 3

Bonjour,
Des questions m'ont étais posées sur l'intégralité de la scene 3 de l'acte II de la piéce de Moliére nommé "Tartuffe". Les voicis :

                                             QUESTIONS :

1/ Une fois qu'elle a était a dire clairement qu'elle aime Valére, sur quoi s'excuse Mariane pour ne pas agir ? (3réponses)
2/ Quelles remarques Dorine fait elle sur Tartuffe afin de le rendr repoussant aux yeux de Mariane ? (3réponses)
3/ A quel résultat Dorine est-elle parvenu a la fin de la scéne ?

Et voici les réponses que j'ai trouver :
1/ - Tout dabord, elle dit qu'il lui est impossible de désobéir a son pére.
    - Ensuite, elle dit que plutôt que d'épouser Tartuffe, elle préfère se donner la mort, mais elle se dit incapable d'agir.
    - Et elle accuse Dorine de ne pas compatir aux déplaisirs des gens.
2/ - Dorine montre d'abord que Tartuffe est un hypocrite, qu'il n'est pas sincére avec Orgon (" Votre pére est un bourru fieffé, Qui s'est de son Tartuffe entiérement coiffé") Vers 628 et 629.
    - Elle dit aussi de Tartuffe que s'est un homme pas abile ni intelligent ("N'est pas un homme, non, qui se mouche du pié, ") Ver 643
    - Mais il me manque une 3eme reponse !
3/ Pour cette question je n'ai vraiment rien trouvée, jespere que quelqu'un pourra m'aider.

Veuillez m'excuser pour ces quelques fautes de francais smile  ( Trop l'habitude d'écrire en "language SMS" avec l'ordi, je sais d'ailleurs que ce n'est pas une bonne excuse mais bon, ... )

Merci d'avance a toutes et a toutes.

Scène III

DORINE, MARIANE.

DORINE

Avez-vous donc perdu, dites-moi, la parole,
Et faut-il qu’en ceci je fasse votre rôle ?
Souffrir qu’on vous propose un projet insensé,
Sans que du moindre mot vous l’ayez repoussé !

MARIANE

Contre un père absolu que veux-tu que je fasse ?

DORINE

Ce qu’il faut pour parer une telle menace.

MARIANE

Quoi ?

DORINE

Lui dire qu’un cœur n’aime point par autrui,
Que vous vous mariez pour vous, non pas pour lui,
Qu’étant celle pour qui se fait toute l’affaire,
C’est à vous, non à lui, que le mari doit plaire,
Et que si son Tartuffe est pour lui si charmant,
Il le peut épouser sans nul empêchement.

MARIANE

Un père, je l’avoue, a sur nous tant d’empire,
Que je n’ai jamais eu la force de rien dire.

DORINE

Mais raisonnons. Valère a fait pour vous des pas:
L’aimez-vous, je vous prie, ou ne l’aimez-vous pas ?

MARIANE

Ah ! Qu’envers mon amour ton injustice est grande,
Dorine ! me dois-tu faire cette demande ?
T’ai-je pas là-dessus ouvert cent fois mon cœur,
Et sais-tu pas pour lui jusqu’où va mon ardeur ?

DORINE

Que sais-je si le cœur a parlé par la bouche,
Et si c’est tout de bon que cet amant vous touche ?

MARIANE

Tu me fais un grand tort, Dorine, d’en douter,
Et mes vrais sentiments ont su trop éclater.

DORINE

Enfin, vous l’aimez donc ?

MARIANE

Oui, d’une ardeur extrême.

DORINE

Et selon l’apparence il vous aime de même ?

MARIANE

Je le crois.

DORINE

Et tous deux brûlez également
De vous voir mariés ensemble ?

MARIANE

Assurément.

DORINE

Sur cette autre union quelle est donc votre attente ?

MARIANE

De me donner la mort si l’on me violente.

DORINE

Fort bien: c’est un recours où je ne songeais pas;
Vous n’avez qu’à mourir pour sortir d’embarras;
Le remède sans doute est merveilleux. J’enrage
Lorsque j’entends tenir ces sortes de langage.

MARIANE

Mon Dieu ! de quelle humeur, Dorine, tu te rends !
Tu ne compatis point aux déplaisirs des gens.

DORINE

Je ne compatis point à qui dit des sornettes
Et dans l’occasion mollit comme vous faites.

MARIANE

Mais que veux-tu ? si j’ai de la timidité.

DORINE

Mais l’amour dans un cœur veut de la fermeté.

MARIANE

Mais n’en gardé-je pas pour les feux de Valère ?
Et n’est-ce pas à lui de m’obtenir d’un père ?

DORINE

Mais quoi ? si votre père est un bourru fieffé,
Qui s’est de son Tartuffe entièrement coiffé
Et manque à l’union qu’il avait arrêtée,
La faute à votre amant doit-elle être imputée ?

MARIANE

Mais par un haut refus et d’éclatants mépris
Ferai-je dans mon choix voir un cœur trop épris ?
Sortirai-je pour lui, quelque éclat dont il brille,
De la pudeur du sexe et du devoir de fille ?
Et veux-tu que mes feux par le monde étalés. ?

DORINE

Non, non, je ne veux rien. Je vois que vous voulez
Être à Monsieur Tartuffe; et j’aurais, quand j’y pense,
Tort de vous détourner d’une telle alliance.
Quelle raison aurais-je à combattre vos vœux ?
Le parti de soi-même est fort avantageux.
Monsieur Tartuffe ! oh ! oh ! n’est-ce rien qu’on propose ?
Certes Monsieur Tartuffe, à bien prendre la chose,
N’est pas un homme, non, qui se mouche du pié,
Et ce n’est pas peu d’heur que d’être sa moitié.
Tout le monde déjà de gloire le couronne;
Il est noble chez lui, bien fait de sa personne;
Il a l’oreille rouge et le teint bien fleuri:
Vous vivrez trop contente avec un tel mari.

MARIANE

Mon Dieu ! 

DORINE

Quelle allégresse aurez-vous dans votre âme, 
Quand d’un époux si beau vous vous verrez la femme !

MARIANE

Ha ! cesse, je te prie, un semblable discours,
Et contre cet hymen ouvre-moi du secours.
C’en est fait, je me rends, et suis prête à tout faire.

DORINE

Non, il faut qu’une fille obéisse à son père,
Voulût-il lui donner un singe pour époux.
Votre sort est fort beau: de quoi vous plaignez-vous ?
Vous irez par le coche en sa petite ville,
Qu’en oncles et cousins vous trouverez fertile,
Et vous vous plairez fort à les entretenir.
D’abord chez le beau monde on vous fera venir;
Vous irez visiter, pour votre bienvenue,
Madame la baillive et Madame l’élue,
Qui d’un siége pliant vous feront honorer.
Là, dans le carnaval, vous pourrez espérer
Le bal et la grand’bande, à savoir, deux musettes,
Et parfois Fagotin et les marionnettes,
Si pourtant votre époux.

MARIANE

Ah ! tu me fais mourir.
De tes conseils plutôt songe à me secourir.

DORINE

Je suis votre servante.

MARIANE

Eh ! Dorine, de grâce.

DORINE

Il faut, pour vous punir, que cette affaire passe.

MARIANE

Ma pauvre fille !

DORINE

Non.

MARIANE

Si mes vœux déclarés.

DORINE

Point: Tartuffe est votre homme, et vous en tâterez.

MARIANE

Tu sais qu’à toi toujours je me suis confiée:
Fais-moi.

DORINE

Non, vous serez, ma foi ! tartuffiée.

MARIANE 

Hé bien ! puisque mon sort ne saurait t’émouvoir,
Laisse-moi désormais toute à mon désespoir:
C’est de lui que mon cœur empruntera de l’aide,
Et je sais de mes maux l’infaillible remède.
Elle veut s’en aller. 

DORINE

Hé ! là, là, revenez. Je quitte mon courroux.
Il faut, nonobstant tout, avoir pitié de vous.

MARIANE

Vois-tu, si l’on m’expose à ce cruel martyre,
Je te le dis, Dorine, il faudra que j’expire.

DORINE

Ne vous tourmentez point. On peut adroitement
Empêcher. Mais voici Valère, votre amant.Molière, Tartuffe, acte II, scène 3

2

Molière, Tartuffe, acte II, scène 3

Bonjour Natiija,

Je vois que tu as su créer un nouveau message.   

Venons-en aux réponses :
1c ne convient pas

Revois 2

Tartuffe est un homme pas abile ni intelligent ("N'est pas un homme, non, qui se mouche du pié, ") Ver 643

Regarde le sens de l'expression http://dictionnaire.reverso.net/francai … u%20coude)
Dorine se moque du physique du faux dévot et de son aspect vulgaire, sa compagnie est à mourir d'ennui.

Pour 3, n'as-tu pas l’impression que Dorine a retourné Mariane ?

Molière, Tartuffe, acte II, scène 3

XD enfin reussi !  big_smile
Donc pour la 2/, tout est faux ? J'ai vu le sens de l'expression, ce n'est donc pas une expression qui puisse repousser Mariane. Merci.
3/ Retourné voudrait dire que dés le départ, Dorine avait un but et que a la fin elle a atteind ce but. Soit en changeant les idées de Mariane, soit, ...  Mais je ne vois pas dutout quel but elle aurait pu avoir.     Jespere être assez compréhensive  smile
1/ Je chercherais donc plus pour le c). Est ce que les 1a et 1b sont bien ?

4

Molière, Tartuffe, acte II, scène 3

1a et 1b conviennent.
Pour 2, je t'ai donné des pistes.
Pour 3, Dorine a retourné Mariane en la faisant sortir de sa soumission et de sa passivité. Elle a provoqué sa révolte.