1

L'essence précède l'existence ou l'existence précède l'essence ?

C'est le débat du spiritualisme et du matérialisme que j'expose ici ( si je ne me trompe pas )

Je vous demande donc si selon vous, l'essence précède l'existence ou si vous pensez que c'est l'inverse qui est vrai.
La matière triomphe t-elle de l'esprit ou l'esprit triomphe t-il de la matière ?

Brièvement, je pense que l'esprit est supérieur à la matière mais a besoin d'elle, l'esprit peut en effet concevoir des choses à la fois réelles et surnaturelles. Ce que ne peut pas faire la matière.

Par exemple, le corps n'est que le symptôme de notre esprit. Il peut montrer à tous que nous rions, mais seul l'esprit sera capable de l'expliquer, le développer à l'aide de la matière : le son.
La matière n'est donc que l'outil de l'esprit afin de communiquer avec autrui.

2

L'essence précède l'existence ou l'existence précède l'essence ?

C'est le débat du spiritualisme et du matérialisme que j'expose ici ( si je ne me trompe pas )


C'est bien ça, oui !  smile (enfin non justement je ne comprend pas le rapport avec la question du débat mais le spiritualisme et le materialisme sont bien l'opposition conceptuelle classique)


Je crois que dans le cas de l'homme, l'existence précède l'essence : nous sommes sans pour autant nous voir accorder une signification particulière transcendantale.

Par exemple, le corps n'est que le symptôme de notre esprit.

Il faut éviter d'affirmer ce genre de chose de manière inconditionnelle. Perso je pense qu'il y a une dialectique corps/esprit, et dans cette optique n'est donc pas difficile d'affirmirmer l'antienne de ton affirmation.
Il vaut mieux à mon avis essayer de penser le même et l'autre plutôt que d'établir une séparation aussi stricte entre le corps et l'esprit, c'est d'ailleurs une question essentielle de la métaphysique.

3

L'essence précède l'existence ou l'existence précède l'essence ?

Je pense que pour répondre à ta question, tu devrais d'intéresser au concept de yin/Yang:
Le yin/Yang sont deux principes contradictoires qui se combattent sans cesse mais elles sont complémentaires, c'est à dire qu'elles ont besoin l'une de l'autre pour exister.
Le yin/Yang symbolise l'équilibre cosmique ou l'union parfaite.
De ce principe, découle toutes les choses.
Essence/existence. Esprit/matière. Feu/eau. Force/douceur. Mal/bien. Spiritualisme/matérialisme on peut trouver un tas d'exemples.

Le symbole fait penser à un cercle, une spirale. Le yin mange une partie du yang . Le yang mange une partie du yin. Dans le yin, nous avons du yang. Dans le yang, nous avons du yin.
Rien dans le monde n'est blanc ou noir. Mais les deux. Dans une personne bonne vous trouverez toujours une infime partie mauvaise et vice versa.

Je ne sais pas si ça t'a à aider à y voir plus clair. Mais, je pense que notre vision occidental nous oblige à restreindre nos visions du monde et que s'ouvrir à des horizons culturelles différents nous permet peut-être d'avoir une vision plus juste des choses.
Après ça ne reste que mon avis, ce qui est juste pour moi et peut-être faux pour vous. Chacun a ses conceptions de la vie et nous les soumettons chacun à l'examen de l'autre ce qui nous permet peut-être de ne pas trop nous conforter dans nos conclusions et essayer d'aller voir plus loin, un sorte de dépassement de soi.

4

L'essence précède l'existence ou l'existence précède l'essence ?

Je connaissais le principe du yin et du yang, que j'apprécie beaucoup d'ailleurs.

Je pose le débat plutôt pour avoir vos idées à vous, la mienne étant je pense, relativement bien définie (plusieurs heures passées sur le sujet, ce n'est sans doute pas suffisant, mais j'obtiens tout de même quelques bribes d'idées personnelles).
Je pense que je pourrais affirmer me trouver du côté des spiritualistes. Cependant, je ne pense pas que seul l'Idée, l'esprit existe et prédomine. Selon moi, l'esprit est bel et bien supérieur au corps, mais en a besoin. Le corps serait par exemple la marionnette dont l'esprit tire les ficelles pour faire comprendre aux autres ce que lui veut exprimer. La télépathie n'existant pas, ou du moins pas maitrisée par nous, le seul moyen est de passer par la matière.
L'entretien de l'esprit ne peut également que se faire par la matière. On ne peut se nourrir de belles idées wink .

J'ai toutefois une question. Le spiritualisme est défini notamment comme la croyance en une force supérieure, que nous, êtres humains ne pouvons contrôler, modifier, et n'avons donc aucun pouvoir sur celle-ci.
Je me pose donc une question, le temps et la nature sont-elles ce que l'on pourraient considérer comme des forces supérieures, immuables ?

5

L'essence précède l'existence ou l'existence précède l'essence ?

Le temps, à l'échelle quantique, n'existe plus. C'est peut-être une invention de la conscience. Il faut s'intéresser aussi au principe de causalité. Chaque acte aura ses conséquences.
Enfin, il y a eu beaucoup de recherche sur ce domaine et qui vous permettront mieux de comprendre.


Nous faisons partie de la Nature. Nous sommes en rien séparée d'elle comme nous le pensons. Sur ce point, les peuples dits "primitifs" ou même certaines philosophies orientales, ont compris que nous faisions partie intégrante de la nature et que nous devions vivre en harmonie avec elle pour que ce Tout puisse continuer à exister. Mais regarder maintenant les dégâts causés par la main de l'homme occidental et sa recherche des richesses et vous verrez bien qu'il bouleverse l'équilibre naturel. Notre surconsommation aura des répercussions terribles si nous ne faisons rien. Le pire c'est que malgré que nous sommes conscients que nous devons cohabiter avec la Nature, nous demeurons passifs. La terre continue à être pillée. Agir de cette façon ne peut amener que le chaos. (Pensez à toutes ces catastrophes naturelles qui se passent actuellement. Peut-être ça n'a rien à voir mais je trouve qu'il y en n'a beaucoup pour une seule année).

Je pense que le spiritualisme peut nous aider à mieux comprendre le monde qui nous entoure. Elle nous permet aussi je pense à retrouver notre véritable être perdu dans le conformisme. Elle permet aussi de s'intéresser de plus prêt à la conscience etc... Elle peut nous amener à un éveil. Elle permet de s'intéresser à des aspects de la vie qui ont peut-être été oublié par les matérialistes. Je commence à lire Les Rêveries du promeneur solitaire de Rousseau. Et je trouve enfin pour l'instant que c'est un texte très spirituel et très enrichissant d'un point de vue personnel même si on adhère peut-être pas complétement à ce qu'il dit. Mais certaines de ses réflexions sont intéressantes à approfondir par soi-même.

6

L'essence précède l'existence ou l'existence précède l'essence ?

ichigo65 a écrit :

Le temps, à l'échelle quantique, n'existe plus.

C'est une intuition qu'on a de nous même et des phénomènes exterieurs.

7

L'essence précède l'existence ou l'existence précède l'essence ?

L'intuition, est quelque chose de non-démontrable, peut-on la considérer comme innée ?
Si oui, selon toi, cela veut-il dire que l'essence précèderait forcément l'existence ?
C'est ce que le transcendantalisme pense en tout cas.

L'essence précède l'existence ou l'existence précède l'essence ?

Je me permettrais de dire, du haut de mon faible niveau de terminale, que nous avons passé un bon nombre d'heures explorer la question "L'essence précède-t-elle l'existence" ?
Aristote le dit explicitement, la poule précède l'oeuf !
Mais de plus en plus, nous nous apercevons qu'il est inutile, voire même dangereux, de supposer une forme parfaite de l'homme vers laquelle il devrait tendre. Mayr a proposé une résolutions des choses assez intéressante dans l' Histoire de la biologie, d'après ce qu'il me semble, pour montrer que nous n'avons maintenant plus besoin de supposer une finalité pour envisager les choses, et que cela serait même une erreur de supposer l'essence précédant l'existence .. Avez-vous entendu parler de ce livre, ou bien peut-être l'avez-vous lu ?

9

L'essence précède l'existence ou l'existence précède l'essence ?

Je crois (et une bonne partie de la philosophie avec moi) que l'existence précède l'essence, forcément.
Et pour argumenter, j'ai juste à dire : existez!

10 (Édité par autochnaute 19/05/2011 à 18:02)

L'essence précède l'existence ou l'existence précède l'essence ?

Mithrandir a écrit :

C'est le débat du spiritualisme et du matérialisme que j'expose ici ( si je ne me trompe pas )

Je vous demande donc si selon vous, l'essence précède l'existence ou si vous pensez que c'est l'inverse qui est vrai.
La matière triomphe t-elle de l'esprit ou l'esprit triomphe t-il de la matière ?

Je trouve cela curieux que personne n'ait relevé, à part Spartacus, qui l'a dit sans qu'on l'entende : pour moi (mais je peux me tromper) il n'est absolument pas question d'une opposition corps/esprit et je ne vois pas bien ce que viens faire le débat spiritualisme/matérialisme lorsque l'on pose la question "l'essence précède-t-elle l'existence ou l'inverse ?"

De la manière dont je vois les choses, si l'essence précède l'existence, cela veut dire que ce que nous sommes est déjà établi à l'avance et que cela déterminera nos actes et nos pensées, notre existence.
En revanche, si l'existence précède l'essence, cela veut dire que rien n'est encore joué : c'est ce que nous ferons, nous penserons, la manière dont nous existerons qui fera de nous ce que nous sommes.

C'est donc la question du déterminisme qui est ici posée.

Si l'existencialisme a eu beaucoup de succès au début du siècle, c'est entre autres parce qu'il permettait de faire souffler un vent de liberté. Nos actes étaient libres de toute entrave puisque rien ne les prédéterminait à l'avance, le libre-arbitre était sauf.
Le conflit de Sartre contre Freud s'expliquait justement parce que Freud affirmait que toute notre vie, nos actes, nos pensées, nos sentiments, étaient déterminés par ce que nous avions vécu dans notre enfance, voire dans le ventre de notre mère. Freud était d'une certaine manière un essentialiste.

Mais la question reste posée : quand nous savons aujourd'hui par la science que notre ADN, qui se forme dès l'embryon, programme une partie de notre identité à l'avance, la question de l'essentialisme revient en force. De même que l'on sait qu'un enfant qui connaît des mauvais traitements répétés pendant son enfance risque de se conduire de manière violente voire délictueuse à l'âge adulte.

Il n'y aurait donc pas les bons existencialistes d'un côté qui prône la liberté et les mauvais essentialistes, adeptes du tout est joué, tout est foutu de l'autre ; mais un vrai débat qui pourrait déboucher sur des questions de prévention, de santé publique, de science et de médecine pour l'essentialisme d'une part, et sur des questions de tempérance, d'acceptation, et de liberté d'autre part. Le racisme par exemple, consiste à envisager l'existence (au sens philosophique du terme) de certaines populations de manière négative de par une partie de leur identité, leur essence (leur origine ethnique). C'est l'aspect sombre de l'essentialisme. Remettre en liberté un prisonnier fait également surgir ces questions de déterminisme. Un homme est-il un monstre pour toujours ou est-il libre d'être encore autre chose désormais ?

Comme vous le voyez, ce sont des questions très actuelles qui méritent que l'on ne s'arrête pas à la conception sartrienne du bon existencialisme d'un côté et du mauvais essentialisme de l'autre.

(Désolé de faire des messages toujours trop longs à chaque fois.)