Marc-Édouard Nabe

Voila j'aimerai savoir ce que vous penser de cet écrivain d'un point de vue littéraire et humain ?


Pour les personnes ayant lu "Au régal des vermines", Qu'en pensez vous ?
L'avez vous dévoré, apprécié, rejeté...?
Pourquoi ?

Marc-Édouard Nabe

Il m'est très difficile de lire un écrivain dont j'ai vu les gesticulations et entendu les paroles à la télévision. Le calme des livres s'accompagne d'un peu de poussière. Il me faut un siècle environ pour épurer un roman de l'odeur sordide de l'homme incarné, surtout quand l'auteur est mégalo. Ce n'est d'ailleurs pas anodin que la question soit doublement orientée: on ne peut pas faire fi de l'humain tant qu'il est vivant.
Dans la mesure où son sourire de squale et son ton nasillard m'ont déplu, l'affaire est mal entamée. Je l'ai souvent vu se présenter comme un déçu, mais c'est un perdant que je n'aurais pas envie de voir gagner. Quelque chose, dans ses propos, comme dans ses textes, me glace le sang. Ce qui précisément me donne cette impression, c'est qu'il utilise une analyse et une vision très pertinente de la société à des fins, me semble-t-il, personnelles: couvrir et valoriser un ego démesuré mais blessé.

3

Marc-Édouard Nabe

J'ai lu ce livre sans déplaisir. Il revendique son outrance d'une manière bien raisonnée, et je dirais même logique. C'est un art de la provocation et du titillement, mené d'une manière systématique. Cela dit, je ne me souviens plus trop de ses "fulgurances", cela fait deux ou trois ans que j'ai lu ça. Beaucoup trop d'autobiographie, d'anecdotes. Catalogue de détestations et d'admirations. Il en fait des tonnes des deux côtés. Il n'écrit d'ailleurs pas grand chose de significatif sur ses auteurs fétiches : il s'exalte lui même en tant que lecteur subjugué par les écrivains "mystiques" tels que Léon Bloy. Et quand il se met à parler de ce qu'il aime le plus, à savoir le jazz, c'est là qu'il est le plus ennuyeux.

Marc-Édouard Nabe

Absolument pas. Lorsqu'il parle de Jazz, c'est là qu'il est le plus intéressant, qu'il semble le plus passionné. C'est parce que tu ne dois pas voué une grande passion au Jazz car " L'âme de Billy Holliday est un GRAND LIVRE. Le "Regal" ne m'a pas satisfait réellement, j'ai acquis deux de ses livres dernièrement que sont "Alain Zannini" et "L'homme qui arrêta d'écrire", certes Nabe est mégalo et défend parfois des gens qui semblent indéfendables mais il n'est pas consensuel, et c'est ce que j'attends...que les écrivains soient le moins consensuels possible, qu'ils s'opposent à tout choix ou orientations que leur imposent les éditeurs ou médias.

Marc-Édouard Nabe

Je ne connaissais pas cet auteur, je viens de me plonger dans le PDF offert sur le site de l'éditeur,
un régal. Cela m'a donné envie de le découvrir. Je ne peux pas en dire autant de nombreux autres.

J'aime cette critique de Houellebecq, dont dit-il était le voisin.
Beaucoup de monde démonte Houellebecq, moi j'aime sa prose, il n'écrit pas comme un intellectuel dominateur.

Dans le court passage que j'ai pu découvrir de "Régal des vermines" la caricature qu'il en propose me semble redondante de désaffection.

Mais le ton me plait, et le discours autobiographique ne me semble pas monocorde.

Alph trempe un orteil dans la vérité,

Il me faut un siècle environ pour épurer un roman de l'odeur sordide de l'homme incarné, surtout quand l'auteur est mégalo.