Concordance des temps - Transformation d’un texte au présent vers le passé

Bonjour,
Je voudrais avoir votre aide pour le basculement du temps d'un texte écrit au présent vers le passé. C'est celle-ci :

"Ils s'étreignent comme des frères et Marc saute sur l'occasion pour lui dérober ses clés, tâche qu'il a eu l'intention d'accomplir au moment où son ami serait le moins attentif."

Et si jamais je bascule ça au passé, ça devrait faire :

"Ils s'étreignirent comme des frères et Marc sauta sur l'occasion pour lui dérober ses clés, tâche qu'il avait eu l'intention d'accomplir au moment où son ami aurait été (?) le moins attentif."

Mon problème vient du conditionnel présent transformé en conditionnel passé, sachant qu'une telle transformation n'est possible que pour un plus-que-parfait (exemple : avait été le moins attentif==> aurait été...).

Par conséquent, dois-je garder le conditionnel présent lors du basculement ou le transformer en conditionnel passé, ou autre chose ?

Merci.→ http://www.etudes-litteraires.com/forum … _as=topics
http://www.languefrancaise.net/forum/vi … hp?id=7817

Concordance des temps - Transformation d’un texte au présent vers le passé

Bpnsoir.

Il me semble qu'on puisse transformer ainsi. Mais tu auras peut-être d'autres avis :

"Ils s'étreignirent comme des frères et Marc sauta sur l'occasion pour lui dérober ses clés, tâche qu'il avait eu l'intention accomplir au moment où son ami aurait été  le moins attentif."

3

Concordance des temps - Transformation d’un texte au présent vers le passé

Bonjour tout le monde !

Je suis devant un problème épineux devant une phrase en apparence toute simple.

Voici la phrase :

Je suis ravi d'apprendre que tu n'aies pas aimé ce film, voilà qui est bien salvateur


On me dit "il faut mettre de l'indicatif" ; "je suis ravi d'apprendre que tu n'as pas aimé le film"

Décortiquons : "je suis ravi", quel temps + mode ? On me répond : "c'est le passé composé du verbe ravir" 

Ensuite" aies pas aimé ce film" : quel temps et mode ? Subjonctif passé 

Cela donne :
présent (principale) + subjonctif passé

Quel est le problème à ce respect de la concordance des temps ? Mon interlocuteur me dit qu'il y a toujours problème.
Selon lui, "apprendre" est le verbe de la principale de "aimer" ;  parce que la phrase, ce n'est pas "je suis ravi que", mais "je suis ravi D'APPRENDRE QUE" et le "que" est lié à "apprendre"

Ma conclusion est celle là : la concordance des temps est respectée ; on peut dire avec un indicatif présent en principale un passé du subjonctif en action subordonnée antérieure : par exemple "je doute qu'ils aient eu connaissance de cette merde" ou "je crains que son discours n'ait été déformé" ; que cela soit un verbe composé ne change rien à l'affaire car "ravi d'apprendre" est dans la principale.


Selon moi, "je suis ravi d'apprendre que" est une principale au présent de l'indicatif ; pour lui, la subordonnée n'est en aucun cas rattachée au présent de l'indicatif mais à mon infinitif. (" tu n'es pas ravi que, tu apprends que")

Quel est votre avis ?

Concordance des temps - Transformation d’un texte au présent vers le passé

Bonsoir Jérémy.

"Je suis ravi" n'est en aucun cas un passé composé.
Ce pourrait être dans un autre contexte le présent passif du verbe "ravir". Ici, on a simplement sujet + verbe être + adjectif attribut.

La subordonnée complète bien l'infinitif complément de l'adjectif "ravi". L'ami n'a pas aimé le film, le fait est rapporté comme certain. L'indicatif est tout à fait approprié.

C'est la principale "Je suis ravi" qui exprime le point de vue personnel, le sentiment personnel du locuteur. Et ce sentiment personnel colore le fait d'apprendre la nouvelle, et non la nouvelle elle-même ("tu n'as pas aimé").

C'est pourquoi le subjonctif apparaîtrait seulement pour le verbe apprendre... si le sujet d'apprendre était différent du sujet de la principale : Je suis ravi qu'il apprenne que tu n'as pas aimé...

5

Concordance des temps - Transformation d’un texte au présent vers le passé

Merci Jehan pour tout.  smileJehan, permets-moi de revenir dessus.

Tu lui donnes raison, dans ce cas ?

"je suis ravi d'apprendre que tu n'as pas aimé ce film"

Je trouve que ça sonne mal d'écrire : "Je suis ravi d'apprendre que tu es gentil" ; c'est un peu le même problème avec "je suis ravi que tu "..." (subjontif, jamais l'indicatif à mon oreille).

Concordance des temps - Transformation d’un texte au présent vers le passé

Je trouve que ça sonne faux aussi c'est curieux...

Concordance des temps - Transformation d’un texte au présent vers le passé

Bonsoir Jérémy (et Nine),

Ton ami a raison...

Dirais-tu : « °Je crains d'apprendre que tu n'aies pas aimé ce film » ?  big_smile

Bien sûr que non, mais tu diras : « Je crains que tu n'aies pas aimé ce film. » ; « J'apprends que tu n'as pas aimé ce film » ; « Je suis certain d'apprendre que tu n'as pas aimé ce film »...

Un autre exemple :
- je suis content d'apprendre que tu prends les choses au sérieux...
- je suis content que tu prennes les choses au sérieux.

Non ?

Muriel

Concordance des temps - Transformation d’un texte au présent vers le passé

C'est l'intercalation de cet infinitif qui semble brouiller les cartes.
Mais je persiste dans mon analyse :  tongue

Dans "Je suis ravi que tu aies été gentil", l'appréciation personnelle "Je suis ravi" porte sur  le fait d'avoir été gentil... D'où le subjonctif : l'appréciation du fait prévaut sur le constat.

"J'apprends que tu as été gentil" (C'est un constat que l'on m'a rapporté.)

"Je suis ravi d'apprendre que tu as été gentil" (Je suis ravi d'avoir eu connaissance de ce constat rapporté) l'appréciation personnelle ("Je suis ravi") porte non plus directement sur le fait d'avoir été gentil, mais sur le fait d'en avoir eu connaissance.

Concordance des temps - Transformation d’un texte au présent vers le passé

Tout à fait d'accord avec Muriel et Jehan.

10

Concordance des temps - Transformation d’un texte au présent vers le passé

Très intéressant, tout est éclairci, me voilà comblé !

Merci pour votre clarté.

Comme disait un philosophe que j'admire beaucoup : "la clarté est l'honneur de l'intelligence."

Merci à vous deux d'illustrer avec brio cette phrase.  smile