1

Quelles conceptions du poète et de la poésie ces textes suggèrent-ils ?

Bonjour , j'ai un devoir à faire type bac et l'objet d'étude est la poésie .
Mon corpus ce compose de 4 poésies:
"le pin des lndes" de téophile Gautier
"L'albatros " de Baudelaire
" Le lombric" de Jacques Roubaud
et enfin " Le crapaud" De Tristan Corbièr

Questions :

1 -Sur quel procédé stylistique commun reposent les 3 premiers textes? Quel est celui utilisé dans "le crapaud" ?

2- Quelles conceptions du poète et e la poésie chacun de ces textes suggère-t-il ? Commentez et justifiez , pour chacun de ces poèmes, le choix de l'animal ou du végétal comme représentation du poète en relation avec a conception qu'il développe .?


Voila , il se trouve que je n'arrive pas du tout à répondre à ces questions , seule une petite idée pour la 1 serait que le procédé commun est la Comparaison mais je n'en suis pas du tout sur !
Pourriez vous m'aider s'il vous plait !
Par avance merci !

Quelles conceptions du poète et de la poésie ces textes suggèrent-ils ?

Tu as cas regarder ton cours car je ne pourrai pas te répondre car je suis qu'en 4ème et je ne sais pas mon sujet que j'ai à faire avec des scènes d'exposition.
Désolé. neutral

3

Quelles conceptions du poète et de la poésie ces textes suggèrent-ils ?

Merci mais le problème est que je n'ai pas de cours à ce sujet yikes

4

Quelles conceptions du poète et de la poésie ces textes suggèrent-ils ?

Le pin des Landes
On ne voit en passant par les Landes désertes,
Vrai Sahara français, poudré de sable blanc,
Surgir de l'herbe sèche et des flaques d'eaux vertes
D'autre arbre que le pin avec sa plaie au flanc,

Car, pour lui dérober ses larmes de résine,
L'homme, avare bourreau de la création,
Qui ne vit qu'aux dépens de ceux qu'il assassine,
Dans son tronc douloureux ouvre un large sillon !

Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte,
Le pin verse son baume et sa sève qui bout,
Et se tient toujours droit sur le bord de la route,
Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.

Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;
Lorsqu'il est sans blessure, il garde son trésor.
Il faut qu'il ait au coeur une entaille profonde
Pour épancher ses vers, divines larmes d'or !


Corbière : Le crapaud
Un chant dans une nuit sans air...
La lune plaque en métal clair
Les découpures du vert sombre.

... Un chant ; comme un écho, tout vif
Enterré, là, sous le massif...
- Ca se tait : Viens, c'est là, dans l'ombre...

- Un crapaud! - Pourquoi cette peur,
Près de moi, ton soldat fidèle !
Vois-le, poète tondu, sans aile,
Rossignol de la boue... - Horreur ! -

... Il chante. - Horreur !! - Horreur pourquoi ?
Vois-tu pas son oeil de lumière...
Non : il s'en va, froid, sous sa pierre.
......................................................................
Bonsoir-ce crapaud-là c'est moi.

L'albatros
Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

---------------

le lombric

Dans la nuit parfumée aux herbes de Provence,
le lombric se réveille et bâille sous le sol,
étirant ses anneaux au sein des mottes molles
il les mâche, digère et fore avec conscience.

il travaille, il laboure en vrai lombric de France
comme, avant lui, ses père et grand-père ; son rôle,
il le connaît. Il meurt. La terre prend l'obole
de son corps. Aérée, elle reprend confiance.

Le poète, vois-tu, est comme un ver de terre
il laboure les mots, qui sont comme un grand champ
où les hommes récoltent les denrées langagières;

mais la terre s'épuise à l'effort incessant !
sans le poète lombric et l'air qu'il lui apporte
le monde étoufferait sous les paroles mortes.


Jacques Roubaud,

5

Quelles conceptions du poète et de la poésie ces textes suggèrent-ils ?

Bonjour Happolline,

Ces trois poèmes reposent sur une métaphore filée dont la fonction est de faire mieux comprendre quelle est la nature ou la fonction sociale du poète.

Chaque animal ou végétal symbolise un aspect du poète : le crapaud, la laideur qui cache le cœur admirable du mal-aimé ; le pin, le cœur blessé ; l'albatros, l'oiseau qui plane gracieusement mais qui est maladroit et ridicule à terre... Essaie d'appliquer ce symbolisme animalier ou végétal à des comportements humains.

6

Quelles conceptions du poète et de la poésie ces textes suggèrent-ils ?

Meri beaucoup smile
quelqu'un aurait-il d'aute conseil à me donner ?

Quelles conceptions du poète et de la poésie ces textes suggèrent-ils ?

Oui enfin j'ai l'impression que Jean-Luc t'a presque tout dit ! On peut difficilement ajouter quelque chose de radicalement nouveau... Après tu dois développer cela en te basant sur les poèmes pour plus de précision et de citations.

8

Quelles conceptions du poète et de la poésie ces textes suggèrent-ils ?

Ha oui merci beaucoup j'ai bien avancé mon devoir ! cependant je me heurte à une seconde question hmm  : quel est le procéde stylistique utilisé dans le poème Le crapaud
j'espere avoir une réponse rapide SVP car mon devoi et pour demain !
smile

9

Quelles conceptions du poète et de la poésie ces textes suggèrent-ils ?

Un procédé caractéristique du "Crapaud" est celui du sonnet à l'envers.