L'homme est bon par nature ; c'est la société qui le corrompt.

Je suis plutôt d'accord avec cette thèse.
Si un homme était tout seul sur une île déserte, il ne pourrait rien avoir d'absolument bon, où d'absolument mauvais. Puisque bon et mauvais sont des jugements moraux, c'est une société qui définit ce qui est bon et ce qui est mauvais.

Cependant, il n'y a pas Une seule et unique société, la société est quelque chose de culturel et de particulier à une civilisation. Ainsi, un homme bon ou mauvais dans une certaine société ne le sera pas necessairement dans une autre, ou ne sera pas necessairement jugé ainsi.

Selon moi, la société ne fait que définir ce qui est bon et ce qui est mauvais. Après, l'homme peut tout simplement user de sa raison ou de son libre arbitre pour décider de son comportement.

L'homme est bon par nature ; c'est la société qui le corrompt.

D'accord avec Jean-Luc, toutefois (et c'est étonnant), Rousseau a une certaine tendance a vulgariser sa pensée.
Lorsqu'il dit "l'homme est bon par nature", il simplifie le fait que pour lui, l'homme à l'état nature répond à deux principes:
     L'amour de lui même ( à ne pas confondre avec l'amour-propre)
<
    La pitié (une certaine répulsion à voir ses semblables souffrir)

Ainsi, il serait judicieux de rectifier ce cliché par "l'homme n'est pas méchant par nature". Et comme l'a dit avant moi M.Picard, l'idée de "méchant" étant purement issue de la vie en société, cette négation même coulerait de source.
Mais bon, Rousseau se contredira lui même dans Du Contrat social où il voit en la société un moyen pour l'homme de se perfectionner, de s'ennoblir. D'avilissante elle devient bonifiante, comme quoi, "l'homme est bon par nature c'est la société qui le corrompt" devrait être passée aux oubliettes. big_smile

13

L'homme est bon par nature ; c'est la société qui le corrompt.

Pourquoi est-ce que l'usage voue aux gémonies Rousseau résumé en une phrase en même temps qu'il élève au pinacle Socrate résumé en une phrase: "Nul n'est méchant volontairement" ?

L'homme est bon par nature ; c'est la société qui le corrompt.

Peut-être car la seconde est un bien meilleur résumé que la première. big_smile

L'homme est bon par nature ; c'est la société qui le corrompt.

Rousseau se contredira lui même dans Du Contrat social où il voit en la société un moyen pour l'homme de se perfectionner, de s'ennoblir. D'avilissante elle devient bonifiante, comme quoi, "l'homme est bon par nature c'est la société qui le corrompt" devrait être passée aux oubliettes.

Il se perfectionne et c'est là le problème pour Rousseau, il ne dit pas que c'est un bien mais que ça peut être l'origine d'une évolution positive, en même temps que c'est l'origine de l'inégalité, car se perfectibilisant (désolé pour le néologisme barbare), il mue son amour de soi en amour-propre, donc perd la pitié et avec elle toute forme d'altruisme, au profit d'un égoïsme prononcé, qui, parallèlement au développement de la société, rend l'homme envieux de son voisin et donc mauvais, mais pas par nature.
En un mot, c'est parcequ'il peut se parfaire que l'homme devient mauvais, aucune contradiction, même si en effet il a le moyen théorique de devenir socialement bon wink

Quant à penser que l'homme puisse être naturellement mauvais, ça me semble trop fort. Sans citer Rousseau, et ça n'engage que moi, est ce qu'on ne pourrait pas dire tout simplement que l'homme est, et qu'il a la liberté d'effectuer le bien comme le mal sans pour autant posséder l'un ou l'autre dans sa nature. Il a le choix, en tant qu'homme, et ce sont les conséquences de ses actes réfléchis qui sont jugés bons ou mauvais, non pas l'homme intrinsèquement ; je ne fais que décaler le problème, je le laisse sujet à critique smile

L'homme est bon par nature ; c'est la société qui le corrompt.

Bonjour,
pourriez-vous indiquer le ou les passages où Rousseau affirme que l'homme est bon par nature ? Merci.

17

L'homme est bon par nature ; c'est la société qui le corrompt.

Dans la note IX du Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes.
Mais je réponds sûrement trop tard.