Jules Renard, Histoires naturelles - Le paon ; Le grillon

Bonjour,

je suis actuellement en train d'analyser quelques poèmes des Histoires Naturelles de Jules Renard, dans le cadre de mon mémoire. Ne faisant pas des études de lettres, je rame un peu.. Pourriez-vous m'aider s'il-vous plait?
Voici les textes:

LE PAON
Il va sûrement se marier aujourd'hui.
Ce devait être pour hier. En habit de gala, il était prêt.
Il n'attendait que sa fiancée. Elle n'est pas venue. Elle ne peut tarder.
Glorieux, il se promène avec une allure de prince indien et porte sur lui les riches présents d'usage.
L'amour avive l'éclat de ses couleurs et son aigrette tremble comme une lyre.
La fiancée n'arrive pas.
Il monte au haut du toit et regarde du côté du soleil.
Il jette son cri diabolique :
Léon ! Léon !
C'est ainsi qu'il appelle sa fiancée. Il ne voit rien venir et personne ne répond. Les volailles habituées ne lèvent même point la tête. Elles sont lasses de l'admirer. Il redescend dans la cour, si sûr d'être beau qu'il est incapable de rancune.
Son mariage sera pour demain.
Et, ne sachant que faire du reste de la journée, il se dirige vers le perron. Il gravit les marches, comme des marches de temple, d'un pas officiel.
Il relève sa robe à queue toute lourde des yeux qui n'ont pu se détacher d'elle.
Il répète encore une fois la cérémonie.

LE GRILLON
C'est l'heure où, las d'errer, l'insecte nègre revient de promenade et répare avec soin le désordre de son domaine.
D'abord il ratisse ses étroites allées de sable.
Il fait du bran de scie qu'il écarte au seuil de sa retraite.
Il lime la racine de cette grande herbe propre à le harceler.
Il se repose.
Puis il remonte sa minuscule montre.
A-t-il fini ? Est-elle cassée ? Il se repose encore un peu.
Il rentre chez lui et ferme sa porte.
Longtemps il tourne sa clé dans la serrure délicate.
Et il écoute :
Point d'alarme dehors.
Mais il ne se trouve pas en sûreté.
Et comme par une chaînette dont la poulie grince, il descend jusqu'au fond de la terre.
On n'entend plus rien.
Dans la campagne muette, les peupliers se dressent comme des doigts en l'air et désignent la lune.

Merci beaucoup..

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Jules Renard, Histoires naturelles - Le paon ; Le grillon

Bonjour Celeste
On ne répond guère à vos messages.
Un message sans réponse, cela passe, mais quand cela se répète, on doit se poser des questions sur la manière d'interroger. En me mettant à votre place, j'imagine que vous êtes déçu.
On vous indique qu'il faut un début de travail pour pouvoir recevoir une aide. Apparemment vous l'avez fait puisque vous écrivez "Je suis en train de..." Mais çà ne marche pas parce que vous ne faites pas part de ce travail.

Je vous suggère de retourner le problème. Au lieu de le tourner vers vous, vous pouvez le tourner vers l'extérieur, car ce n'est pas forcément celui qui appelle au secours qui est embarrassé. Cela peut très bien être celui qui entend l'appel parce qu'il ne sait pas comment répondre. Il faut l'aider à répondre.
On distingue les questions ouvertes et fermées. Vous posez des questions ouvertes. C'est embarrassant. Si je vous demande "Qu'est-ce que vous pensez de la lune ?" vous ne savez pas quoi me répondre. Mais si j'écris "La lune est carrée", les réponses vont foisonner. On va vous dire que vous êtes fou, que vous êtes bigleux.... Mais peu vous importe: ce que vous voulez savoir en fin de compte, c'est comment les autres commentent ces si jolis portraits que fait Jules Renard.
Je comprends très bien que vous n'ayez rien à en dire. Moi non plus. C'est parfait, c'est tout ce qu'on peut dire. Mais, plutôt que de vous laisser mettre en difficulté, vous pouvez en dire n'importe quoi, des bêtises. Cela suscitera chez les autres le plaisir de vous corriger et vous allez voir comment les gens qui ne comprennent pas commentent. N'ayez pas peur de vous exposer; les coups ne font pas mal. Dites que le paon est pataud, ridicule et bête. Vous n'en pensez pas un mot, mais cela n'a pas d'importance. Cela fait parler celui qui vous lit, et c'est ce qu'il va dire qui vous intéresse.
Si je vous conseille cela, c'est parce que j'ai imaginé que vous étiez musicien (ou musicienne). Quand on joue bien, les gens qui entendent ne peuvent rien dire: ils applaudissent, c'est tout. Ces morceaux de Jules Renard sont comme un morceau de musique joué à la perfection. Ils excluent tout commentaire. Faites une fausse note exprès pour voir s'ils s'en apercevront.

Jules Renard, Histoires naturelles - Le paon ; Le grillon

Bonjour

Bien d'accord avec la réponse précédente mais comme j'ai trouvé une analyse intéressante, et bien qu'il soit un peu tard pour répondre à votre demande smile voici un lien :

www.erudit.org/revue/tce/1994/v/n44/025815ar.pdf