1

Besoin de votre aide pour correction

Bonjour à tous, j'ai besoin de votre aide pour de la correction, en effet, j'ai quelques doutes.
Merci d'avance à tous ceux qui prendront le temps de m'aider.

"Je" est une fille.
Je partis jouer dans la tente d’une amie, avec qui j’avais sympathisé au parc.
Elle m'avait emmené mes jouets, je fus ravie qu’elle y ait pensé car moi, je les avais oubliés.
J’essayai de comprendre les raisons qui la poussaient à m’infliger cette vision.
J’entendis mon père la taquiner sur le fait que c’était le bon Dieu qui l’avait puni pour m’avoir forcée à y participer contre mon gré.
Je l’entendis prévenir une personne qu’ils m’avaient retrouvée.
Mes fesses me brûlaient des fessées que j’avais prises.
Il avait cru que je m’étais faite enlever.
Elle avait vécue une enfance malheureuse.
Elle me l’avait toujours dépeinte comme une femme méchante.
J’avais régulièrement entendu des méchancetés sur elle mais je les avais toujours ignorées. Pourtant, je respectais la souffrance qu'elle me disait avoir endurée.
Combien de sœurs imaginaires m’étais-je inventée ?
Jusqu’au départ pour la maternité, mes parents ne s’étaient pas encore arrêtés sur un prénom.
Nous irons acheter un cadeau à Maman pour la féliciter de nous avoir fabriqué un joli bébé.
L’arrivée du bébé les remplissait de joie.
Mes parents ne s'étant vus de la journée.
Sa transformation avait démarrée .
Elle avait poussé ma mère à nous prendre.

2

Besoin de votre aide pour correction

steph83560 a écrit :

Je partis jouer dans la tente d’une amie, avec qui j’avais sympathisé au parc.
Elle m'avait emmenée mes jouets, je fus ravie qu’elle y ait pensé car moi, je les avais oubliés.
J’essayai de comprendre les raisons qui la poussaient à m’infliger cette vision.
J’entendis mon père la taquiner sur le fait que c’était le bon Dieu qui l’avait punie (si "l'" est une fille aussi) pour m’avoir forcée à y participer contre mon gré.
Je l’entendis prévenir une personne qu’ils m’avaient retrouvée.
Mes fesses me brûlaient des fessées que j’avais prises.
Il avait cru que je m’étais fait enlever.
Elle avait vécu une enfance malheureuse.
Elle me l’avait toujours dépeinte comme une femme méchante.
J’avais régulièrement entendu des méchancetés sur elle mais je les avais toujours ignorées. Pourtant, je respectais la souffrance qu'elle me disait avoir endurée.
Combien de sœurs imaginaires m’étais-je inventées (ou "inventé"; j'ai un doute, je ne sais pas si l'accord doit se faire avec l'adverbe "combien" ou accord par le sens, et donc féminin pluriel) ?
Jusqu’au départ pour la maternité, mes parents ne s’étaient pas encore arrêtés sur un prénom.
Nous irons acheter un cadeau à Maman pour la féliciter de nous avoir fabriqué un joli bébé.
L’arrivée du bébé les remplissait de joie.
Mes parents ne s'étant vus de la journée.
Sa transformation avait démarré .
Elle avait poussé ma mère à nous prendre.

Besoin de votre aide pour correction

Bonjour.

Aristofan a corrigé :
Elle m'avait emmenée mes jouets.

C'est faux : le COD "mes jouets" est après le verbe : pas d'accord à faire.
Et le pronom " m' " n'est qu'un COI.
Donc, c'est bien : Elle m'avait emmené mes jouets.

Pour le reste, nous sommes d'accord.

J’entendis mon père la taquiner sur le fait que c’était le bon Dieu qui l’avait punie.
(C'est très probablement elle qui est punie, féminin. )

Il avait cru que je m’étais fait enlever.
Le participe "fait" suivi d'un infinitif ne s'accorde jamais.

Elle avait vécu une enfance malheureuse.
Le COD "une enfance malheureuse" est après le verbe, pas d'accord à faire.

Combien de sœurs imaginaires m’étais-je inventées...
Ce sont les sœurs (féminin pluriel) qui sont inventées.

Sa transformation avait démarré .
Le participe conjugué avec "avoir" ne peut s'accorder éventuellement
qu'avec un COD placé avant; jamais avec le sujet !

4

Besoin de votre aide pour correction

Merci pour votre aide

5

Besoin de votre aide pour correction

Jehan a écrit :

Bonjour.

Aristofan a corrigé :
Elle m'avait emmenée mes jouets.

C'est faux : le COD "mes jouets" est après le verbe : pas d'accord à faire.
Et le pronom " m' " n'est qu'un COI.
Donc, c'est bien : Elle m'avait emmené mes jouets.

Evidemment! Comment ai-je pu écrire une chose pareille? Mille excuses. C'est bien sûr Jehan qui a raison.