1

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4

Bonjour tout le monde, j'ai un petit problème concernant une question que ma prof m'a donnée pour passer un oral blanc pour le vendredi qui vient. La voici : Comment Molière parvient-il à donner une image ambivalente de Monsieur Jourdain dans la scène 4 de l'acte 2 (texte: Le Bourgeois Gentilhomme) ?. En fait, je n'arrive pas à comprendre la question, et donc je n'arrive pas à trouver un plan. Donc, pourriez-vous me donner des idééos pour construire mon plan svp.

2

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4

Bonsoir,

Il te faut examiner les contradictions de M. Jourdain :
- désir d'apprendre mais découragement devant la première difficulté,
- humilité de celui qui demande et refus de reconnaître ses lacunes,
- goût apparent pour les sciences et poursuite d'un savoir utilitaire...

Ces contradictions, ces retournements incessants, ce papillonnage, ces foucades de parvenu nous aident à mieux comprendre le personnage. Bien entendu tout concourt au ridicule de ce bourgeois qui ne sait pas rester à sa place.

3

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4

En fait si j'ai bien compris, pour répondre à ma question je devrais en première partie dire que c'est grâce aux traits de personnalité(curieux,naif et fait preuve de paresse ou de fainéantise) de Mr Jourdain que Molière parvient à donner une image abivalente de lui, puis dans une deuxième partie que c'est aussi grâce à la leçon du maître de philosophie( la répétition des voyelles: comique de répétition et un comique de situation pour les articulations des lettres) qu'il y parvient. Ece que c'est à peu près correcte?

4

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4

Ces traits de caractère contrastés rendent le personnage à la fois sympathique et ridicule.
Molière utilise toutes les formes de comique pour révéler cette ambivalence.

Tu es sur la bonne voie.

5

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4

Au lieu de mettre "La leçon de philosophie" comme 2 ème partie, ece que je pourrai mettre Les divers types de comiques employés pour montrer cette ambivalence"?

6

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4

C'est une bonne idée : comment dans la leçon de philosophie, Molière utilise-t-il toutes les formes de comique pour révéler l'ambivalence de M. Jourdain ?

7

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4

Bonjour,
J'ai un devoir a faire où je dois trouver les traits de caractere de monsieur jourdain, j'ai deja mis qu'il était naif, influencable facilement, futil mais je ne sais pas quoi mettre d'autre ?

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4

Bonjour.

Tu peux relire les messages précédents.

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4

Maître de philosophie
Que voulez-vous donc que je vous apprenne ?

Monsieur Jourdain
Apprenez-moi l’orthographe.

Maître de philosophie
Très volontiers.

Monsieur Jourdain
Après vous m’apprendrez l’almanach, pour savoir quand il y a de la lune et quand il n’y en a point.

Maître de philosophie
Soit. Pour bien suivre votre pensée et traiter cette matière en philosophe, il faut commencer selon l’ordre des choses, par une exacte connaissance de la nature des lettres, et de la différente manière de les prononcer toutes. Et là-dessus j’ai à vous dire que les lettres sont divisées en voyelles, ainsi dites voyelles parce qu’elles expriment les voix ; et en consonnes, ainsi appelées consonnes parce qu’elles sonnent avec les voyelles, et ne font que marquer les diverses articulations des voix. Il y a cinq voyelles ou voix : A, E, I, O, U.

Monsieur Jourdain
J’entends tout cela.

Maître de philosophie
La voix A se forme en ouvrant fort la bouche : A.

Monsieur Jourdain
A, A. Oui.

Maître de philosophie
La voix E se forme en rapprochant la mâchoire d’en bas de celle d’en haut : A, E.

Monsieur Jourdain
A, E, A, E. Ma foi ! oui. Ah ! que cela est beau !

Maître de philosophie
Et la voix I en rapprochant encore davantage les mâchoires l’une de l’autre, et écartant les deux coins de la bouche vers les oreilles : A, E, I.

Monsieur Jourdain
A, E, I, I, I, I. Cela est vrai. Vive la science !

Maître de philosophie
La voix O se forme en rouvrant les mâchoires, et rapprochant les lèvres par les deux coins, le haut et le bas : O.

Monsieur Jourdain
O, O. Il n’y a rien de plus juste. A, E, I, O, I, O. Cela est admirable ! I, I, I, O.

Maître de philosophie
L’ouverture de la bouche fait justement comme un petit rond qui représente un O.

Monsieur Jourdain
O, O, O. Vous avez raison, O. Ah ! la belle chose, que de savoir quelque chose !

Maître de philosophie
La voix U se forme en rapprochant les dents sans les joindre entièrement, et allongeant les deux lèvres en dehors, les approchant aussi l’une de l’autre sans les rejoindre tout à fait : U.

Monsieur Jourdain
U, U. Il n’y a rien de plus véritable : U.

Maître de philosophie
Vos deux lèvres s’allongent comme si vous faisiez la moue : d’où vient que si vous la voulez faire à quelqu’un, et vous moquer de lui, vous ne sauriez lui dire que : U.

Monsieur Jourdain
U, U. Cela est vrai. Ah ! que n’ai-je étudié plus tôt, pour savoir tout cela ?

Maître de philosophie
Demain, nous verrons les autres lettres, qui sont les consonnes.

Je dois faire une dissertation :
Je n'ai jamais fait de dissertation. Quelqu'un peut m'aider. Merci d'avance.

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte II, scène 4

Voici le texte :

Maître de philosophie
Que voulez-vous donc que je vous apprenne ?

Monsieur Jourdain
Apprenez-moi l’orthographe.

Maître de philosophie
Très volontiers.

Monsieur Jourdain
Après vous m’apprendrez l’almanach, pour savoir quand il y a de la lune et quand il n’y en a point.

Maître de philosophie
Soit. Pour bien suivre votre pensée et traiter cette matière en philosophe, il faut commencer selon l’ordre des choses, par une exacte connaissance de la nature des lettres, et de la différente manière de les prononcer toutes. Et là-dessus j’ai à vous dire que les lettres sont divisées en voyelles, ainsi dites voyelles parce qu’elles expriment les voix ; et en consonnes, ainsi appelées consonnes parce qu’elles sonnent avec les voyelles, et ne font que marquer les diverses articulations des voix. Il y a cinq voyelles ou voix : A, E, I, O, U.

Monsieur Jourdain
J’entends tout cela.

Maître de philosophie
La voix A se forme en ouvrant fort la bouche : A.

Monsieur Jourdain
A, A. Oui.

Maître de philosophie
La voix E se forme en rapprochant la mâchoire d’en bas de celle d’en haut : A, E.

Monsieur Jourdain
A, E, A, E. Ma foi ! oui. Ah ! que cela est beau !

Maître de philosophie
Et la voix I en rapprochant encore davantage les mâchoires l’une de l’autre, et écartant les deux coins de la bouche vers les oreilles : A, E, I.

Monsieur Jourdain
A, E, I, I, I, I. Cela est vrai. Vive la science !

Maître de philosophie
La voix O se forme en rouvrant les mâchoires, et rapprochant les lèvres par les deux coins, le haut et le bas : O.

Monsieur Jourdain
O, O. Il n’y a rien de plus juste. A, E, I, O, I, O. Cela est admirable ! I, I, I, O.

Maître de philosophie
L’ouverture de la bouche fait justement comme un petit rond qui représente un O.

Monsieur Jourdain
O, O, O. Vous avez raison, O. Ah ! la belle chose, que de savoir quelque chose !

Maître de philosophie
La voix U se forme en rapprochant les dents sans les joindre entièrement, et allongeant les deux lèvres en dehors, les approchant aussi l’une de l’autre sans les rejoindre tout à fait : U.

Monsieur Jourdain
U, U. Il n’y a rien de plus véritable : U.

Maître de philosophie
Vos deux lèvres s’allongent comme si vous faisiez la moue : d’où vient que si vous la voulez faire à quelqu’un, et vous moquer de lui, vous ne sauriez lui dire que : U.

Monsieur Jourdain
U, U. Cela est vrai. Ah ! que n’ai-je étudié plus tôt, pour savoir tout cela ?

Maître de philosophie
Demain, nous verrons les autres lettres, qui sont les consonnes.


Je dois chercher le personnage ridicule ainsi que son défaut pour la question , et pour le commentaire je dois montrer comment la scène est comique ainsi qu'elle fait figure d'une satire sociale.


Pour le personnage ridicule j'ai pensé a monsieur Jourdain. Puisqu'il veut imiter la noblesse mais sa première leçon porte sur la prononciation des voyelles. je n'arrive pas a développer réellement...Pour le commentaire je bloque vraiment : j'ai remarquer que les remarques de monsieur Jourdain sont décalés avec l'apprentissage (ex: Ah que cela est beau)