1

Comment écrit-on un mot qui n'existe pas en français, mais que le contexte exige ?

Il a fallu cachériser la cuisine. Entre guillemets, en italique, etc.?

Comment écrit-on un mot qui n'existe pas en français, mais que le contexte exige ?

D'abord bonsoir Yéochoua,

En italique à l'imprimé, entre guillemets au manuscrit, mais il est certain qu'il faut le faire "ressortir".

Muriel

3

Comment écrit-on un mot qui n'existe pas en français, mais que le contexte exige ?

Bonsoir et merci. Tous les mots peuvent-ils passer? Quelle est la dose à ne pas dépasser? Il m'arrive de tomber sur des textes avec des mots comme "délégitimiser, languissements" et j'en passe, sans le moindre signe distinctif. D'autre part, le néologisme est-il un mot agréé par les instances, ou n'importe qui peut le faire, dès que le besoin s'en fait sentir?

Comment écrit-on un mot qui n'existe pas en français, mais que le contexte exige ?

À mon avis cela dépend. Si vous écrivez un article dans la revue Passage, tout le monde vous comprendra ; ailleurs, non. Le commun des mortels n'est pas obligé de connaître le terme casher (ou kasher). Les néologismes, c'est bien, à condition d'être compris. D'ailleurs, ce n'est pas un néologisme.

Comment écrit-on un mot qui n'existe pas en français, mais que le contexte exige ?

Cachériser, ou casheriser, mêmes s'ils ne sont pas dans les dictionnaires sont très utilisés.  Pourquoi le marquer spécialement ? Ou alors utiliser "rendre casher".
Languissement est lui présent dans le TLFI à langueur. C'est un mot régional.