Inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique

Bonjour à tous.

Voici qu'une question a resurgi dans mon esprit. Elle concerne l'accord fait lors de l'inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique.

Ex : Peut-être faut-il... - Ainsi devrais-je....

Mais voilà ! je me rappelle avoir lu dans la conjuration des imbéciles, de J. K. TOOLE, lors d'une telle inversion, un accord assez surprenant entre le pronom et son verbe. Mais voilà, n'ayant pas le roman à ma disposition, je ne peux donc pas en tirer un exemple. Toutefois, de mémoire, cela donnait, avec un verbe au présent, et du premier groupe uniquement (de mémoire, mais cela me paraît logique) :

Ainsi mangé-je...

Cet accord, du moins cet orthographe, est-il correct ? Car TOOLE a retranscrit dans son roman l'argo oral local (là où se situe l'action) et, comme je n'ai pas un exemple concret du livre, je ne peux donc pas savoir si c'est une étrangeté de la langue française ou un barbarisme volontaire.

Aussi me vient-il une autre question :

Est-ce que cette inversion est obligatoire après un connecteur ?

Dans la majorité des cas, je la fais ; en revanche, "Ainsi me permets-je de..." sonne bizarre à mon oreille. J'aurais plutôt tendance à ne pas faire l'inversion.

Qu'en pensez-vous ?

Oups ! désolé, ça fait trois questions smile

Inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique

Mangé-je est correct. Ce n'est pas une faute d'orthographe, l'accent est ici seulement euphonique (il indique que le e n'est pas muet, exceptionnellement ici). On prononce mangè-je.

Inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique

Merci pour cette information Arthur.

4

Inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique

Un de mes profs nous a formellement interdit d'inverser le sujet et le verbe après des connecteurs tels qu'ainsi, aussi, etc : par exemple " ainsi peut-on dire que" ou " aussi est-il admis que...". Ce serait incorrect, et cela m'étonne, car on le trouve partout, et on ne me l'avait jamais reproché auparavant. Qu'en dites-vous ?

5

Inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique

Après "ainsi", il ne faut pas faire l'inversion. Après "aussi", il faut la faire.

Voltaire :
"Remarquez bien que les nez ont été faits pour porter des lunettes, aussi avons-nous des lunettes."

Bergson :
"Ainsi, quand nous dissipons les apparences pour toucher les réalités, quand nous faisons abstraction de la forme commune que les deux morales, grâce à des échanges réciproques, ont prise dans la pensée conceptuelle et dans le langage, nous trouvons aux deux extrémités de cette morale unique la pression et l’aspiration... "

6

Inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique

Merci ! Savez-vous s'il y a là une explication logique, ou est-ce question d'usage ?

7

Inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique

La tentation d'inverser après "ainsi" est peut-être imputable à l'influence de l'expression "ainsi soit-il".

Inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique

Lucretius, merci pour ces réponses. Aussi voudrais-tu bien me dire la source de ces informations, stp ? Car je veux bien croire qu'il ne faille pas faire l'inversion avec "ainsi" mais j'ose penser que Bergson ne l'a pas faite à cause de la virgule qu'il il a mise devant le connecteur. C'est donc pour vérifier si ton affirmation est basée selon un auteur ou un ouvrage de grammaire ?

Inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique

Lysdanslavallee a écrit :

Merci ! Savez-vous s'il y a là une explication logique, ou est-ce question d'usage ?

Ainsi va la vie...  tongue

10

Inversion du pronom personnel et de son verbe après un connecteur logique

Bonjour,

je viens de lire les mots suivants par hasard ...

"Pour plus de clarté, voici l'extrait concerné :

Et au cinéma de le taquiner également. Ainsi expérimente-t-il les courts métrages. En collaboration avec l'ESEC lors de « Noce Blanche », dans un premier temps, puis, dans un second temps, avec différents réalisateurs tels que Guillaume COSTA (« jamais comme avant »), Hugues             MARCOUYAU (« sauvée ou perdue »),  Julia ROSTAGNI (« accordéons-nous »), Vincent      REBOUAH (« le robot »), Jean Charles ATZENI (« à double croisée »), Pierre CHERRIER (« malgré toi », « l’amour d’un fils ») et Marie VOIGNIER (« un minimum de preuves »)

Je crois me reconnaitre dans cette biographie....

On se connait ?

N'hesitez pas à me contacter
Marc