1

Maupassant, Bel-Ami, chapitre 3 - Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait...

Bonjour a tous! j'aurais besoin d'aide pour faire un commentaire composée je suis en premiere s et je n'ai pas beaucoup de temps pour le francais en ce moment.j'ai réalisé un plan mais pour des raisons personnelles je ne peux pas le divulguer sur ce site(croyez moi sur parole c'est une bonne raison).Mon plan n'est pas tres bon alors pouvez vous m'en proposer un meilleur svp?voici l'extrait:

(Georges Duroy vient d'être engagé comme journaliste à la Vie francaise,par l'entremise de son camarade de regiment, Charles Forestier.Il doit ecrire son premier article qui parlera de l'algérie, ou il a effectué son sevice militaire.)






Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait fait un creux, il aperçut ses habits de tous les jours jetés là , vides, fatigués, flasques, vilains comme des hardes de la Morgue .Et, sur une chaise de paille, son chapeau de soie, son unique chapeau, semblait ouvert pour recevoir l’aumône.

Ses murs, tendus d'un papier gris à  bouquets bleus, avaient autant de taches que de fleurs, des taches anciennes, suspectes, dont on n'aurait pu dire la nature, bêtes écrasées ou gouttes d'huile, bouts de doigts graissés de pommade ou écume de la cuvette projetée pendant les lavages. Cela sentait la misère honteuse, la misère en garni de Paris. Et une exaspération le souleva contre la pauvreté de sa vie. Il se dit qu'il fallait sortir de là , tout de suite, qu'il fallait en finir dès le lendemain avec cette existence besogneuse.

Une ardeur de travail l'ayant soudain ressaisi, il se rassit devant sa table, et recommença à chercher des phrases pour bien raconter la physionomie étrange et charmante d'Alger, cette antichambre de l'Afrique mystérieuse et profonde, l'Afrique des Arabes vagabonds et des nègres inconnus, l'Afrique inexplorée et tentante, dont on nous montre parfois, dans les jardins publics, les bêtes invraisemblables qui semblent créées pour des contes de fées, les autruches, ces poules extravagantes, les gazelles, ces chèvres divines, les girafes surprenantes et grotesques, les chameaux graves, les hippopotames monstrueux, les rhinocéros informes, et les gorilles, ces frères effrayants de l'homme.

Il sentait vaguement des pensées lui venir ; il les aurait dites, peut-être, mais il ne les pouvait point formuler avec des mots écrits. Et son impuissance l'enfièvrant, il se leva de nouveau, les mains humides de sueur et le sang battant aux tempes.

Et ses yeux étant tombés sur la note de sa blanchisseuse, montée, le soir même, par le concierge, il fut saisi brusquement par un désespoir éperdu. Toute sa joie disparut en une seconde avec sa confiance en lui et sa foi dans l'avenir. C'était fini ; tout était fini, il ne ferait rien ; il ne serait rien ; il se sentait vide, incapable, inutile, condamné.

Merci d'avance!

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

Maupassant, Bel-Ami, chapitre 3 - Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait...

Bonjour à tous ! Je suis "nouvelle" dans le site, donc je connais personne... J´aime bien la littérature et dans peu de temps je vais commencer à étudier Bel-Ami ! Donc peut-être plus tard je pourrai t´aider smile Bonne chance quand même !

3

Maupassant, Bel-Ami, chapitre 3 - Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait...

BOnjour as tu etudié ce passage car j'ai aussi un commentaire compose sur celui ci mais je n'ai pas trop le temps. MErci d'avance

Rappel : pas de travail personnel = pas d’aide.
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

4

Maupassant, Bel-Ami, chapitre 3 - Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait...

Bonjour à tous !

Je suis fraîchement nouvelle sur le site, et ceci est mon tout premier message wink
Je suis en première ES, et comme vous pouvez le deviner, mon bac de français approche à grand pas. Je suis plongée dans mes révisions de textes pour l'Oral, et j'ai un petit souci... Sur l'extrait ci-joint !
En effet, en cours, nous avons étudié les registres concernant ce fameux chapitre. Le registre réaliste en premier (Ok ça me va), dramatique ensuite (toujours aucun souci) et pour finir le registre... comique 0_o
Le texte serait déstiné à faire "rire", car le narrateur se moque de son personnage qui ne sait pas écrire, qui est ridicule, peu "éduqué" et égocentrique parcequ'il ne s'est pas intéressé à Alger durant son service militaire...
J'étais absente à cette fameuse heure, et je ne suis pas tout à fait d'accord avec cette interprétation. Comme le personnage de Georges Duroy, un arriviste manipulateur dévoré par son ambition, je veux bien que le narrateur prenne un peu de recul face à sa détresse... Mais de là a dire que l'extrait est comique !
J'aimerais beaucoup avoir un avis, parce que ça m'embête énormément de mettre ça dans ma fiche sans que j'en sois convaincue hmm
Merci d'avance !

5

Maupassant, Bel-Ami, chapitre 3 - Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait...

Bonsoir Maudinette,

Les registres réaliste et dramatique n'existent pas.
Ce texte contient des effets de réel, mais ils ne constituent pas un registre.
Regarde cette page du site ici.
En revanche tu peux identifier un registre pathétique (ou tragique).
Il existe aussi une tonalité satirique en deux endroits :
- la dénonciation des clichés sur l'Afrique,
- l'exagération (ou la disproportion) entre la crise de cafard et son origine (la note de la blanchisseuse).

Maupassant, Bel-Ami, chapitre 3 - Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait...

Le "registre réaliste" est cité par quelques manuels (en opposition au registre fantastique), mais il n'est pas dans les programmes. Mieux vaut aborder le réalisme du texte en le rattachant, non à un "registre", mais au mouvement littéraire dans lequel s'inscrivait Maupassant.

Je ne suis pas complètement d'accord avec l'analyse de Jean-Luc sur la dénonciation satirique des clichés de l'Afrique. Cela pourrait bien être une lecture anachronique du texte, où nous, lecteurs du XXIe siècle bien plus familiers de l'Afrique, identifions des "clichés" qui n'étaient pas perçus comme tels à l'époque. J'ai plutôt l'impression que Maupassant écrit ici l'article de Duroy à sa place, pour souligner (de façon pathétique) le gouffre qu'il y a entre avoir des idées et savoir les écrire.
Et dans la mesure où le sujet est justement le manque d'inspiration de Duroy —pas un terrible défaut, comme l'arrivisme, mais une faiblesse, que tout le monde a connue— son désespoir n'est pas totalement satirique. Les détails concrets, financiers, comme la note de la blanchisseuse, sont ce qui humilie le plus l'ambition.
Bref, comme Maudinette, je ne suis pas convaincue par le "comique" du texte!

7

Maupassant, Bel-Ami, chapitre 3 - Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait...

Bonjour Trialph,

L'aspect satirique se rattache à un effet semblable à celui de Madame Bovary, œuvre de son parrain admiré. Les lectures d'Emma l'ont poussée dans un rêve sentimental plein de clichés. Ici Duroy, qui doit écrire un article sur Alger, se laisse emporter par une accumulation d'images sur tout le continent africain. On peut relever également des notations ironiques comme dans le modèle précité.

Pour revenir à la crise de désespoir de Duroy, si elle n'est pas "totalement satirique", elle a des accents romantiques dans ses extrêmes. Et justement, Maupassant retrouve l'ironie flaubertienne en dégonflant les effets par la notation triviale de son origine.

Il me semble donc que Maupassant, comme son mentor en littérature, pratique une cure de réalisme en refusant de s'apitoyer sur le sort de son héros.

Maupassant, Bel-Ami, chapitre 3 - Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait...

Effectivement certains manuels mentionnent le registre réaliste. Mais on peut parler de réalisme dans l'ensemble de ce roman, il ne me semble pas non plus pertinent de commenter un éventuel "registre réaliste" dans ce passage qui ne l'est pas plus que les autres.

En revanche pas de registre dramatique, dans aucun manuel de ma connaissance. Peut-être penses-tu à "tragique" à la fin avec cette crise de désespoir qui lui semble sans issue ?

Dans tous les cas je rejoins les personnes qui ont parlé d'ironie. Maupassant prend souvent une certaine distance par rapport à Duroy ce qui fait sourire, car effectivement cette "crise existentielle" qui a des aspects romantiques paraît un peu ridicule ici, surtout sachant que chez Duroy elles ne durent jamais bien longtemps ! De plus il se prend pour un journaliste mais est incapable d'écrire quoi que ce soit tout seul, il y a une disproportion entre son projet et son incompétence, qu'il semble toujours découvrir soudain lorsqu'il est devant sa feuille blanche !

9

Maupassant, Bel-Ami, chapitre 3 - Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait...

Mhhh... il est sans doute vrai que le narrateur (narrateur-auteur, Maupassant) prend un peu de distance face au pathètique de la scène. En effet, vu le personnage de Georges Duroy, il est difficile d'éprouver de la pitié ! Surtout que celui-ci c'est plus ou moins vanté quelques temps plus tôt, en faisant de grands discours pleins de lyrisme sur Alger...
D'un autre côté, celui-ci est face à une situation que nous pouvons tous connaître ! Ne pas arriver à formuler une idée, à les coucher sur papier, sentir que cela nous échappe. D'ailleurs, dans les Confessions, Rousseau explique très bien cela ! Dans sa tête, tout est clair et ordonné, les idées fusent, mais lorqu'il s'assoit pour écrire, il est impuissant et éprouve de grandes difficultés... Je rejoins donc plus l'analyse de Trialph sur ce point précis ! Comme quoi, même les plus grands ne sont pas infaillibles wink
Et puis, il faut tout de même considerer que Duroy est dans une situation critique ! (en effet, au début du roman, nous apprenons qu'il ne lui reste même plus de quoi manger ; l'etat de son appartement, de ses vêtements montre bien sa précarité). Sa detresse peut être légitime...
Enfin ! La comparaison Bel-Ami/Mme Bovary de Jean-Luc me parle bien, et je pourrais toujours m'en servir pendant mon oral si l'examinateur m'aiguillone sur la piste de la satyre.
Je suis aussi soulagée d'avoir des avis exterieurs qui confirment qu'on ne peut pas parler de registre comique dans cet extrait...

Ah et pour les registres dramatiques et réalistes, j'ai un peu cherché... Il n'est pas incorrect de parler de registre dramatique, qui est une sorte de tragique atténué (ne contient pas la notion de fatalité, ni la promesse d'une triste fin). Quan't au "registre" réaliste, je pense que vous avez raison ! Même si mon professeur appellait cela comme ça, il sera peut être plus judicieux de parler "d'effets de réel".

10

Maupassant, Bel-Ami, chapitre 3 - Sur son petit lit de fer, ou la place de son corps avait...

Bonjour Maudinette,

Je suis très heureux que tu aies pu faire ton miel de toutes nos réponses !
Attention de ne pas confondre satyre (personnage peu recommandable) et satire (critique appuyée) !