Je n'ai jamais compris, pour ma part, la différence que l'on fait entre tragique et comique...

Bonjour, j'ai du mal à comprendre l'énoncé de cette dissertation, pouvez-vous m'aider ?

"Je n'ai jamais compris, pour ma part la différence que l'on fait entre tragique et comique. Le comique étant l'intuition de l'absurde, il me semble plus désespérant que le tragique. Le comique n'offre pas d'issue", écrit Ionesco. Que pensez-vous de cette réflexion ?

Si j'ai bien compris l'auteur insiste sur le fait que le genre comique relève d'une connaissance de l'absurde. Il répond à des codes (personnages types, comme Arlequin, comique de gestes, etc.) Aussi le dénouement est toujours heureux. Bref les pièces comiques se ressemblent toutes à ses yeux.

Aidez-moi, merci d'avance !

2

Je n'ai jamais compris, pour ma part, la différence que l'on fait entre tragique et comique...

Bonjour Kevin,

Le comique auquel fait allusion Ionesco est le comique de dérision.
La vie est absurde affirme-t-il, (mais nous ne sommes pas obligés de partager son appréciation, avis personnel !)
Tragédie et comédie mettent en relief cette vision pessimiste, la tragédie en débouchant sur une mise à mort inéluctable, la comédie en tentant de sourire de la vie insignifiante pour se protéger de la folie.
Le genre comique est plus "désespérant", il "n'offre pas d'issue" parce qu'à la différence de la tragédie, qui, dans sa défaite grandiose, essaie de faire sortir l'homme par le haut, il renvoie l'homme aux murs de sa prison.

Voilà comment je comprends cette affirmation paradoxale et déroutante d'Ionesco.

Je n'ai jamais compris, pour ma part, la différence que l'on fait entre tragique et comique...

Merci pour ta réponse Jean Luc.

Mais, à l'instar de la tragédie, le comique tente d'offrir une issue à notre vie misérable.
En effet, la comédie est à mes yeux une mise en abime de notre quotidien, ainsi en contemplant nos défauts, nous sommes tentés de les corriger.
Donc comme l'affirme Ionseco, comédie et tragédie sont indisciossables, n'est ce pas?

4

Je n'ai jamais compris, pour ma part, la différence que l'on fait entre tragique et comique...

Bonjour Kevin,

J'ai essayé de te donner mon interprétation de la pensée d'Ionesco, pas de te donner mon propre avis sur sa réflexion.

Ton opinion est tout à fait recevable.
Tu as le droit de penser que la comédie est une mise en abYme de notre quotidien.
Mais elle n'est pas seulement une tentative de ridiculiser nos défauts comme le voulait l'époque classique "castigat ridendo mores", (même si c'est la voie royale), elle peut être un regard acerbe sur notre condition finie ou même n'être qu'une variation gratuite sur les difficultés à aimer (vaudeville par ex.)...

Pourquoi comédie et tragédie seraient indissociables ? le siècle classique les avait bien séparées en genre majeur ou noble et genre mineur. Le regard n'est pas le même, la finalité non plus. Le mérite d'Ionesco est de remettre en cause un partage des genres, de redonner à la comédie des ambitions métaphysiques auxquelles elle avait peut être renoncé avec le théâtre de boulevard. Mais Ionesco écrit-il des comédies ?

Je n'ai jamais compris, pour ma part, la différence que l'on fait entre tragique et comique...

Oui le comique sans issue de Ionesco n'est pas vraiment destiné à nous faire rire.

6

Je n'ai jamais compris, pour ma part, la différence que l'on fait entre tragique et comique...

Et surtout, il écrit des "anti-pièces", selon son propre mot : des "farces tragiques", par exemple. En quoi une farce peut-elle être tragique ? Regarde dans Le Roi se meurt : cette "tragédie" d'un Roi (il a vécu plusieurs siècles, tout ce qu'il veut est réalisé/ concrétisé, il est le maître et possesseur de toutes choses, etc. C'est un homme absolu) contraint à mourir (fatalité), quoiqu'il veuille, quoiqu'il fasse, renvoie à notre propre condition. Et nous ne sommes pas roi...

Et cependant, cette pièce contient de nombreux éléments farcesques/ comiques (jeux de mots, les annonciations mécaniques du garde, les contrastes, etc.). A quoi servent-ils donc ? Pourquoi des passages comiques dans une pièce vraisemblablement tragique (nous ne parlons que des REGISTRES) ? Peut-être que le comique contribue à dramatiser le tragique (paradoxalement) en soulignant l'absurdité, la mécanique, l'invraisemblance, de la vie humaine.

Je n'ai jamais compris, pour ma part, la différence que l'on fait entre tragique et comique...

Bonjour,

J'ai moi aussi eu cette citation comme dissertation  (ma citation est : "je n'ai jamais compris pour ma part la différence que l'on fait entre le comique et le tragique. Le comique étant l'intuition de l'absurde, il me semble plus désespérant que le tragique " et la problématique est "quels sont les moyens théâtraux à même d'exprimer le désespoir de l'homme") et je ne m'en sors pas, j'ai eu comme question d'"analyser les formes que prend  le conflit dans chacun des textes du corpus" et je ne vois pas trop où je peux mettre le "conflit" dans ma dissertation. J'en ai déja rédigé une mais elle n'est pas super alors je vais en refaire une mais j'ai quelques petits problèmes sur le plan. Je voudrais mettre comme plan :

I Comique


II Tragique



et je me demandais si dans les sous-parties je pouvais mettre le conflit (pour comique les conflits comiques et pour tragique les conflits tragiques), sinon je n'ai pas beaucoup d'idées pour les sous-parties je cherche des arguments avec des exemples mais ça ne vient pas trop alors si vous pouviez juste me mettre sur une petite piste je vous en serais très reconnaissant.


Je vous remercie d'avance.

Je n'ai jamais compris, pour ma part, la différence que l'on fait entre tragique et comique...

Si tu as un corpus de textes, c'est pour t'en servir ; donc tu devrais y trouver des exemples de conflit et aussi des arguments pour étoffer tes deux parties

Je n'ai jamais compris, pour ma part, la différence que l'on fait entre tragique et comique...

Ok, je vais d'essayer d'utiliser un maximum les textes du corpus.

Je n'ai jamais compris, pour ma part, la différence que l'on fait entre tragique et comique...

En fait je voudrais juste avoir une petite précison, je ne crois pas l'avoir vu dans la méthodologie de la dissertation (en fait c'est ma première dissertation et c'est pour ça que j'ai un petit peu de mal).

Pour chaque sous-partie il faut combien d'arguments ?
Est-ce que chaque argument doit donner lieu à une sous-partie ? Parce que dans la méthodologie que notre professeur nous a donné, il nous conseillé de  chercher une dizaine d'arguments appuyés d'exemples avant de commencer la rédaction. En clair il faut trouver ses sous-parties et caser un maximum d'arguments, non ?