Narrateur externe et point de vue interne

Bonjour,

Il faut réécrire un texte en modifiant avec : un narrateur externe et une point de vue interne. D’après moi il faut rien changer car un narrateur externe= il, et un point de vue interne=à ce que l’on voit juste. Merci de me corriger si j’ai faux.

Voici le texte :

Les hommes, rien de que des très jeunes et de très vieux, furent conduis au lavoir. On leur ordonna de s’agounouiller dans les petites caisse de bois bourrées de paille disposées autour de bassin et de frapper, bien en cadence, alternativement l’eau puis le rebord du lavoir avec les battoirs de lavandières. L’acte trois atteignait maintenant son point culminant. Au dehors le décor lançait toujours ses hautes flammes; les femmes agglutinées en un seul corps informe autour du puits écoutaient avec des airs de folles l’étrange rythme que battaient leurs hommes agenouillés dans le lavoir. Seul un petit groupe de femmes se tenait un peu à l’écart. Six femmes, silencieuses et raides, les bras croisés sur leurs châles noirs. Il y avait longtemps quelle n’avaient plus d’hommes à pleurer, ces veuves aux yeux secs, aux corps craquants de solitude, aux cœurs amidonnés de deuil. Elles contemplaient avec froideur la malédiction de leur maison de veuves s ‘étendre au hameau tout entier.

Voici ce que j’ai fait : je crois qu’il faut rien changer

Les hommes, rien de que des très jeunes et de très vieux étaient habillé pauvrement, furent conduis au lavoir. Ils leur ordonna de s’agounouiller dans les petites caisse de bois bourrées de paille disposées autour de bassin et de frapper, bien en cadence, alternativement l’eau puis le rebord du lavoir avec les battoirs de lavandières. L’acte trois atteignait maintenant son point culminant. Au dehors le décor lançait toujours ses hautes flammes; les femmes agglutinées en un seul corps informe autour du puits écoutaient avec des airs de folles l’étrange rythme que battaient leurs hommes agenouillés dans le lavoir. Seul un petit groupe de femmes se tenait un peu à l’écart. Six femmes, silencieuses et raides, les bras croisés sur leurs châles noirs. Il y avait longtemps quelle n’avaient plus d’hommes à pleurer, ces veuves aux yeux secs, aux corps craquants de solitude, aux cœurs amidonnés de deuil. Elles contemplaient avec froideur la malédiction de leur maison de veuves s ‘étendre au hameau tout entier.

2

Narrateur externe et point de vue interne

Bonjour,

Je pense que tu dois marquer le passage du narrateur/auteur (focalisation omnisciente) au narrateur/personnage appartenant à la narration qui porte sa propre appréciation (focalisation interne) sur cette scène.

IL VIT QUE Des hommes, rien de que des très jeunes et de très vieux, étaient habilléS pauvrement, QUILS ETAIENT conduiTs au lavoir. UN HOMME leur ordonna de s’agEnouiller dans les petites caisse de bois bourrées de paille disposées autour de bassin et de frapper, bien en cadence, alternativement l’eau puis le rebord du lavoir avec les battoirs de lavandières. IL PENSA QUE l’acte trois atteignait maintenant son point culminant. Au dehors le décor lançait toujours ses hautes flammes; les femmes agglutinées en un seul corps informe autour du puits écoutaient avec des airs de folles l’étrange rythme que battaient leurs hommes agenouillés dans le lavoir. Seul un petit groupe de femmes se tenait un peu à l’écart. Six femmes, silencieuses et raides, les bras croisés sur leurs châles noirs. IL SE DEMANDA S'il y avait longtemps QU'ELLES n’avaient plus d’hommes à pleurer, ces veuves aux yeux secs, aux corps craquants de solitude, aux cœurs amidonnés de deuil. IL COMPRIT QU'elles contemplaient avec froideur la malédiction de leur maison de veuves s ‘étendre au hameau tout entier.

Narrateur externe et point de vue interne

mercie  smile