1

Duras, Un barrage contre le Pacifique - Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval...

pour mon oral du 21 mai, je viens de recevoir mes deux derniers textes!!!!!

Deux textes provenant du roman de Marguerite Duras Un barrage contre le Pacifique

le problème étant que je n'ai pas compris le premier texte il m'est donc impossible d'en faire un plan et un commentaire oral!!

s'il vous plait aidez moi!

voici le texte:

"  Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval. Même si ça en devait servir qu'à payer les cigarettes de Joseph. D'abord, c'était une idée, ça prouvait qu'ils pouvaient encore avoir des idées. Puis ils se sentaient moins seuls, reliés par ce cheval au monde extérieur, tout de même capables d'en extraire quelque chose, de ce monde, même si c'était misérable, d'en extraire quelque chose qui n'avait pas été à eux jusque-là, et de l'amener jusqu'à leur coin de plaine saturée de sel, jusqu'à eux trois saturés d'ennui et d'amertume. c'était ça les transports : même d'un désert, où rien ne pousse, on pouvait encore faire sortir quelque chose, en le faisant traverser à ceux qui vivent ailleurs, à ceux qui sont du monde.
  Cela dura huit jours. Le cheval était trop vieux, bien plus vieux que la mère pour un cheval, un vieillard centenaire. Il essaya honnêtement de faire le travail qu'on lui demandait et qui était bine au dessus de ses forces depuis longtemps, puis il creva.
  Ils en furent dégoûtés, si dégoûtés, en se retrouvant sans cheval sur leur coin de plaine, dans la solitude et la stérélité de toujours, qu'ils décidèerent le soir même qu'ils iraient tous les trois le lendemain à Ram, pour essayer de se consoler en voyant du monde.
  Et c'est le lendemain à Ram qu'ils devaient faire la renconre qui allait changer leur vie à tous.
  Comme quoi une idée est toujours une bonne idée, du moment qu'elle fait faire quelque chose, même si tout est entrepris de travers, par exemple avec des chevaux moribonds. Comme quoi une idée de ce genre est toujours une bonne idée, même si tout échoue lamentablement, parce qu'alors il arrive au moins qu'on finisse par devenir impatient, comme on ne le serait jamais devenu si on avait commencé par penser que les idées qu'on avait étaient de mauvaises idées."

alors bien sûr j'ai étudié ce texte...  big_smile voilà donc ce que je sais:

- c'est l'incipit du roman, un incipit classique doit présenter le cadre saptio-temporel ainsi que les personnages et comporter une petite annonce de ce qui va se passer par la suite. Cet incipit n'est pas parfaitement classique:
   * cadre géographique: une plaine, stérile, désertique
   * cadre temporel: pas de date précise juste un rapport avec des transports équins (temps assez éloigné du XXIème siècle... surement le XVIIIème ou le XIX ème) et un rapport aux cigarettes (au XVIIIème siècle on fumait surtout la pipe donc on peut supposer que l'histoire se passe durant le XIXème siècle)
   * pas de réelle présentation physique des personnages (on sait juste que la mère est vieille), trois personnages inséparables toujours nommés ensemble (un peu comme s'ils étaient un ensemble et non pas trois êtres à part): Joseph, la mère et une troisième personne. Joseph est le plus important car il est cité en premier, car il est le seul à avoir un nom et car les autres personnages achètent le cheval pour "payer les cigarettes de Joseph" ce qui est assez inutile... Vient ensuite la mère puisque le dernier personnage n'a même pas de surnom.

- le vocabulaire de ce texte est pauvre (9 occurences du mot "idée", 4 occurences du mot "quelque chose", "creva", "vieillard"...) et il y a de nombreuses répétitions lexicales donc. (peut-être peut on penser que le vocabulaire pauvre de ce texte reflette la pauvreté culturel des trois personnages). Ce vocabulaire pauvre s'oppose aux deux réflexions philosophique sur les idées, réflexions dans lesquelles on retrouve un vocabulaire TRES soutenu!("saturé", "amertume", "stérélité", "lamentablement"...)

voilà

je pensais faire une première partie sur l'incipit mais l'enjeu que l'on nous demande est " En quoi cet incipit n'est pas classique?" (ou quelque chose dans ce style... ce n'est qu'un souvenir je n'avais plus de feuille pour noter :-S )

merci d'avance smile

2

Duras, Un barrage contre le Pacifique - Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval...

j'ai oublié un truc... il y a une annonce de la mort de la mère (enfin je crois que la mère meurt? smile ) parce que par la comparaison du cheval et de la mère, étant donné que le cheval est mort on peut se dire que la mère va mourir!

voilà

Duras, Un barrage contre le Pacifique - Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval...

Je ne vois pas en quoi le fait qu'ils achètent un cheval prouve que l'histoire se passe au XIXème siècle ; il existe encore des pays sans voitures

4

Duras, Un barrage contre le Pacifique - Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval...

ça le prouve parce que ça se passe dans le pacifique ... il y a pas trente six mille choix ça ne peut être que l'Amérique (voiture a la place des chevaux) la cote est de l'Asie (Corée: voiture, Russie: voiture, chine: voiture, japon: voiture...) après il y a l'ancienne Indochine ou il y a des voitures a notre époque!

donc c'est obligatoirement au XIXème siècle ou au XX ème

en optant pour le XXème puisqu'il il y a la cigarette et parce que (si on lit le roman) on apprend qu'en effet ça se passe en Indochine qui était une colonie française... c'est l'empire colonial et ça ne peut donc être que le XIXème ou le XX (début ... jusqu'en 1950 quoi!)

Duras, Un barrage contre le Pacifique - Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval...

Un Barrage contre le Pacifique, est un roman écrit par Marguerite Duras en 1950.Entre l'autobiographie et la fiction , M. Duras n'omet pas de nous donner son point de vue vis a vis du colonialisme en
Indochine Francaise . Dans L'incipit , on nous parle d'un groupe , sous la tutelle d'un dénommé Joseph qui effectue un voyage vers la ville de Ram. En quoi cet incipit n'est -il pas classique ?En premier lieu sera etudié les caractéristiques de cet incipit puis sera démontré ses particularités .

Voila pour le plan j'ai pas réussi a mieu le présenter
Si vous pourriez m'aider !

Duras, Un barrage contre le Pacifique - Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval...

Un Barrage contre le Pacifique, est un roman écrit par Marguerite Duras en 1950.Entre l'autobiographie et la fiction , M. Duras n'omet pas de nous donner son point de vue vis a vis du colonialisme en Indochine Francaise .
Oui, tu pourrais dire quelques mots sur Duras. (romans souvent entre fiction et réalité) et qu'elle a passé son enfance et adolescence en Indochine : elle connaît bien le pays.
Dans L'incipit , on nous parle d'un groupe , sous la tutelle d'un dénommé Joseph qui effectue un voyage vers la ville de Ram. En quoi cet incipit n'est -il pas classique ?
Je suppose que c'est ta problématique ? En effet, c'est un peu amené artificiellement.
En premier lieu seront etudiées les caractéristiques de cet incipit puis seront démontrées ses particularités
C'est redondant, non ? Quelle est la différence entre caractéristiques et particularités ?

Duras, Un barrage contre le Pacifique - Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval...

Oromis, j'ignore la question que le professeur t'aurait posée.... hmm

Duras, Un barrage contre le Pacifique - Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval...

que veux te dire par la ?

PS : merci pour le comms précédent je vais vite rectifier

Duras, Un barrage contre le Pacifique - Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval...

«Il se trouve que j'ai du génie, j'y suis habituée maintenant» Duras


"  Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter
ce cheval. Même si ça en devait servir qu'à payer les cigarettes de Joseph. D'abord, c'était une idée, ça prouvait qu'ils pouvaient encore avoir des idées. Puis ils se sentaient moins seuls, reliés par ce cheval au monde extérieur, tout de même capables d'en extraire quelque chose, de ce monde, même si c'était misérable, d'en extraire quelque chose qui n'avait pas été à eux jusque-là, et de l'amener jusqu'à leur coin de plaine saturée de sel, jusqu'à eux trois saturés d'ennui et d'amertume. c'était ça les transports : même d'un désert, où rien ne pousse, on pouvait encore faire sortir quelque chose, en le faisant traverser à ceux qui vivent ailleurs, à ceux qui sont du monde.
  Cela dura huit jours. Le cheval était trop vieux, bien plus vieux que la mère pour un cheval, un vieillard centenaire. Il essaya honnêtement de faire le travail qu'on lui demandait et qui était bien au dessus de ses forces depuis longtemps, puis il creva.
  Ils en furent dégoûtés, si dégoûtés, en se retrouvant sans cheval sur leur coin de plaine, dans la solitude et la stérilité de toujours, qu'ils décidèrent le soir même qu'ils iraient tous les trois le lendemain à Ram, pour essayer de se consoler en voyant du monde.
  Et c'est le lendemain à Ram qu'ils devaient faire la rencontre qui allait changer leur vie à tous.
  Comme quoi une idée est toujours une bonne idée, du moment qu'elle fait faire quelque chose, même si tout est entrepris de travers, par exemple avec des chevaux moribonds. Comme quoi une idée de ce genre est toujours une bonne idée, même si tout échoue lamentablement, parce qu'alors il arrive au moins qu'on finisse par devenir impatient, comme on ne le serait jamais devenu si on avait commencé par penser que les idées qu'on avait étaient de mauvaises idées."

Bonsoir , je sais qu'il ya deja eu un fil de discussion sur cet incipit . Seulement , il traitait du plan de lecture qu'on peut adopter pour ce texte , contrairement à moi qui est quelques interprétations à proposer .

Il faut savoir que l'incipit a pour fonctions de présenter les personnages , l'intrigue et le cadre . C'est sur cela que je me suis basé , avec un ami pour déduire certains choses , ci dessous .

Vous pouvez constater que j'ai surligné des mots " les transports " , "payer" , "reliés au monde extérieur " , tous ces mots ou groupes nominaux sont reliés avec le cheval . Ainsi je pense que le cheval qui est utilisé entre autres pour présenter le personnage de M.JO .
Pourquoi ? car c'est M.Jo qui leur a payé pas mal de choses , car la voiture de M.Jo sert de transport , et car M.Jo les a relié au monde extérieur , "ils devaient faire la rencontre qui allait changer leur vie à tous".
Ainsi en plus de faire une analogie entre l'âge de la mère et celui du cheval ( pour anticiper sur la mort de la mère ) , je pense qu'elle l'utilise pour présenter le personnage de M.Jo .

Seconde interprétation , plus évidente je pense . Dans son incipit , Duras présente les personnages peu à peu , d'abord un groupe , puis Joseph , puis la mère , mais il manque le personnage principal Suzanne . En fait , je pense que Marguerite Duras n'a pas présenté Suzanne , dans la mesure ou Marguerite Duras est le narrateur et qu'elle est Suzanne . En effet , je pense qu'elle veut nous mettre sur la piste d'un éventuel roman autobiographique en ne présentant pas Suzanne .

Pour le reste je n'appellerai plus ça de l'interprétation , simplement de l'analyse . Vous avez certainement remarqué la répétition du mot " idée " , je pense qu'elle insiste sur le fait que l'idée qu'a eu la mére( sa mère) d'acheter une concession incultivable n'était pas mauvaise . Et de la on peut voir qu'elle présente le thème de l'échec qu'on retrouve dans le roman .


Voila je présente ce texte à l'oral , j'ai le même plan que tout le monde pour ce texte . Par contre je serai très intéressé d'avoir des commentaires pour critiquer ou approuver mes interprétations et même pourquoi pas aller plus loin .

Duras, Un barrage contre le Pacifique - Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval...

Je ne suis pas d'accord avec toi, dans la mesure où l'on ne connait ni Mr.Jo, ni Suzanne dans cet incipit. Tu ne peux pas parler de ces deux personnages sous prétexte que tu as lu la suite du livre.
Il faut faire comme si tu avais seulement lu l'incipit.