Litote ou euphémisme ?

Bonjour,

Dans les Animaux malades de la peste, le renard emploie le terme "croquer" pour désigner le fait que le lion ait dévoré les moutons.
Ma prof nous a dit que c'était une litote. J'ai plutôt tendance à dire que c'est un euphémisme.
J'ai consulté les fiches du site mais j'aimerai une explication sur la nature de cette figure de style.

Merci

Litote ou euphémisme ?

Bonsoir.
La litote, c'est le fait d'affirmer le moins pour suggérer le plus. Au lieu de dire "Il était paniqué", je peux dire : "Il n'était pas très à l'aise".
Ici, je suis d'accord avec vous, on a plutôt un euphémisme, c'est-à-dire un terme plus doux que celui que l'on attendrait habituellement ou logiquement.

3

Litote ou euphémisme ?

Bonsoir,
dire à quelqu'un "Tu m'as un peu manqué"  (pour suggérer que cette personne m'a en fait beaucoup manqué), est-ce une litote ou un euphémisme ?

Merci.

Litote ou euphémisme ?

Si la litote et l'euphémisme sont régulièrement confondus, c'est parce que ces deux figures procèdent toutes deux par atténuation de l'idée que l'on veut exprimer ; ici, la marque de cet affaiblissement est le quantificateur "un peu". C'est du point de vue de l'effet qu'elles se distinguent : tandis que l'euphémisme affaiblit une idée désagréable pour la rendre plus digeste, la litote cherche au contraire à la faire jaillir dans toute sa force, en la laissant deviner à travers son déguisement. Singularité du texte oblige, cette distinction peut-être difficile à faire.

"Ah ! Sais-tu que tu m'as un peu manqué ?"
On se doute que cet "un peu" dissimule un "beaucoup", on est donc du côté de la litote.

"Oui, j'avoue, j'ai pris un peu de vin"
On peut douter de l'objectivité de ce "un peu", plus probablement là pour adoucir l'effet de l'aveu : si tel est le cas, on est du côté de l'euphémisme.

Litote ou euphémisme ?

C'est du point de vue de l'effet qu'elles se distinguent

Oui, mais on peut aller plus loin et dire que c'est l'auditeur ou le lecteur qui en décident, car, avant de choisir entre litote et euphémisme, le refus d'entendre ce qui est dit ou de lire ce qui est écrit est un parti pris.

Litote ou euphémisme ?

Oui, mais on peut aller plus loin et dire que c'est l'auditeur ou le lecteur qui en décident, car, avant de choisir entre litote et euphémisme, le refus d'entendre ce qui est dit ou de lire ce qui est écrit est un parti pris.

Oui. Je dirais que le problème est similaire à celui de l'ironie, dont on peine à s'accorder sur les marques, et qui, régulièrement, n'est pas entendue. Ces tout le problème de ce genre de taxinomies, qui sont faites d'éléments a priori invariants mais qui n'existent en fait qu'au sein de discours singuliers. Cependant, pour ce qui est de la litote, je crois que certaines intonations et mélodies sont suffisamment significatives pour ne pas poser problème, sans parler du contexte et co-texte.

7

Litote ou euphémisme ?

Fort de vos dires, je me suis aventuré à mon exercice favori, inventer un statut "facebookien" visant à la réflexion et la provocation, quand elle est perçue et comprise. Cependant, je me heurte à la logique. Ainsi, peut on dire, en objectivant les contextes, que cette idée est juste?

"Si vous n'êtes pas trop bêtes (Euphémisme) alors
je suis incroyablement stupide... (Litote)"

Cette phrase devrait signifier si on suit mes indications entre parenthèses:

"Si vous êtes complètement abrutis alors je suis on ne peut plus intelligent..."

Cette traduction est elle juste?