Les débouchés autres que l'enseignement pour les littéraires

Bonsoir, je viens de lire pas mal de sujets sur ce forum, car j'étais moi-même en quête d'idées de job pour l'avenir. Je suis en deuxième année de licence de lettres modernes.

J'ai été frappée par la quantité de personnes qui arrivent à un niveau d'étude assez élevé et qui, regardant tout à coup autour d'eux, ne savent plus comment retomber sur terre, j'entends dans le monde réel. Mes amis, c'est aussi mon cas!

Si on en est tous arrivés là c'est sans doute par le même processus insidieux. On arrive en terminale, on a de bonnes notes. Le monde entier autour de nous nous murmure que pour réussir dans la vie, obtenir un statut enviable, les études sont primordiales. Ma foi, la filière littéraire ne nous déplaît pas, on pourrait même se laisser aller à avouer qu'elle nous plaît. On continue. On réussit. On ne se pose pas de questions. Et puis le temps passant, un jour vient où l'on tente de s'imaginer adulte. La maison, le mari, le boulot... Et c'est bien là que le bât blesse.

* extrait de conversation avec une conseillère d'orientation de SCUIO*

- Bonjour Madame, je me présente [on passe], je suis actuellement [on passe]. J'aurais aimé savoir quelles voies professionnelles s'ouvraient à moi avec un tel diplôme et quelles formations je pouvais envisager.
- L'enseignement est la voie naturelle
- Mais je ne voudrais pas aller dans l'enseignement justement... qu'y a-t-il d'autre?
- Certains concours de la fonction publique, ou alors les métiers du livre, et encore... mais l'enseignement est...
- Je n'envisage pas cette voie.
- Pourtant l'enseignement...
- Et à part ça?
- Ben... l'ens...
- Merci infiniment Madame, au revoir.

Et là, soudain, on se rend compte qu'on s'étouffe. Tous enfermés dans des salles à célébrer des gens qui ne nous poussent que plus loin dans notre non-profession future.

J'essaie de revenir à la vie. Je suis arrivée au point de non-retour. Là où j'en suis, autant en finir. J'ai toujours de bonnes notes. Mais j'ai fini par comprendre que ce n'était pas une raison. La frustration que me cause désormais la fac m'empêche d'apprécier ce que je fais. Mais je le ferai jusqu'au bout pour ne pas perdre mes années. Après ma licence, je vais me ré-orienter dans un domaine totalement différent, retomber au niveau bac et faire une autre formation. En commerce sûrement. J'avais même pensé me tourner vers un BTS Agricole...

Vous, je ne sais pas ce que vous ferez, mais venez ici en discuter, faire part de vos trouvailles ou de vos désarrois. Qui sait? Peut-être trouverons-nous une solution? Sinon, au moins nous pourrons nous soutenir...

2

Les débouchés autres que l'enseignement pour les littéraires

Je ne sais pas quel âge tu as, mais il est peut-être encore temps de te rediriger vers une prépa qui t'ouvrirait les portes des écoles de commerce, de journalisme, de communication (il y a l'EFAP par exemple, que tu peux aussi intégrer à niveau bac je crois, mais c'est cher) des IEP, du CELSA. Sinon je crois qu'à bac+3 il y a une école de cinéma assez réputée (la FEMIS ou un truc du genre)

Sinon à part ça je vois pas trop, une licence de lettres modernes ne sert pas à grand chose =_= C'est vrai qu'un bts c'est bien aussi (secrétaire trilingue ; tourisme ; édition ?). Malheureusement, je n'ai pas de solution ;-)

Les débouchés autres que l'enseignement pour les littéraires

N'est-ce pas une caractéristique de la plupart des filières universitaires ( mis à part  médecine , dentaire, pharmacie).? Les études universitaires traditionnelles  ne sont pas des formations professionnelles , elles donnent des diplômes qui correspondent à un niveau d'études.

Un étudiant qui une maîtrise ( master) de mathématiques n'est pas plus compétitif sur le marché du travail . Il faut ensuite aller plus loin, en général vers des concours.( du moins pour l'instant, car on nous annonce de grandes réformes...)

Avec une licence de lettres , on peut préparer toutes sortes de concours ( administratifs par exemple) . Il y a le métiers du livre, le journalisme, on peut travailler dans des maison d'édition, envisager un travail dans les bibilothèques, dans la culture ( les mairies, départements ont besoin de littéraires ).

Et si cette conseillère ne t'a pas donné satisfaction, pourquoi ne pas en consulter une autre? Mais il me semble qu'elle a évoqué quelques pistes autres que l'enseignement.

4

Les débouchés autres que l'enseignement pour les littéraires

Bonjour à tous !

Actuellement en terminale littéraire, je souhaite poursuivre vers une fac de lettres modernes ou bien si j'en ai la possibilité vers hypokahgne ... Ce qui me préoccupe, se sont les débouchés ! Je me dirige surtout vers le métier de professeur de français, le plus connu après une fac de lettres, mais j'ai peur de ne pas être assez renseignée sur les éventuels autres métiers possibles ... J'ai fais des recherches, mais le métier de professeur revient sans cesse ...

Quelqu'un pourrait il me renseigner ?

Merci d'avance !

Meg.C