Voltaire, L'Ingénu, chapitre 8

Bonjour à tous !

Voilà, je suis en 1èreS, et j'ai un commentaire composé à rendre pour dans quelques jours, sur le chapitre 8 de L'Ingénu de Voltaire. Voici le passage :

L'Ingénu, qui ne savait pas le latin, se fit expliquer ces paroles, qui signifient: Nous abandonnons nos douces campagnes, nous fuyons notre patrie.
"Et pourquoi fuyez-vous votre patrie, messieurs? - C'est qu'on veut que nous reconnaissions le pape. - Et pourquoi ne le reconnaîtriez-vous pas? Vous n'avez donc point de marraines que vous vouliez épouser? Car on m'a dit que c'était lui qui en donnait la permission. - Ah! monsieur, ce pape dit qu'il est le maître du domaine des rois. - Mais, messieurs, de quelle profession êtes-vous? - Monsieur, nous sommes pour la plupart des drapiers et des fabricants. - Si votre pape dit qu'il est le maître de vos draps et de vos fabriques, vous faites très bien de ne le pas reconnaître; mais pour les rois, c'est leur affaire; de quoi vous mêlez-vous?"
Alors un petit homme noir prit la parole, et exposa très savamment les griefs de la compagnie. Il parla de la révocation de l'édit de Nantes avec tant d'énergie, il déplora d'une manière si pathétique le sort de cinquante mille familles fugitives et de cinquante mille autres converties par les dragons, que l'Ingénu à son tour versa des larmes.
"D'où vient donc, disait-il, qu'un si grand roi, dont la gloire s'étend jusque chez les Hurons, se prive ainsi de tant de coeurs qui l'auraient aimé, et de tant de bras qui l'auraient servi?"
- C'est qu'on l'a trompé comme les autres grands rois, répondit l'homme noir. On lui a fait croire que, dès qu'il aurait dit un mot, tous les hommes penseraient comme lui; et qu'il nous ferait changer de religion comme son musicien Lulli fait changer en un moment les décorations de ses opéras.
Non seulement il perd déjà cinq à six cent mille sujets très utiles, mais il s'en fait des ennemis; et le roi Guillaume, qui est actuellement maître de l'Angleterre, a composé plusieurs régiments de ces mêmes Français qui auraient combattu pour leur monarque.
"Un tel désastre est d'autant plus étonnant que le pape régnant, à qui Louis XIV sacrifie une partie de son peuple, est son ennemi déclaré. Ils ont encore tous deux, depuis neuf ans, une querelle violente. Elle a été poussée si loin que la France a espéré enfin de voir briser le joug qui la soumet depuis tant de siècles à cet étranger et surtout de ne lui plus donner d'argent, cequi est le premier mobile des affaires de ce monde. Il paraît donc évident qu'on a trompé ce grand roi sur ses intérêts comme sur l'étendue de son pouvoir, et qu'on a donné atteinte à la magnanimité de son coeur."
L'Ingénu, attendri de plus en plus, demanda quels étaient les Français qui trompaient ainsi un monarque si cher aux Hurons. "Ce sont les jésuites, lui répondit-on; c'est surtout le père de la Chaise, confesseur de Sa Majesté. Il faut espérer que Dieu les en punira un jour, et qu'ils seront chassés comme ils nous chassent. Y a-t-il un malheur égal aux nôtres? Mons de Louvois nous envoie de tous côtés des jésuites et des dragons.
- Oh bien! messieurs, répliqua l'Ingénu, qui ne pouvait plus se contenir, je vais à Versailles recevoir la récompense due à mes services; je parlerai à ce mons de Louvois: on m'a dit que c'est lui qui fait la guerre, de son cabinet. Je verrai le roi, je lui ferai connaître la vérité; il est impossible qu'on ne se rende pas à cette vérité quand on la sent.

J'ai déjà trouvé une problématique :

Par quels moyens Voltaire critique-t-il la royauté et l'autorité religieuse de son époque dans ce passage ?

Et voici le plan que j'ai réussi à bâtir, tant bien que mal :

I. Le dialogue entre les huguenots et l'Ingénu
A) Les arguments des huguenots
B) Du réel dans le conte
II. La manière de critiquer l'absolutisme
A) Le rôle de l'Ingénu
B) L'importance des discours direct, indirect...

La prof' nous a dit que deux parties étaient suffisantes...
Voilà, c'est le premier commentaire que je vais faire de l'année, et j'aimerais savoir si mon plan est potable ? Est-ce qu'il répond à ma problématique ? Aussi, je ne suis pas toujours très adroite pour trouver des titres à mes parties...

Je vous remercie d'avance, j'ai absolument besoin de votre avis et au plus vite si possible ! smile

Voltaire, L'Ingénu, chapitre 8

Ce n'est pas si mal!
Il y a plusieurs critiques de l'absolutisme dans ce passage ; elles sont incluses dans le dialogue, qui n'est pas le seul moyen de critiquer

Voltaire, L'Ingénu, chapitre 8

Merci.

En revanche, en rédigeant mon introduction, je me suis rendue compte qu'il y avait quelques problèmes dans mon plan... Je l'ai donc un peu modifié, ma problématique restant la même.
Voici donc mon nouveau plan :

I. Le dialogue entre les huguenots et l'Ingénu
    A) Les arguments des huguenots (bien que j'ai du mal à en trouver...)
    B) La critique de l'absolutisme
II. Les moyens utilisés pour dénoncer le pouvoir de l'Eglise
    A) Le rôle de l'Ingénu
    B) (Tout ce qui est technique... le choix des discours direct/indirect, l'intervention du réel dans le conte...)

Voili voilou. Mon plan est-il meilleur ?
Aussi, j'aurais besoin d'un peu d'aide pour trouver les arguments des huguenots...
Je vous remercie d'avance, le commentaire est pour demain =s

Quelqu'un pourrait-il m'aider ?

Voltaire, L'Ingénu, chapitre 8

Désolé pour le double post...

1h30 que j'attends une réponse, je sais, je suis impatiente, mais d'habitude, j'ai des réponses et de l'aide assez rapidement.
En plus, c'est le premier commentaire que je fais de toute ma vie, et j'ai beau lire des tas de méthodes sur le net ...

Je n'y arrive pas...

C'est quoi un commentaire ? J'ai beau avoir un plan et une problématique, je trouve rien dans le texte qui puisse remplir mes parties... En plein craquage nerveux... Help pleaaaase ! ='(

Voltaire, L'Ingénu, chapitre 8

Prends du recul, ce n'est qu'un texte, si tu le loupes ce n'est pas la cata, ça n'engage pas ta vie entière  smile
Désolée mais j'ai pas vraiment la tête à ça ce soir