Voltaire, Micromégas, chapitre 7 - Alors monsieur Micromégas, adressant la parole à un autre sage qu’il tenait sur son...

Bonjour à tous, voilà mon problème :

J'ai un sujet de commentaire littéraire à faire pour la semaine prochaine sur un extrait de Micromégas de Voltaire.
Pour cela, je dispose de cet extrait :

Alors monsieur Micromégas adressant la parole à un autre sage qu'il tenait sur son pouce, lui demanda ce que c'était que son âme, et ce qu'elle faisait. « Rien du tout, répondit le philosophe malebranchiste; c'est Dieu qui fait tout pour moi: je vois tout en lui, je fais tout en lui; c'est lui qui fait tout sans que je m'en mêle. -- Autant vaudrait ne pas être, reprit le sage de Sirius. Et toi, mon ami, dit-il à un Leibnizien qui était là, qu'est-ce que ton âme ? -- C'est, répondit le Leibnizien, une aiguille qui montre les heures pendant que mon corps carillonne, ou bien, si vous voulez, c'est elle qui carillonne pendant que mon corps montre l'heure; ou bien mon âme est le miroir de l'univers, et mon corps est la bordure du miroir : cela est clair. »

Un petit partisan de Locke était là tout auprès; et quand on lui eut enfin adressé la parole: « Je ne sais pas, dit-il, comment je pense, mais je sais que je n'ai jamais pensé qu'à l'occasion de mes sens. Qu'il y ait des substances immatérielles et intelligentes, c'est de quoi je ne doute pas; mais qu'il soit impossible à Dieu de communiquer la pensée à la matière, c'est de quoi je doute fort. Je révère la puissance éternelle; il ne m'appartient pas de la borner: je n'affirme rien; je me contente de croire qu'il y a plus de choses possibles qu'on ne pense. » L'animal de Sirius sourit : il ne trouva pas celui-là le moins sage; et le nain de Saturne aurait embrassé le sectateur de Locke sans l'extrême disproportion.

Je dispose également d'une problématique : " Comment les fables contiennent-elles un sujet sérieux ? "

Voilà, je n'arrive pas à dégager un plan cohérent de cet extrait, un peu d'aide ne serait pas de refus.

Merci d'avance.Toujours pas de réponses ?
Voilà, j'ai pensé à une première partie :

(I) Les différentes visions de " L'Intellectuel "

Dites moi ce que vous en pensez, pour les sous-parties, je pense faire le point de vue de chaque personnage.
Merci.

2

Voltaire, Micromégas, chapitre 7 - Alors monsieur Micromégas, adressant la parole à un autre sage qu’il tenait sur son...

Bonjour Ced,

Ta problématique est de montrer comment dans ce conte philosophique , Voltaire cherche à éduquer en plaisant.
Il plait par un apologue en forme de conte mettant en scène des êtres merveilleux (géants) opposés à des hommes.
Il enseigne sur un sujet métaphysique fondamental, celui de l'âme en résumant avec humour plusieurs théories et en promouvant celle qui lui paraît la plus philosophique (au sens du XVIIIe siècle).

A toi de jouer !

Voltaire, Micromégas, chapitre 7 - Alors monsieur Micromégas, adressant la parole à un autre sage qu’il tenait sur son...

Merci de ta réponse Jean-Luc, j'ai une petite idée de plan qui m'est venu grâce à ta réponse.

(I) Un sujet fondamental du XVIIIe siècle ...
1) Êtres merveilleux.
2) Evocation de la métaphysyque.
3) 3 théories différentes


(II) ... raconté avec un humour particulier.
1) Un humour très présent.
2) Un combat intellectuel.
3) Des préjugés évidents.

Qu'en penses-tu ?

4

Voltaire, Micromégas, chapitre 7 - Alors monsieur Micromégas, adressant la parole à un autre sage qu’il tenait sur son...

Bonjour Ced,

Ce plan est meilleur, mais le I1 ne convient pas tout à fait avec I.
En effet les géants merveilleux ne sont pas une préoccupation du siècle des Lumières rationaliste.
Faudrait-il le basculer alors dans la "manière", dans II ? Dans I, il manque quand même l'approche philosophique rationaliste des Lumières.

Voltaire, Micromégas, chapitre 7 - Alors monsieur Micromégas, adressant la parole à un autre sage qu’il tenait sur son...

Merci beaucoup Jean-Luc, je pense réorganiser le plan de la façon suivante :

(I) Un sujet fondamental du XVIIIe siècle ...
1) Evocation de la métaphysyque.
2) Trois théories différentes sur " L'Âme ".
3) L'approche philosophique rationaliste des Lumières.


(II) ... raconté avec un humour particulier et plaisant.
1) Un humour produisant une " légèreté" du sujet.
2) Un combat d'idées philosophiques.
3) Des préjugés évidents entre hommes et géants.

Encore merci pour toutes ces idées  smile

6

Voltaire, Micromégas, chapitre 7 - Alors monsieur Micromégas, adressant la parole à un autre sage qu’il tenait sur son...

Oui, c'est bien mieux.
N'oublie pas d'insister sur la manière ironique de Voltaire, encore plus caractéristique du combat philosophique que le "sujet" traité.

Voltaire, Micromégas, chapitre 7 - Alors monsieur Micromégas, adressant la parole à un autre sage qu’il tenait sur son...

Très bien, j'en parlerais dans le (II) 2).

Encore merci, bonne soirée  smile

8

Voltaire, Micromégas, chapitre 7 - Alors monsieur Micromégas, adressant la parole à un autre sage qu’il tenait sur son...

Bonjour à tous !
Pour la semaine prochaine, je dois préparer un texte de Voltaire pour le bac blanc oral. Il s'agit du chapitre VII de micromégas, à partir de "Un partisan de Locke" jusqu'à la fin. Ma problématique est : comment la morale du conte est-elle mise en scène dans cet extrait ?". J'ai déjà un premier axe défini : la confrontation de deux points de vue sur l'âme, celui du partisan de Locke et celui du "petit animalcule en bonnet carré". Cependant il m'en faudrait au moins un second. De plus, je crois que je ne comprends pas vraiment le but de cette question...  roll
Si vous avez quelques idées, je vous remercie d'avance de m'en faire part ! smile

Voltaire, Micromégas, chapitre 7 - Alors monsieur Micromégas, adressant la parole à un autre sage qu’il tenait sur son...

Pour commencer bonsoir à tous j'espère que votre journée a été agréable .
Je vais vous faire part de la cause de ma venu , j'ai un commentaire composé à faire portant sur cet extrait de Micromégas ( chapitre 7 )

Alors monsieur Micromégas adressant la parole à un autre sage qu'il tenait sur son pouce, lui demanda ce que c'était que son âme, et ce qu'elle faisait. « Rien du tout, répondit le philosophe malebranchiste; c'est Dieu qui fait tout pour moi: je vois tout en lui, je fais tout en lui; c'est lui qui fait tout sans que je m'en mêle. -- Autant vaudrait ne pas être, reprit le sage de Sirius. Et toi, mon ami, dit-il à un Leibnizien qui était là, qu'est-ce que ton âme ? -- C'est, répondit le Leibnizien, une aiguille qui montre les heures pendant que mon corps carillonne, ou bien, si vous voulez, c'est elle qui carillonne pendant que mon corps montre l'heure; ou bien mon âme est le miroir de l'univers, et mon corps est la bordure du miroir : cela est clair. »

Un petit partisan de Locke était là tout auprès; et quand on lui eut enfin adressé la parole: « Je ne sais pas, dit-il, comment je pense, mais je sais que je n'ai jamais pensé qu'à l'occasion de mes sens. Qu'il y ait des substances immatérielles et intelligentes, c'est de quoi je ne doute pas; mais qu'il soit impossible à Dieu de communiquer la pensée à la matière, c'est de quoi je doute fort. Je révère la puissance éternelle; il ne m'appartient pas de la borner: je n'affirme rien; je me contente de croire qu'il y a plus de choses possibles qu'on ne pense. » L'animal de Sirius sourit : il ne trouva pas celui-là le moins sage; et le nain de Saturne aurait embrassé le sectateur de Locke sans l'extrême disproportion.

Voiçi le sujet :
Vous ferez le commentaire de cet extrait de micromégas de Voltaire .

J'ai vraiment du mal à trouver des axes d'étude je pense parler
de trois théories  sur l'âme , un combat d'idées philosophiques , de la place de dieu .
Aidez moi à faire un vrai plan svp

10

Voltaire, Micromégas, chapitre 7 - Alors monsieur Micromégas, adressant la parole à un autre sage qu’il tenait sur son...

Bonjour Kristen,

As-tu lu ce qui précède ?