391

Dont et l'emploi des pronoms relatifs

Marc81 a écrit :

Le tour "Le pays dont je suis" est parfaitement correct... Il est juste "vieilli ou littéraire", comme le précise l'Académie dans son Dictionnaire : "Vieilli ou litt. Le pays dont il est exilé. L'appartement, la chambre dont je l'ai vu sortir. (Dans cet emploi, on dit plutôt aujourd'hui D'où.)".
Tout est dit !

Pas vraiment. L'Académie ne se prononce pas sur un tour avec "dont" où le verbe "être" est employé seul.
Avec attribut, Le pays dont il est exilé ou le pays dont il est originaire, personne ne doute que c'est correct.
La question porte sur "le pays dont il est", sans attribut derrière.
Cette formule n'a pas l'agrément de l'Académie ! On peut s'en passer, certes !

392 (Édité par Marc81 09/07/2012 à 23:04)

Dont et l'emploi des pronoms relatifs

lamaneur a écrit :

Avec attribut, Le pays dont il est exilé ou le pays dont il est originaire, personne ne doute que c'est correct.

Certes, mais ma remarque était fondée sur l'exemple "L'appartement, la chambre dont je l'ai vu sortir", qui ne comporte pas d'attribut et se construit plus couramment avec d'où qu'avec dont. Mais je fais peut-être erreur...

En faisant quelques recherches, je trouve ces propos de Louis Veuillot : "Dans la race dont je suis , il y a des tribus militaires ; je suis d'une de ces tribus". Une piste à creuser ?...

393 (Édité par Hwang(moijesuisneant) 10/07/2012 à 01:58)

Dont et l'emploi des pronoms relatifs

Marc81 a écrit :

En faisant quelques recherches, je trouve ces propos de Louis Veuillot : "Dans la race dont je suis , il y a des tribus militaires ; je suis d'une de ces tribus". Une piste à creuser ?...

L'essentiel de ma question avait été 'Pourquoi pas dont je suis~'.
Et, j'ai trouvé moi-même le pays dont je suis, et vous la race dont je suis.
Maintenant j'ai deux exemples d'usage, et mon doute est un peu dissipé.

Je vous remercie Marc81, et à tous !

394

Dont et l'emploi des pronoms relatifs

Marc81 a écrit :

Certes, mais ma remarque était fondée sur l'exemple "L'appartement, la chambre dont je l'ai vu sortir", qui ne comporte pas d'attribut et se construit plus couramment avec d'où qu'avec dont. Mais je fais peut-être erreur...

Je crois bien, car la licéité de la construction avec "je l'ai vu sortir" n'implique pas la licéité de la construction avec "je suis" tout seul. Ce sont deux constructions différentes. Attention, je dis seulement que l'Académie ne s'est pas exprimée sur le tour que nous étudions, je ne dis évidemment pas qu'elle le condamne ; mais elle ne l'approuve pas.
La construction qu'elle note ne pose pas de question aujourd'hui : avec sortir (sortir de), on peut construire indifféremment "la chambre dont je sors" ou "la chambre d'où je sors", même si en grammaire classique, seule cette dernière construction était valable. Vaugelas rappelait la différence classique entre "la maison d'où il est sorti" et "la maison dont il est sorti" : dans le premier cas, c'est la maison au sens matériel, dans le second cas, c'est la maison au sens de race. Ce qui fait la liaison avec votre second paragraphe :

En faisant quelques recherches, je trouve ces propos de Louis Veuillot : "Dans la race dont je suis , il y a des tribus militaires ; je suis d'une de ces tribus". Une piste à creuser ?...

D'une part, le "dont" n'est pas en cause pour la raison déjà évoquée. D'autre part, comme je l'ai dit plus haut, la question de l'usage avec le verbe "être" seul est moins une question de règle de grammaire que de style. Il me semble que la chose passe assez bien quand l'antécédent est un nom avec un article, le pays, la province, la race, etc., mais ne passe pas bien quand l’antécédent est un nom isolé comme Paris : Paris, dont je suis, ... peut être grammaticalement correct, ce n'est pas une phrase qui vient naturellement sous une plume française instruite.

395

Dont et l'emploi des pronoms relatifs

lamaneur a écrit :

Vaugelas rappelait la différence classique entre "la maison d'où il est sorti" et "la maison dont il est sorti" : dans le premier cas, c'est la maison au sens matériel, dans le second cas, c'est la maison au sens de race.

Voilà une subtilité intéressante. Merci de ces précisions !

396

Dont et l'emploi des pronoms relatifs

Bonjour,

Laquelle des deux phrases suivantes est correcte?

« C’est bien de la fente dans le cerveau fêlé d’Armstrong QUE je voulais parler, … »

« C’est bien de la fente dans le cerveau fêlé d’Armstrong DONT je voulais parler, … »

Étant donné que « fente » ne précède pas immédiatement DONT ou QUE, lequel des deux doit-on utiliser?

Le paragraphe suivant est un extrait de la grammaire de l'Office québécois de la langue française pour l'utilisation de DONT; j'attire votre attention sur "...et qui le précède immédiatement...".

"L’existence de la préposition DE « cachée » dans DONT impose certaines contraintes dans l’emploi de ce pronom.
Il faut en effet éviter d’utiliser DONT lorsque l’antécédent, c’est-à-dire le nom que remplace DONT et qui le précède immédiatement, est lui-même déjà lié à la préposition DE. "

Merci.

Norpell

397

Dont et l'emploi des pronoms relatifs

La première phrase est seule irréprochable.
Le seconde est usuelle mais critiquée, à cause de la redondance entre "de" et "dont", même si elle est à quelques mots de distance.

398

Dont et l'emploi des pronoms relatifs

Bonjour à tous,

"dont" peut avoir toutes les valeurs d'un substantif, mais quelle est-elle dans cette phrase? 

Elle regardait les victuailles dont l'armoire était remplie.

Deux solutions sont avancées: complément d'agent ou complément de remplie.
Je pencherais plutôt pour la première solution --> l'armoire est remplie par quoi? par dont.

Qu'en pensez-vous?

Merci.

399

Dont et l'emploi des pronoms relatifs

Oui, puisque le participe remplie n'est pas ici utilisé comme adjectif, mais est élément de l'imparfait passif de remplir.

400

Dont et l'emploi des pronoms relatifs

C'est effectivement le passif de : les aliments remplissaient l'armoire.