1

Comment puis-je comprendre le sens des œuvres ?

Bonjour,

J’expose mon problème :
J’ai 21 ans, Bac ES, et maintenant dans le domaine de la gestion – soit le néant littéraire.
Pourtant, après la les lectures forcées du lycée et collège, le goût de la littérature m’a repris enfin pour l’instant le goût des livres. Ainsi j’ai avalé pas mal de livres en tous genres mais le constat reste le même : bien souvent je lis sans lire et je passe à côté de l’œuvre.

Certes des œuvres m’ont marqué (Lolita de Nabokov/ 1984 d’Orwell/ ect) mais par exemple, la métamorphose de Kafka ou l’étranger de Camus ne m’ont fait ni chaud ni froid alors qu’elles comptent parmi les plus grandes œuvres du siècle… Je suis passé à côté de sa philosophie dans ce livre.

J’ai donc essayé de trouver des subterfuges à ma incompréhension/ignorance/ect : les commentaires autour des œuvres  (Profil d’une œuvre ect). Mais là encore, bien qu’expliqué je reste bien souvent indifférent. Je tiens aussi un carnet où je note tous les mots que je ne comprends pas. Je me renseigne. Et pourtant ça ne veux pas et même parfois lorsque je comprends j’ai du mal à garder ça en mémoire et le réutiliser.

Pourtant, je ne suis pas du genre passif, j’ai plein de bonne volonté, je fais l’effort de lire et de m’intéresser à la lecture et ses auteurs… Je rêve de pouvoir lire un jour Ulysse de Joyce, l’homme sans qualités de Musil ou la société du Spectacle de Debord en comprenant le sens.

J’essaye aussi de voir du côté de la philo, mais là aussi c’est l’incompréhension. Trop de choses sur les auteurs me paraissent obscures notamment dans les termes malgré que je possède un dico de philo et wikipédia. J’essaie donc de relire les cours résumés des éditions Nathan que j’avais acheté lorsque je passais le Bac mais des choses me restent encore incomprises.

Concernant la poésie je reste indifférent aussi … Que ce soit Baudelaire, Pessoa, Ginsberg, Apollinaire, Breton, Rimbaud : je ne comprends pas.

Donc à quoi bon lire si tout au plus je comprends l’histoire mais pas le sens ? Pourquoi tant de gens restent en extase devant ses œuvres alors que moi je n’y vois pas l’intérêt ? Suis-je condamné à lire du Beigbeder, c'est-à-dire à lire des auteurs où l’on n’a pas besoin de penser pour les comprendre ? A quoi bon lire donc si je ne comprends pas ? Autant que j’allume TF1 et que je regarde secret story non ?

Les questions sont :
Comment puis-je apprécier les œuvres pour leur style ?
Comment puis comprendre le sens des œuvres ?
Comment être sensible à la poésie ?
Comment comprendre ?
Comment lire mieux ?
Comment comprendre en lisant ?
Comment mobiliser ses connaissances et ce que l'on a lu?

Toutes ces questions m’obsèdent et vraiment je me sens impuissant/ ignorant et vraiment débile. Pourquoi est-ce que je n’y arrive pas ?
J’ai déjà fouillé un peu sur internet pour résoudre ses problèmes et bien souvent les réponses sont « avec le temps tu comprendras », « lis ce qui te fais plaisir et ne te force pas », ou alors les commentaires du genre c'est quelquechose de  mystiques ...

Bref, je suis perdu.

Voici une grosse partie de ce que j'ai pu lire au cours de ses 3 ans post bac

1984    Georges Orwell
Abrégé du capital de Karl Marx    C. Cafiero
Antigone    Jean Anouilh
Comment les riches détruisent la planète    Hervé Kempf
Discours de la servitude volontaire    La Boetie
Du péril de l'ignorance    Victor Hugo
En attendant Godot    Beckett
Faust    Goethe
Flash Ou le grand Voyage    Charles Duchaussois
Germinal    Zola
Journal    Kurt Cobain
la désobéissance civile    Thoreau
La ferme des animaux    Georges Orwell
La joueuse de go    shan Sa
La mare au diable    G. sand
La princesse de Clèves    Mme de Lafayette
La vie est un songe    Calderon
Last exit to Brooklyn    Hubert Selby Jr.
L'attrape-cœurs    J.D. Salinger
L'avare    Molière
Le portrait de Dorian Gray    Oscar Wilde
Les nouveaux chiens de garde    Serge Halimi
Les quatre vies du saule    Shan Sa
Les souffrances du jeune Werther    Goethe
L'étrange cas du docteur Jekyill et Mr Hyde    Stevenson
L'Île des esclaves    Marivaux
Micromégas    Voltaire
Nouvelles histoires extraordinaires    Edgar Alan Poe
On achète bien les cerveaux    Marie Bénilde
On ne badine pas avec l'amour    A. Musset
Où on va papa?    J-L Fournier
Pourquoi j'ai mangé mon père    Roy Lewis
Rhinocéros    Ionesco
Roméo et Juliette    Shakespeare
Silence on intoxique    André Aschieri
Sur la télévision    Pierre Bourdieu
Voyage au pays du coton     Eric Orsenna
La moelle de la vie : 500 aphorismes    Thoreau
L'étranger    Albert Camus
99 F    Frédéric Beigbeder
Fictions    Jorge Luis Borges
Images Politiques    Raymond Depardon
Matin Brun    Franck Pavloff
Le petit prince    Antoine de Saint-Exupéry
On n'y voit rien : Descriptions    Daniel Arasse
Lettre au père    Kafka
Le rêve et son interprétation    Freud
L'existentialisme est un humanisme    Sartre
Les justes    Albert Camus
Boule de suif    Guy de Maupassant
La métamorphose    Kafka
La cantatrice chauve/ La leçon    Ionesco
Histoires de peintures    Daniel Arasse
Pantagruel    Rabelais
La controverse de Valladolid    Jean-Claude Carrière
Histoires Extraordinaires    Edgar Alan Poe
Le désert des tartares    Dino Buzzati
La chute     Albert Camus
Le vieil homme et la mer    Ernest Hemingway
Nouvelles     J.D. Salinger
Les fourmis    Bernard Weber
Le Horla    Guy de Maupassant
La guerre des mondes    H.G. Wells
Chansons pour elle    Verlaine
Zadig ou la Destinée    Voltaire
Fuck America    Edgar Hilsenrath
Mémoires d'un jeune homme dérangé    Frédéric Beigbeder
Pourquoi la guerre ?    Albert Einstein/ Sigmund Freud
Les mains sales    Sartre
la grève des électeurs     Octave Mirbeau
Réflexions sur la délation     François de Pange
Panoptique    Jeremy Bentham
le K    Dino Buzzati
Manifeste d'économistes atterrés    (collectif)
De la marche    Thoreau
De la bêtise    Robert Musil
La nature    Ralph Waldo Emerson
Le droit à la paresse    Paul Lafargue
Balade d'hiver/ Couleurs d'automne    Thoreau
Œuvres pré-posthumes    Robert Musil
Zazie dans le métro    Raymond Queneau
Fin de partie    Beckett
Dernier inventaire avant liquidation    Frederic Beigbeder
Un roman français    Frederic Beigbeder
L'écume des jours    Boris Vian
Lolita    Nabokov
Notes sur la mélodie des choses    Rilke
Sur la route    Kerouac
Fareinheit 431    Bradbury
Blanc, c'est pas nul    Bruno Gaccio, Marie Naudet
La nausée    Sartre
la tyrannie de la communication    Ignacio Ramonet
huis clos suivi de les mouches    Sartre
Mon cœur mis à nu    Baudelaire
La symphonie pastorale    André Gide
Le bilan de l'intelligence    Paul Valery
Le prince    Machiavel
L'art de la guerre    Sun Tzu
Le lièvre de Vatanen    Arto  Paasilinna
Les paradis artificiels    Baudelaire
Le principe de Peter    L.J.Peter et R.Hull
Le mariage du ciel et de l'enfer    William Blake
Nouvelles sous ecstasy    Frederic Beigbeder
Natacha et autres nouvelles    Nabokov
Le roi se meurt    Ionesco
La lenteur    Kundera
L'alchimiste    Paulo Coelho
Abrégé de littérature potentielle    Oulipo
La vague    Todd Strasser
Maudits    Oulipo
Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des biens nantis    Pierre Desproges
American Psycho    Bret Easton Ellis
Haïku : Anthologie du poème court japonais    Atlan et Bianu
Ma conception du monde    Bertrand Russell
Syllogismes de l'amertume    Cioran
J'accuse    Zola
Alcools    Apollinaire

2

Comment puis-je comprendre le sens des œuvres ?

Tu es sûr que tu n'as rien oublié ?

3

Comment puis-je comprendre le sens des œuvres ?

Eh bien, quelle liste!

Tu dois avoir une sacré bibliothèque.

Ta question, ou plutôt tes questions sont intéressantes... et étonnantes.
C'est un problème que j'ai rarement vu formulé de la sorte ; on entend plutôt en général des "je n'aime pas...", "ce n'est pas mon truc.".
Et pour cause : quand on n'aime pas lire, en dehors des obligations scolaires, on ne se force pas!

D'où ma question (désolée, mais il s'agit de cerner le schmilblick) : tu dis que tu as retrouvé le goût de la littérature, qu'est-ce que ça veut dire concrètement pour toi?
Tu apprécies des œuvres dont tu ne saisis pas le sens? C'est-à-dire?
Apparemment pas pour leur musique, sinon tu en aimerais davantage la poésie.
Pas non plus pour l'intrigue, car tu aurais alors l'impression de comprendre. En effet, les messages implicites ne sont pas systématiques, l'essentiel est tout de même plutôt explicite (notamment dans les écrits purement philosophiques : pas d'intrigue en tant que telle, tout est dans le pied de la lettre!).

Tu fais le lien de ton ressenti avec la vacuité de Secret Story, est-ce que cela veut dire que tu aurais autant de plaisir à regarder Secret Story?
Si c'est le cas, c'est que le concept (on ne peut pas parler d'intrigue) t'intéresse et te plait davantage que ceux développés/racontés dans la littérature, eh bien soit. Tu en as tout à fait le droit.

Le dilemme est simple : si tu aimes lire, lis, puisque tu aimes. Si tu préfères regarder Secret Story, fais-toi plaisir.
Mais tu ne peux pas à la fois aimer la littérature et n'y voir qu'un vain effort, c'est antinomique.

4

Comment puis-je comprendre le sens des œuvres ?

Je pense que ce qui t'aiderait c'est de lire quelques analyses d'oeuvre pour comprendre le message que l'auteur veut faire passer, par exemple.
Et ce serait peut-être aussi utile de revoir un peu les mouvements littéraires : si tu connais tout le contexte autour de Zola, ce qu'est le naturalisme, le contexte historique... Tu comprendras bien mieux les enjeux de l'oeuvre. Mais bon, après ça prend du temps et faut être motivé, mais je progresse qu'on peut bien progresser comme ça smile

Comment puis-je comprendre le sens des œuvres ?

Tu es très loin d'être "ignorant ou débile" car tu poses les bonnes questions et tu refuses de répéter comme un perroquet : tu veux COMPRENDRE. C'est très intelligent.
En fait la littérature c'est comme les tableaux ou la musique : pour apprécier les oeuvres marquantes, il faut être préparé. Ce n sont pas celles que l'on apprécie le plus comme ça, naturellement, justement parce que l'auteur n'a pas choisi la facilité : il a choisi de surprendre, de déranger, de bouleverser les codes. Il faut être prêt à les recevoir en connaissant le contexte de leur sortie, en quoi elles sont marquantes, etc.
Je te donne un exemple : tout étudiant en lettres sait parfois dès la première, qu'il est très fréquent de lire un roman ou un recueil que l'on n'apprécie que très moyennement. Et puis en cours avec le professeur on étudie l'oeuvre, on relit des passages pour prendre conscience des choix de l'auteur, on en parle, on compare avec d'autres oeuvres, etc. Et ensuite on adore vraiment ce livre.
Pour des oeuvres importantes mais "spéciales" je te conseillerais de te préparer avant la lecture, grâce à internet, à des livres sur l'oeuvre, en te renseignant sur l'auteur, etc; et de lire le livre ensuite. Tu en saisiras mieux la portée Et surtout dis-toi bien que nous en sommes tous là, même les étudiants ou professeurs : il y a des oeuvres que l'on ne parvient touhjjours pas à apprécier, dans tous les arts, et pourtant elles ont marqué leur époque... On aimerait qu'on nous donne les "clés" !

6

Comment puis-je comprendre le sens des œuvres ?

« D'où ma question (désolée, mais il s'agit de cerner le schmilblick) : tu dis que tu as retrouvé le goût de la littérature, qu'est-ce que ça veut dire concrètement pour toi? »

En fait, j’ai envi de comprendre le monde dirons nous, de voir les idées des auteurs

Concernant Secret Story, ça représente pour moi le néant intellectuel. Des tas de gens s’abrutissent devant et vivent bien avec ça. Et ce n’est pas ce que je veux. J’ai envi de découvrir, de m’étonner, de voir des pistes de réflexions ect. Mais quand on ne comprend pas certains auteurs ça devient déroutant.

« En fait la littérature c'est comme les tableaux ou la musique : pour apprécier les œuvres marquantes, il faut être préparé. »
Donc comment s’y préparer ? Parfois j’ai beau lire et relire et voir tous les commentaires je n’arrive pas à imprimer. Je suis bien d’accord qu’avec un prof ça permet d’approfondir et de voir le sens de certaines œuvres mais quand il n’y a pas de profs et que l’on doit faire seul … Si les gens de lettre ont du mal alors imaginez pour moi ^^

Après pour certains auteurs, je me renseigne activement notamment Musil et Joyce car j’ai vraiment envi de lire ses chef d’œuvres en les comprenant.

Après demander aux autres oui mais ça devient vite embêtant de demander tout le temps.

Et concernant la poésie, ça reste un grand mystère pour moi. Bien que j'épprécie la musique.

7

Comment puis-je comprendre le sens des œuvres ?

Effectivement, je comprends mieux ton approche.

Secret Story n'est pas tellement mon truc non plus (mais ma colloc' regarde et elle n'en est pas moins intelligente et intéressante, donc ça n'est pas rédhibitoire...).

Ammy a raison, c'est tout à fait ça : certaines approches mettent en bouche, et l'oeuvre s'en goûte davantage. Comme pour le vin (j'aime les métaphores culinaires  big_smile), qui, la première fois n'évoque pas franchement le nectar... Mais prendre conscience du soin apporté à la vigne et au terroir, de la délicate alchimie qui régit le processus de vinification, de la "sagesse gustative" de ces breuvages porteurs de l'histoire de leur terre-mère, du château qui les signe, des années passées dans les cuves et de celles passées dans les caves ensuite... cela donne une autre dimension à la dégustation. le goût ne change pas, bien sûr, mais l'intention décuple la sensibilité.

Bref, quand on connait le contexte et qu'on possède les rudiments de l'art, la lumière se fait.

Si tu veux, peut-être peux tu nous parler d'une ou deux de tes lectures? Une de celles que tu as aimées, une de celles qui t'ont moins plu.
si tu en décris l'intrigue, en appuyant sur ton ressenti, les éxégètes du forum sauront sans doute t'en planter les décors et retracer les caractéristiques. Avec les premières-clés, on apprend vite ensuite à comprendre le fonctionnement de la serrure.