1 (Édité par Marc81 08/04/2012 à 17:14)

(Se) cantonner

Le verbe (se) cantonner, dans le langage courant, est souvent employé avec la préposition à :
Il refuse de se cantonner à ce second rôle.
Il se cantonne à des généralités.
Les opinions religieuses doivent se cantonner à la sphère privée.

Bescherelle lui-même abonde dans ce sens : "On la cantonne à un rôle subalterne. Nous nous sommes cantonnés à répondre à leurs questions".
Pourtant, l'Académie, dans son Dictionnaire, ne fait mention que de la construction avec la préposition dans :
Il s'est cantonné dans sa spécialité, dans la prudence.
Qu'en pensez-vous ?

(Se) cantonner

Le TLF ne mentionne que des exemples avec "dans", "en" et "sur".
Le petit Robert ne précise pas, mais l'exemple donné utilise se cantonner dans.
Le petit Larousse, pour sa part, n'indique que la construction se cantonner à...

Les tenants de la construction avec "dans" ont encore en vue le sens propre originel, qui comporte l'idée d'enclore dans un lieu.
L'utilisation de "à" se fait par analogie avec des expressions comme "se borner à", se limiter à"... On s'éloigne du sens originel, le point de vue est plus abstrait.

Les deux constructions me semblent licites, à moins d'être exagérément puriste.

3 (Édité par Marc81 09/04/2012 à 18:22)

(Se) cantonner

Merci Jehan de ces précisions.