Problème lecture analytique

Bonjour à tous,

J'ai un problème assez problématique !!!
En fait, lors de l'oral blanc quelqu'un de ma classe s'est fait interroger sur un chapitre dont la lecture analytique n'avait pas été faite en classe. Nous sommes donc allés voir la prof et malheureusement elle nous a dit que c'était trop tard car il était déjà inscrit sur la liste du bac... Nous n'avions pas du tout le temps de la faire en classe donc en conclusion : on ne l'a pas faite...
Tout ça pour demander si quelqu'un a fait la lecture analytique du chapitre 8 de l'Ingénu pour me venir en aide !

Ce serait d'une grande grande bonté ! (tel l'homme à la cervelle d'or !)
Merci d'avance, Cmeline.

2

Problème lecture analytique

Bonjour Cmeline,

Tu pourrais aller voir cette étude générale sur le site.
Ici.

Examine particulièrement la partie "Une critique acerbe et systématique.

Notamment

Les principales attaques sont pourtant réservées à une erreur monumentale du règne de Louis XIV : la révocation de l'Édit de Nantes. Au cours de son voyage de Bretagne à Paris, le Huron découvre le spectacle d'une ville jadis brillante et alors désolée : Saumur, que la persécution exercée à l'encontre des protestants a quasiment ruinée et dépeuplée. L'exil des huguenots, à la suite des dragonnades, a conduit de fidèles sujets à devenir des ennemis de leur patrie. Le roi a été trompé - Voltaire met alors en pleine lumière la responsabilité des jésuites et du confesseur du monarque : le père La Chaise. L'ordre de Saint Ignace de Loyola a rallumé la guerre de religion. Il a étendu sur tout le royaume une police parallèle qui confesse "les femmes de chambre par lesquelles on savait le secret des maîtresses", qui espionne les cafés. C'est aux jésuites que l'Ingénu doit son séjour en Bastille. Leur apparente affabilité cache en fait une absence totale de scrupule. Le père La Chaise promet mais oublie tout de suite. Leur seul but est la poursuite des protestants et des jansénistes et en fin de compte le maintien sinon l'accroissement de leur pouvoir temporel. Voltaire leur reproche leur opportunisme, leur casuistique toujours au service des intérêts de la congrégation : le père Tout-à-tous, dont le nom est déjà tout un programme, condamne tout d'abord celui qui a abusé de son pouvoir pour tenter de séduire Mlle de Saint-Yves, mais l'absout aussitôt lorsqu'il apprend qu'il s'agit du puissant Saint-Pouange et trouve alors les raisonnements les plus spécieux pour pousser sa pénitente à transiger avec sa conscience.
Ce que finalement Voltaire reproche à la religion, c'est le terrorisme intellectuel qui tyrannise les esprits, aussi s'en prend-il aux "linostoles" (les docteurs de Sorbonne) aux "pastophores" (les prêtres) qui refusent par obscurantisme et fanatisme l'aphorisme placé dans la bouche de Bélisaire : "La vérité luit de sa propre lumière, et on n'éclaire pas les esprits avec les flammes des bûchers". Le philosophe doit en dernier ressort pourfendre l'erreur et apporter la lumière.

Problème lecture analytique

Encore une fois merci beaucoup Jean-Luc !
Je vais alors réviser avec ces documents, ça m'aide et me rassure !

Cmeline.