31

Pour ceux qui veulent juste parler de littérature

Il me semble que ta vision du personnage de Julien Sorrel est juste. Il est vrai que nous lecteur, nous sommes sans doute bien plus dur avec les personnages qu'avec nous même. Mais n'est ce pas le but ? En portant un jugement sur un homme imaginaire, cela me permet souvent de mettre en lumière mes propres défauts et de travailler sur moi pour les gommer.
Bien sur qu'il existe beaucoup d'hommes comme Julien Sorrel, et surtout à cette époque où les classes sociales étaient très séparées. Julien Sorrel est l'un de ces homme porté à son paroxysme, et c'est sans doute en cela qu'il nous est odieux.
Pour ma part, il me semble que l'ambition ne devrait jamais être mise avant les grandes valeurs morales et les belles joies ( je pense à l'amour, la fidélité, la sincérité, l'honneteté et le goût pour quelque chose ). Les qualités de se jeune homme aurait pu lui permettre d'être heureux, et même peut être de s'élever socialement, si il n'avait pas laisser cette ambition démesurée le ronger, et finalement, n'est ce pas elle qui détruit sa vie ?
Je pense qu'en fait, que le véritable but de Stendhal était de montrer l'impossibilité de l'élévation sociale, dans la société de la Restauration ; injustice qui entraine à des extrémité, comme celle de Julien, au crime et finalement à la mort des uns et des autres.Oui je comprend. Moi je suis un peu comme les Romantiques alors cela ne me gène pas. La vision de Victor Hugo en ce qui concerne la rédemption, la possibilité du changement radical, l'amour de Dieu toujours présent, la nature sublimée dans ses yeux ... ce sont mes conceptions aussi à quelques points près.
J'avoue ne pas bien connaitre la littérature du XX ème siècle. Je n'ai lu que l'étranger de Camus, qui m'a bien plus même si le personnage de Meursault reste une énigme. C'est peu être l'énigme de ce personnage, l'incompréhension et l'apparente impersonnalité qui l'entourent qui font le charme du héros, et du roman. L'écriture est elle aussi très épurée, c'est plutôt agréable. L'écriture du néant exprime avec clarté, ( encore une fois apparente ) , le personnage et les questions qui s'en dégage.
D'ailleurs, comment comprenez vous Meursault ?
Pour moi c'est un homme qui, blessé par la vie, s'est enfermé en lui même au point d'avoir peur de lui, des autres. Cette insensibilité serait une sorte de carapace de protection contre sa sensibilité ou même à ce moment là, contre son hypersensibilité. Ce qui me fait penser cela ce sont les perceptions frappantes et vibrantes, quoique dérisoires, en ce qui du monde qui l'entoure. J'ai l'impression d'une sensibilité enfermée qui perce un instant. Cette hypothèse me semble confirmée par la narration à la 1ère personne, nous n'avons pas à faire avec un narrateur omniscient. Meursault ne dis donc que ce qu'il veut bien nous révéler de sa personne et de ses pensées. Il accorderai plus d'importance au faits qu'à sa pensé, ceux si feraient alors offices de diversion .
Quel est votre avis ?   smile

Ségolène B a écrit :
fleur au vent a écrit :

Oui Fantine est aussi un beau personnage. Puisque tu as vu des adaptations, si tu arrives à trouver le temps de lire le livre, tu me diras ce que tu as pensé des films par rapport au livre.
Pour ma part, j'ai trouvé l'adaptation que j'ai vu, avec Lino Ventura qui joue Jean Valjean, assez peu fidèle surtout en ce qui concerne le dénouement.

Pas de problème, je crois que je vais aller dans ma librairie vendredi pour m'offrir ce chef d'oeuvre. Je te dirai ce que j'en aurai pensé. Je vais avoir un peu de temps vu que j'ai, enfin, achevé mes lectures de l'année alors en attendant l'année prochaine...

Ok j'attends ton avis avec impatience. Profites en bien.

32

Pour ceux qui veulent juste parler de littérature

smile

fleur au vent a écrit :

Il me semble que ta vision du personnage de Julien Sorrel est juste. Il est vrai que nous lecteur, nous sommes sans doute bien plus dur avec les personnages qu'avec nous même. Mais n'est ce pas le but ? En portant un jugement sur un homme imaginaire, cela me permet souvent de mettre en lumière mes propres défauts et de travailler sur moi pour les gommer.
Bien sur qu'il existe beaucoup d'hommes comme Julien Sorrel, et surtout à cette époque où les classes sociales étaient très séparées. Julien Sorrel est l'un de ces homme porté à son paroxysme, et c'est sans doute en cela qu'il nous est odieux.
Pour ma part, il me semble que l'ambition ne devrait jamais être mise avant les grandes valeurs morales et les belles joies ( je pense à l'amour, la fidélité, la sincérité, l'honneteté et le goût pour quelque chose ). Les qualités de se jeune homme aurait pu lui permettre d'être heureux, et même peut être de s'élever socialement, si il n'avait pas laisser cette ambition démesurée le ronger, et finalement, n'est ce pas elle qui détruit sa vie ?
Je pense qu'en fait, que le véritable but de Stendhal était de montrer l'impossibilité de l'élévation sociale, dans la société de la Restauration ; injustice qui entraine à des extrémité, comme celle de Julien, au crime et finalement à la mort des uns et des autres.

Je ne pense pas qu'il faut être plus dur envers eux mais être juste et franc envers nous-même. Il est vrai que les personnages de romans ont cette faculté de remettre en question nos propres actes et nos propres pensées. Il me semble qu'ils ne sont pas les seuls à pouvoir le faire donc dans un sens, un roman n'a pas que ce but là. Nous pouvons aussi nous remetre en question par d'autres biais mais en reprenant ce que dis Stendhal dans Le Rouge et le noir, un roman est un miroir que l'on promène le long d'un chemin (désolée pour la citation approximative   ) Pour ce qui est de l'ambition, je suis du même avis que vous mais malheureusement (ou heureusement, je ne sais pas), je suis très pessimiste à l'égard de l'être humain et il me semble qu'un homme porté par l'ambition est prêt à accomplir n'importe quel acte dans le but de réussir. Vous, au contraire de moi, vous avez une vision très optimiste voire très romantique (et non au sens littéraire) de la vie et de l'homme. Je ne suis pas certaine qu'on tombera d'accord sur ce sujet..  smile Pour ce qui est de l'interprétation que vous faisez du but de Stendhal en écrivant Le Rouge et le noir, je suis assez d'accord avec vous. Il est vrai que dans une société post-révolutionnaire et qui se veut une parfaite réplique de ce qui se passait avant la Révolution, l'élévation sociale était difficile voire impossible. Ce ne fut pas le crime de Julien que d'essayer de s'élever : les principes de la Révolution montre qu'il en avait la légitimité, c'est seulement le cadre où Stendhal a placé son personnage qui l'a empêché d'évoluer comme il le souhaitait même si son tempérament devait, dans n'importe quelle société, je pense, le mener à sa propre perte. Enfin, le fait de finir ce roman par la mort du personnage semble un peu être une excuse de Stendhal de l'avoir créée. En effet, ce n'est pas un personnage que l'on pourrait qualifier de héros et il a du subir de nombreuses critiques. Cette fin est donc, selon moi, un moyen pour Stendhal que l'on ne lui jette pas totalement la pierre. Il renonce en partie à faire triompher son personnage qu'il trouvait peut-être odieux aussi. (je ne sais pas et préfère ne pas me prononcer sur le but véritable de Stendhal en écrivant ce roman)

Pour ceux qui veulent juste parler de littérature

fleur au vent a écrit :

D'ailleurs, comment comprenez vous Meursault ?
Pour moi c'est un homme qui, blessé par la vie, s'est enfermé en lui même au point d'avoir peur de lui, des autres. Cette insensibilité serait une sorte de carapace de protection contre sa sensibilité ou même à ce moment là, contre son hypersensibilité. Ce qui me fait penser cela ce sont les perceptions frappantes et vibrantes, quoique dérisoires, en ce qui du monde qui l'entoure. J'ai l'impression d'une sensibilité enfermée qui perce un instant. Cette hypothèse me semble confirmée par la narration à la 1ère personne, nous n'avons pas à faire avec un narrateur omniscient. Meursault ne dis donc que ce qu'il veut bien nous révéler de sa personne et de ses pensées. Il accorderai plus d'importance au faits qu'à sa pensé, ceux si feraient alors offices de diversion .
Quel est votre avis ?   smile

Je dois dire que ton analyse m'a étonnée. Elle pourrait être juste, mais n'oublions pas que nous pouvons, et que Camus lui-même résumait son oeuvre en une phrase : dans notre société, un homme peut être accusé à mort parce qu'il ne pleure pas à l'enterrement de sa mère ; oeuvre dont le titre est "L'Etranger". Selon toi, Meursault serait avant tout un homme comme les autres... et parce qu'il aurait été "blessé par la vie", il serait mis au rebut de la société du fait de son comportement étrange.

Pour moi, Meursault est avant tout ce qu'il paraît être : un homme très simple, qui semble n'avoir qu'un contact très superficiel avec la société. La narration à la première personne me paraît plutôt être une tentative de l'auteur pour nous empêcher de prendre du recul par rapport à ce personnage, nous faire coller à ses pas et à ses pensées. Meursault n'est pas insensible, loin de là : il parle souvent de la nature, et appelle sa mère "Maman", ce qui est une marque d'affection.

Il n'est certes pas comme les autres, mais je ne pense pas que ce soit dû à une blessure quelconque ; je crois plutôt que c'est un homme pur, dépouillé de toutes les hypocrisies de la société : sa nature s'exprime directement, sans qu'il ressente le besoin, inconscient ou non, de refouler ses pensées, juste parce qu'elles ne seraient pas conformes à ce qu'attend la société.

Tu dis qu'il montre une attitude insensible. Mais si elle nous paraît insensible au premier abord, c'est parce que nous y sommes conditionnés. Ne pas ressentir de chagrin à la mort de sa mère, quel scandale ! Camus dénonce les normes ultra-strictes de la société, qui refusent la différence - au point de l'exterminer. Meursault est un personnage singulier parce qu'il refuse le mensonge... et de fait, selon la vision de Camus, la plupart des émotions que nous exprimons sont préfabriquées, pour justement se conformer à ce que la société attend de nous.

Si l'écriture est épurée, comme tu le dis, c'est parce que justement, Meursault est pur, simple, plus qu'aucun autre homme.

Cela dit, je reste ouverte à toute critique.  smile

34

Pour ceux qui veulent juste parler de littérature

Oui ton analyse est sans doute plus réaliste. Je pense en effet que c'est ce qu'a voulu dire l'auteur, même si ma perception me plait mieux et semble plus collée avec la vie réelle. Le sens de l'oeuvre n'est pas forcement celle que l'on voudrait qu'elle soit.
A mon avis, il y a d'autres interprétations possibles. Meursault pourrait avoir été déshumanisé par cette société qui conditionne les esprits dans des conventions, des dogmes... Il y aurait alors accusation des convention qui déshumanise. L'étranger serait l'homme montrant la déshumanisation à son paroxisme. Ainsi, Meursault serait l'image avancé d'une société, d'hommes qui courrent  à leur perte, à leur robotisation, à leur inhumanité. Cette interprétation rejoint plutôt bien le contexte historique, les horreurs de la 2ème guerre mondiale et ces questions : Pourquoi l'homme ? Pourquoi de telles actions ? Qui est l'homme ? Cette analyse est un peu approximative, mes idées peu claires je l'avoue, mais il me semble qu'elle serait aussi à développer.

35

Pour ceux qui veulent juste parler de littérature

Ca y est, Les Misérables sont achetés. Mais vu l'épaisseur de l'ensemble, je sens que je vais en avoir pour un petit moment, d'autant que pour le moment je suis en train de lire d'autres choses que j'ai en réserve depuis pas mal de temps...

36

Pour ceux qui veulent juste parler de littérature

Ouais, moi j'ai échelonné la lecture de l'ensemble sur deux ans. Bonne lecture  smile

37

Pour ceux qui veulent juste parler de littérature

Je ne pense pas mettre autant de temps parce qu'une fois que je commence je vais au bout d'un livre mais je dois reconnaître que je n'avait pas vu ce livre aussi gros.  smile

38

Pour ceux qui veulent juste parler de littérature

Je suppose que tu mettras bien moins longtemps; quand j'ai commencé à le lire je n'avais pas du tout l'habitude des " classiques " j'étais en 3 ème, j'ai trouvé les digressions du premier tome particulièrement longues.  smile

39

Pour ceux qui veulent juste parler de littérature

Bonsoir,
Ton nom me sempble astucieux Fleur au vent ? Belle image de la nature, saurait-tu me justifier ton choix ?  smile

Pour ceux qui veulent juste parler de littérature

Ton nom me semble astucieux Fleur au vent ? Belle image de la nature, saurais-tu me justifier ton choix ?

Et le tien, Melodie de la Mer ? Cela dit, c'est peut-être un peu hors sujet ici.
Mieux vaudrait en parler dans  la discussion Que veulent dire vos pseudos ?, rubrique "Vie du site".